Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

616 - Je t'entends longuement*

Publié le par Arthémisia

undefined

 
En contre bas du jour
Eclot,
Le brasier d’un élan,
D’une note retenue,
Soudain s’arrondissant,
Tel le galet d’août
En ma main frémissant.
 
Ton chant s’élève doux,
Animal vibrant,
Empli des eaux iodées
De tes climats d’argent
Affrontant tes membrures,
Et tant de tremblements,
Que de tes yeux jaillissent
Les perles bleues gavées
De ton offrande au temps.
 
Au pupitre, l’onyx brille,
En duos accrocheurs,
Opéra de concert,
De bois, de percussions.
 
Le tempo liquéfie la pierre noire
De ton sexe.
Tu traverses le Styx
En quête de points d’orgue.
 
La nage de tes soupirs se prolonge en mon ventre
En multiples échos allant s’atténuant
Pianissimo,
Vers les lieux  d’un entracte.
 
La tempête nous calme ;
Nous entrons en silence.
C’est d’ample résonance que nous durons maintenant.
 
Mon ami,
Pausons nous.
Je t’entends longuement.
 
Copyright © Arthémisia – mars 2008
 
Illustration : Hans BALDUNG GRIEN - Allégorie de la musique
 

Commenter cet article

runner 05/04/2008 15:48

Ta poésie s'allie parfaitement à ta sensualité, elle se lit avec jouissance et jubilation...Amitié

Arthémisia 05/04/2008 16:06



Je suis UNE.
Bises.
Arthémisia



JC 26/03/2008 22:42

avec pareil mots , comment ne pas fendre moulte coeur

Arthémisia 26/03/2008 22:45




J'essaie déjà de fendre la vie...
bises mon frère.
Arthi



Mikel 26/03/2008 21:03

De la chance moi ?Pour te dire la vérité : pas vraiment

Arthémisia 26/03/2008 21:07



J'ai cru comprndre que tu me parlais de quotidienneté...mais je te taquine car surement que tu évoquais celle de ta fréquentation de mon blog et non la
pratique de cet "opéra"...?



mikel 26/03/2008 19:22

Qu'une seule chose à dire : la corde vibre fébrilement dans tes jours !BisesMikel

Arthémisia 26/03/2008 20:10



Tu as bien de la chance.



waid 26/03/2008 17:24

ouvre ton coeur de si beau mots ne peuvent rester fiction !

Arthémisia 26/03/2008 20:09



Mon coeur est immensément ouvert....



B. 26/03/2008 13:07

Oui !  Plus que l’unisson, une transparence dans la lumière de l’autre, là où se rejoignent les ombres et où plus rien n’est abscons (en tout cas, le temps de l’échange).

Arthémisia 26/03/2008 13:15



J'ai repris un terme musical pour évoquer cette unité dans la rencontre, cette lumière commune liée à  la joie de la perte de toutes
difficultés



B. 26/03/2008 11:23

« La tempête nous calme… »
 Au firmament d’un doux paroxysme, les solitudes se rejoignent sans dire mot et laissent à l’attente partager ce terrible moment que de sentir au-delà de toute chose soi au plus lointain de son écho. Tremblement d’absolu où l’on demeure transit autant que vivant.

Arthémisia 26/03/2008 12:42



Ne serait -ce pas cela "l'unisson"?



joruri 26/03/2008 10:47

Il ne faut pas confondre "viole de gambe"avec viol de jambes...L'archet qui léger comme le vent glissele long de ta colonneapporte à la fois le frisson et le chantde ta voix en un souffle pâmé.

Arthémisia 26/03/2008 12:41



Et pourtant je me plais à imaginer l'un comme réponse à l'autre....



. 26/03/2008 10:44

L'entente subtile et infinie des fines pensées enfouies ne peut faire l'économie de la traversée sensuelle tumultueuse.

Arthémisia 26/03/2008 12:40



Je ne saurai être pingre...



orchis-mauve 26/03/2008 08:57

concerto pour un amour brûlant, andante, allegreto,fortidssimo, largo, andante con moto, ....finalJ'appréciebises tendresO.

Arthémisia 26/03/2008 12:39



Merci O. de partager ma modeste composition.Je t'embrasse.
A.



Désirée 26/03/2008 07:43

On te sens brûlante, amoureuse?

Arthémisia 26/03/2008 12:38



Désolée de te décevoir : ceci n'est que fiction. L'Amour a deserté ma vie depuis bien longtemps....