Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1628 - Le Nymphéa.Tout fort.

Publié le par Arthémisia

 

http://www.linternaute.com/sortir/magazine/photo/les-nympheas-de-monet/image/nympheas-245604.jpg



Dans le petit nymphéa

Du milieu de ton ventre

J’ai laissé couler

Du cornet de ma langue

Les mots tièdes d’un moment

Au pourquoi partagé.

 

Je le sais :

Tu les lis

Parfois

Encore

Aujourd’hui

 

Tout fort

 

@ Arthémisia – mai 2012

 

Avec : Claude MONET - Nymphéas, effet du soir (1897),

huile sur toile, 73 x 100 cm. Musée Marmottan, Paris. © Visipix

Commenter cet article

Anna 12/08/2012 14:13


J'aime beaucoup votre poème (j'adore Monet, aussi), qui appartient, je trouve, à une pratique intéressante de la poésie. Je regrette de ne pas savoir être poète, ou de ne l'être presque
uniquement par erreur.


Bonne continuation.


Anna

Arthémisia 12/08/2012 17:36



Bonjour Anna et merci de votre passage.


Poète? Moi? C'est probablement une erreur...aussi!


Amicalement


Arthémisia



Hélène Carle 05/08/2012 22:34


Une puissance dans les mots qui la portent avec une telle douceur!


Passant par Suzâme, j'ai bonheur à rencontrer votre bel univers.


 


Hélène*

Arthémisia 06/08/2012 14:56



Ravie de vous accueillir dans mon antre;


Belle journée et merci pour vos compliments.


Arthémisia



Cyrod 16/07/2012 17:37


Évidemment ! C'est peut-être même la raison pour laquelle nous sommes.

Arthémisia 16/07/2012 17:44



Ouf! Je me sens moi seule!



Cyrod 15/07/2012 12:09


Il en coule du sensuel
Là où devrait
Saisir l'esprit !
Et le saisit cependant.
Très troublant. 

Arthémisia 16/07/2012 17:08



Il me semble qu'ils ne  sont pas antinomiques...



M. 10/06/2012 18:02


Arthémise, où t'es-tu mise?

Arthémisia 10/06/2012 21:07



Comme je le disais à Ren, je me suis éclipsée...pour quelques temps....



fbd 10/06/2012 14:27


très beau, ton poème. et bien accompagné!

Arthémisia 10/06/2012 21:06



Doux souvenir....



Nath 30/05/2012 18:04


Décidèment, oui, j'y reviens....

Arthémisia 30/05/2012 21:22



Il n'y a, me semble -t-il, rien à craindre.



Nath 28/05/2012 15:36


Je ne sais pourquoi .


J'ai lu doucement, je veux dire en me coulant à l'intérieur de chaque mot.
Puis j'ai pensé au bruit des étoiles, tout fort. 

Arthémisia 29/05/2012 21:43



Peut être que certains mots de par leur consonnance, voire leur résonnance, sont cosmiques?


Peut être que certaines évocations nous entrainent dans des ailleurs que nous n'avons pas vraiment besoin de nous expliquer tant ils sont simplement et suffisament  ...agréables?



immobile 23/05/2012 08:50





dans l'eau de la peinture vivent d'étranges fleurs...


ce sont elles qui influencent nos rêves ...


nos rêves délicats...


sensuels ...

Arthémisia 23/05/2012 23:26



Merci Immobile, de rappeler les osmoses entre vie/rêves et productions artistiques. Je ne vois pas d'ailleurs pourquoi il faudrait les séparer!






consonance 22/05/2012 12:47


bonjour, pas pour te faire changer d'avis, mais pour te présenter qque chose très très sympathique : l'harmonie.


"l'harmonie est en musique l'art de combiner et d'enchainer les accords. les accords étant composés d'au moins trois sons emis simultanément.


Une des idées fondatrices de l'harmonie classique est la tension dynamique entre accords dissonants et retour à un état de consonance. par rapport au statisme des accords à deux sons de la
musique médiévale. 


L'harmonie a connu une lente évolution, à mesure que les intervalles de notes perçus comme dissonants étaient peu à peu assimilés par l'oreille de l'auditeur comme consonants, et que les accords
de trois sons se voyaient adjoindre des notes plus éloignées de la résonance dite naturelle.


Les compositeurs ont cherché à s'affranchir des contraintes de l'harmonie classique, les frontières entre dissonance et consonance devenant de plus en plus floues.


dans le courant du 20e s, le jazz a su développer un système harmonique extrèmement élaboré reposant principalement sur des accords dissonants."


"rapport entre les parties d'un tout qui font qu'elles concourent à une même effet d'ensemble, l'harmonie.voir unité, ordre, organisation"


être en harmonie avec : convenir, correspondre, s'harmoniser.


on peut trouver encore : entente, paix , union, amitié, entente, sympathie.


je crois qu'on est avec le mot harmonie loin loin loin de l'ennui, du décoratif, et surtout de quelque chose à fuir. ;-) non ?


Comme dit, juste pour la présenter, d'autant qu'un des commentaires parle de "belle musicalité" en ce qui concerne ton poème.


je te souhaite de belles harmonies pour ta suite.

Arthémisia 23/05/2012 23:23



J'avoue que mon antipathie pour ce mot est tout à fait subjective (et dirigée par mon goût pour les A.P.)


Mais tu le défends bien! 


Pour moi l'harmonie a trop souvent été liée à une sorte de mièvrerie, une douceur sucrée sage et apaisante (je pense au peintre que je ne supporte pas : j'ai nommé Renoir!), aux climats
tranquilles, aux attitudes compassées, à ce qui ne dérange pas, ne pose pas de question, n'interpelle pas, (im)pose la "joliesse" comme une quasi norme en éloignant trop vite les réalités
dérangeantes.


L'harmonie trop souvent a été un leurre pour éviter le dire.


Il semble que depuis la fin du XIXème et le début du XXème elle a été supplantée par d'autres nécessités, ou disons que la vérité ( je sais : c'est un gros mot!) ne se trouve plus en
elle. Elle ne suffit plus. OU en tout cas elle n'est plus à atteindre comme une fin en soi.


Merci aux romantiques, aux réalistes, aux expressionnistes, aux fauves, aux cubistes....(je ne cite que les tout 1ers) qui ont ouvert une nouvelle voie  tant dans le fond que dans la forme .
En bousculant les académismes, ils sont arrivé à faire admettre d'autres formes de pensée (et donc d'action) que le sage refrain de ce beau gentil et saturé d'un peu trop de "rien qui ne
dérange" qui ne satisfaisait plus que les dames de salon.


Désolée mais j'ai besoin d'être interpellée ; sinon, j'ai vite ...des nausées....


 


 



lutin 21/05/2012 18:51


je lis toujours bizarrement si bien que j'y sens le ventre et ce liquide amniotique où baigne la plus belle des fleurs

Arthémisia 21/05/2012 19:01



Ce n'est pas une lecture bizarre. D'ailleurs elle rejoint l'idée du texte de VIAN.


Et même si dans mon texte il n'est pas du tout question de maternité au sens propre du terme, [d'autant que je parle du nombril d'un homme......] l'idée que le ventre est un lieu de naissance, me va bien.



divorce 21/05/2012 17:41


Bonjour, votre poème
s’harmonise à ravir avec la toile du grand Maître Monet. merci

Arthémisia 21/05/2012 18:21



Deux choses pourtant :


je fuis le mot harmonie qui pour moi à des consonnances très "gentilles". Je lui préfère accord, équilibre, complémentarité.... L'harmonie pour moi c'est l'ennui assuré, le "joli" qui ne dit
rien, qui ne fait pas sens. Voire pire : le décoratif.

Je n'écris jamais (ou extrémement rarement d'après un document iconique- C'est donc mon texte qui ...très banalement (j'ai même un peu honte !) m'a conduit vers l'oeuvre de Monet. Ce fut une réaction totalement primaire...ce qui ne veut pas systématiquement dire
mauvaise mais peut être pas la meilleure!



En tout cas, merci de votre passage...euh... divorce ! (étrange pseudo qu'il me semble avoir déjà vu passer ici pourtant, il y a qq. temps.)


A.



sirene 21/05/2012 11:41


c'est magnifique ce bleu beau partage bonne journée bisous evy

Arthémisia 21/05/2012 16:36



En lui même et de par sa rareté, le partage ne peut être qu'empreint de Beauté.


Merci de ton passage Evy.



marlou 19/05/2012 05:17


Force du souvenir...L'image est belle !

Arthémisia 19/05/2012 14:01



in memoriam...



Frédéric 17/05/2012 09:03


Puisse s'épanouir les nymphéas lovés au creux des ventres


sous les langues, les mots, les douceurs, les coquineries intimes


Puissent ces impressions être vivifiantes


Bises à toi

Arthémisia 17/05/2012 11:34



Le printemps est là, Frédéric. N'est ce pas une saison propice à la vie?


 


Bises


A.



la vieille dame indigne 16/05/2012 17:31


on se sent parfois un peu beaucoup voyeur ...moi aussi je me penche sur ce genre de nymphéa...très troublant...avec délice.


Milbiz

Arthémisia 16/05/2012 21:54



Je suis heureuse de ne pas être toute seule à me pencher sur ces fleurs si précieuses et que, me semble-t-il, la littérature oublie.


C'est le bouquet tout de même!


 


Mais...bises.



joruri 16/05/2012 10:31


Ça me rappelle le nénufard de Boris Vian dans l'écume des jours.


Salut !

Arthémisia 16/05/2012 14:00



Mortel ce nénuphar là...



versus 15/05/2012 12:44


ça live, salace salive, s'enlace en life ce qui se lit ici...

Arthémisia 15/05/2012 20:52



Serait - ce la vie?....



tilk 14/05/2012 00:07


j'aime bco ce petit texte...


j'avais été voir les numphéa à paris j'étais resté la bouche ouverte...


besos


tilk

Arthémisia 14/05/2012 08:55



Merci Tilk,


J'ai  vu les Nymphéas, quand ils
ont été présentés comme ils avaient été réalisés, c-à-d pour recouvrir tous les murs de l'Orangerie. C'étaient en 99, juste avant la réfection du musée.


Etrange impression que chaque tableau était bien sûr un all over, mais surtout que tout le musée l'était aussi. Aucun espace aussi petit fut il n'échappait au thème; le spectateur était immergé
dans les nymphéas, s'y baignait, voire s'y noyait.


En ce sens le travail de MONET se veut des plus avant gardistes


Les sensations étaient très très troublantes tant l'oeuvre venait à nous sans résistance possible. Le bonheur, ou du moins un échantillon de...En tout cas ce fut un immense moment.


 


Bises


A.


 


 



Ren 12/05/2012 12:09


Et  si ( au sujet des nymphéas)...


je citais mes propres mots  ( tout bas)


 


glissant au fil de l'eau..


 


Les nénuphars s’étalent  d’ éclats circulaires
A peine visibles flirtant avec la surface,
Comme des phylactères de soir
Prêt au silence de la nuit


...


 



Arthémisia 12/05/2012 12:49



Cela me va très bien.


Prêt au silence....



Suzâme 10/05/2012 20:03


Tes mots prennent chair. Pendant que je regarde ces nymphéas, résonnent chacun de tes mots vifs et sensuels. Je ne comprends pas mais ressens.Bisous. Suzâme

Arthémisia 10/05/2012 20:43



Si tu ressens, tu comprends....


Bises


A.



Cédric 10/05/2012 17:07


Très fort.

Arthémisia 10/05/2012 17:40



Oui. Très.



monik 10/05/2012 10:29


Belle musicalité ...du lié en fluidité d'eau, en fontaine sur le nymphéa au centre et puis , ça y est , tout continue en staccato ou notes vivantes de jazz.


Au-delà des yeux, tu ajoutes le rythme  et les musiques de la vie à tes textes .Je t'entends.

Arthémisia 10/05/2012 17:40



Le sens de ces mots ne pouvait  passer à côté d'un son particulier. Merci de l'entendre.



Lucien 10/05/2012 08:33


Un très beau texte, ciselé.

Arthémisia 10/05/2012 17:38



J'aime les choses "à la lame"...