Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

631 - Le Jardin des délices?

Publié le par Arthémisia

 

Les anges ont une vie rêvée, certainement entre le rose bonbon et le bleu ciel ;

Les démons brûlent dans des flammes infernales plus que rouges ;

Et les humains soignent leurs plaies, vertes et acides comme des purges.

 

Copyright © Arthémisia - mars 2008

Illustration : Jérôme BOSCH - Le Jardin des délices (extrait)

Commenter cet article

fbd 11/04/2008 23:07

une pensée chaleureuse pour toi... il est tard pour moi pour poser d'autres mots que d'encouragements; il y a forcement une bulle de paradis pour toi

Arthémisia 11/04/2008 23:13



J'aime encore y croire : je sais quel goût et quelle couleur elle a. Mais je la cherche encore.
Bises douces
Arthi



502 11/04/2008 22:35

Le tutoiement ne me gêne absolument pas, au contraire...Je n'y ai simplement pas pensé spontanément dans mon dernier commentaire.Mais c'coup-ci, j'te bise ! Surtout que j'ai regardé attentivement ta réponse à ma question !

Arthémisia 11/04/2008 22:40



Tu en sauras plus sur moi en lisant...regardant ça...
http://corpsetame.over-blog.com/article-6017313.html



Catherine 11/04/2008 21:37

Arthi, j'ai 45 ans et mes "amis" de ma vie réelle ne prennent pratiquement jamais la peine de lire ce que j'écris. Ils s'en fichent!J'ai encore un nouveau truc. Je prends et j'apprécie ce qu'on me donne que cela vienne du net ou d'un inconnu. Ce sont quand même des vraies personnes qui tapent sur leur ordi !Pour les autres, s'ils ne donnent rien et bien tant pis, mais je leur laisse la porte ouverte, ils donneront peut-être un autre jour !C'est un tout vieux curé de chez moi qui m'appelle toujours petite soeur. Il y met tant de chaleur et de bonté dans ce "petite soeur" que l'on se sent illico réchauffée de l'intérieur c'est pourquoi je tente de t'envoyer un "petite soeur!"

Arthémisia 11/04/2008 21:45



Je prends ton petite soeur à plein coeur...



joruri 11/04/2008 21:18

Aucune ombre Amanieu, rassure -toi. On a le droit d'être dubitatif !: ))

Arthémisia 11/04/2008 21:22



Croire c'est aussi douter...enfin pour moi;-)



Amanieu 11/04/2008 21:11

OK, désolé Joruri, c'est les dents , ça me fait toujours ça après une séance de torture.

Arthémisia 11/04/2008 21:20



Je peux te donner l'adresse de ma dentiste...elle est douce
et superbe! Ca aide!



Amanieu 11/04/2008 21:08

 Tu as raison, respirer à fond... Mille excuses Arthi, ça ne se fait pas quand on est invité.

Arthémisia 11/04/2008 21:19



Tu veux un limoncello?
:0010:



joruri 11/04/2008 21:04

Armanieu, je parlais à Arthi. Et je parlais du "monde" pas de toi.

Arthémisia 11/04/2008 21:23



La petite balance, Arthi n'aime pas les disputes...



Catherine 11/04/2008 21:00

Bonsoir ma belle Arthémisias qui n'a pas sa place dans ce monde et qui est seule seule seule.....Tu lis dans mes pensées ou quoi? Pourquoi dis tu  toi ce que j'ai envie moi toujours de crier tout le temps ! J'ai pas de recette pour améliorer la situation sinon, tu penses, je me l'appliquerais!Quoique c'est temps-ci, je fais des efforts. J'essaie de me concentrer sur ce qui beau, ce qui est bon et de laisser aller sans trop m'attarder, la quantité de choses qui ne vont pas. Je vis l'instant en essayant d'en tirer le meilleur . Un pas à la fois sans regarder vers l'avant (j'ai pas intérêt, il fait tout noir!) ni vers l'arrière (là c'est noir de noir!) ni sur les côtés (parce que je reçois pas beaucoup d'aide). Pour éclairer un peu, je plonge dans la poésie. Et la tienne , j'adore, elle a la rage cette poésie.Tu vois tu as une place au moins pour moi.Bon je te tiens au courant sur les effets de ma méthode et je t'embrasse, petite soeur!

Arthémisia 11/04/2008 21:17



Merci Catherine,


Plus je fréquente le net et plus je me rends compte avec tristesse que mon cas est
loin d’être le seul. Ce qui pour moi est un grave malaise sociétal est loin de me consoler. Comme je le disais à Joruri, l’écriture et les Arts Plastiques sont mes seuls bonheurs (pour ne pas
dire mes seuls  plaisirs…) et je m’y accroche comme à une bouée, de toutes mes forces.


Mais parfois ces forces m’abandonnent et j’aimerai avoir la main secourable d’un ami.
J’ai souvent l’impression (mais d’aucuns me diront que cet univers est faussé…je me permets de croire le contraire..) que ceux que j’ai rencontré derrière mon écran me reçoivent plus facilement
que ceux que j’ai ( ?) dans ma vraie vie qui ignorent totalement ce que je suis et ne m’accompagnent en aucune façon dans mes
passions.


Merci d’être là, petite sœur (je t’imagine bien plus jeune que moi !)


Je t’embrasse


Arthi



Amanieu 11/04/2008 20:52

C'est sur je ne suis pas en Inde dans un dispensaire à soigner des lépreux, si tu vas par là...ni même moine, ni curé, ou je ne sais quoi d'autres, c'est vrai que l'on a souvent l'impression d'être des favorisés, nous occidentaux...et alors! J'en suis concient, et à mon petit niveau j'essaie de nicker  les lobiistes. Je n'ai vraiment pas la sensation d'être une pute! Devrais-je être Sadou! et toi l'es tu...  JE NE COMPRENDS PAS VRAIMENT ce procès en sorcellerie, à joruri, amitié Amanieu

Arthémisia 11/04/2008 21:01



 


Je vais bien tout va bien. Je suis gai, tout me plait...
Puis je détendre l'atmosphère ?...


http://images.google.fr/imgres?imgurl=http://lh3.google.com/_D-CXq5Pi_8w/Rjxqhfe1k-I/AAAAAAAAGSI/Vb_3sCcRjCQ/s800/DSCN3193.JPG&imgrefurl=http://picasaweb.google.com/lh/photo/QwKzFwOJA7RppgIg3q5FWg&h=800&w=600&sz=102&hl=fr&start=2&um=1&tbnid=5CQK2C6Ocp2z_M:&tbnh=143&tbnw=107&prev=/images%3Fq%3DSadou%26um%3D1%26hl%3Dfr%26rlz%3D1T4GFRC_fr___FR208%26sa%3DN


J'espère que ça va marcher
amitié
Arthi



joruri 11/04/2008 20:28

Dans CE monde, moi non plus je n'ai pas ma place, et moins que toi d'après ce que je sais. Et c'est POUR cela que j'aime avoir une attitude "artistique", parce que je veux guérir je soigne, parce que la laideur m'accable je partage'sans copyright-mon sentiment du beau.Dans CE monde personne n'a besoin de personne Tous les paradis sont privés.Mais l'amour mendie dans les rues et les satisfaits passent gavés et jacassants.Alors entre le "monde" au sens des évangiles, cet univers de valeurs absurdes et cet imaginaire de macaques ridicules avec ses fadaises insipides et ses raccolages ineptes, il faut le combattre. Comment ? Il ignore une chose: la gratuité !Le monde meurt, c'est certain, alors rejouis-toi !Il y a le "monde" au sens des écritures. Il est haï en-haut, en-bas et au milieu.Déjà tu es acculée à l'espérance par ton sort, les tièdes n'ont pas cette chance...Il y a une porte, tu n'as qu'à la pousser. Rapelle-toi cette illustration moyennageuse que j'avais déposée sur mon blog, qui représente un homme franchissant les "monde" des apparences. regarde-là et souviens-toi il y a une porte.Je dis cela sa&ns aucun désir de convaincre qui que ce soit, je ne suis ni professeur, ni publicitaire, ni polémiste et n'ai rien à vendre et je me moque pas mal d'être aimé ou non. Un Autre juge.Je dis cela parce que je crois que tu en as besoin.

Arthémisia 11/04/2008 20:46



Tout le monde devrait justement avoir sa place dans ce monde, toi comme moi !


L’Art bien sûr est un de mes antidotes, fort, très fort (merci mon Dieu de me l’avoir permis de l’approcher !)
mais je sais que moi j’ai besoin de quelqu’un, de quelques uns avec le(s)quel(s) je peux partager ce regard vers le Beau. J’ai BESOIN DES AUTRES !


Mon copyright ne fait que chasser au loin les vampires (j’en connais trop), les macaques comme tu dis, qui ne
sont  même pas capables d’oser aligner 3 mots ou de poser leurs pinceaux sur une feuille, aussi mauvais
soient ils.


Je sais la porte que tu m’avais montrée. La mienne lui ressemble mais est autre.


Je me réjouirai quand je n’aurai plus qu’à la pousser.


Merci de tes mots d’amitié, Joruri.


Arthi



joruri 11/04/2008 20:15

Tu as tout dit ;)...Je ne m'y ferais jamais... :)))

Arthémisia 11/04/2008 20:34



Et moi j’essaie encore!



Amanieu 11/04/2008 19:49

Dans ce monde il y a plein de gens sympas, de gens lucides, qui à leur niveau essaient d'avoir une certaine éthique, j'en fais parti je pense. La société évolue et pas uniquement dans le mauvais sens! Les amis que j'ai partagent ces mêmes valeurs. Que recherche t-on ? "Un idéal" : il est propre à chacun! Après tout si je ne veux pas participer à faire tourner une centrale nucléaire, j'ai la possibilité de m'éclairer à la bougie. Certe je n'aurais pas d'ordinateur... et encore, il existe les panneaux solaire.Arthi, une belle personne a sa place dans ce monde!Je me trouve bien bavard... "J'ai tondu la "pelouse" ça doit-être ça.Je t'embrasse Amanieu

Arthémisia 11/04/2008 20:32



Peut être n'ai je pas rencontré les bonnes personnes? Peut être est ce que je ne les
mérite pas?
Tu as raison...Je vais aller chez le coiffeur. Ca va peut-être me faire positiver?!
Bisous
Arthi



. 11/04/2008 19:15

Ce monde ne veut de personne. Il ne veut que fonctionner. Il nous veut comme fonctions.

Arthémisia 11/04/2008 20:27



J'aime à imaginer que d'autres sont.
Cela me tient en vie.



. 11/04/2008 18:49

Quand on est bien avec soi-même on n'a besoin de personne. L'intelligence de l'amour et la solidarité humaine ont tout à gagner de notre mal être au monde, à ce monde. Tu le donnes bien à comprendre, Arthémisia !

Arthémisia 11/04/2008 19:11



Mais ce monde  veut trop peu de moi.



Amanieu 11/04/2008 17:55

Les points de suspension ne sont pas là pour faire joli, Joruri, et je persiste à dire que le rapport aux autres passe par soi... Quand on est mal dans sa peau, dans sa vie, comment peut-on construire avec d'autres avec les autres? Oui, le pas à franchir avant toute chose, c’est d’être bien avec soi. Serait-se criminel alors d’aspirer à être bien, sous prétexte que les barjots, violeurs, tortionnaires et autres se sentent bien quand ils commettent leurs forfaitures …?Pour construire il faut communiquer et pour communiquer il faut que le message délivré soit compris, sans parasite d’aucune sorte , sinon : c’est nimportaouac…Amitié Joruri, Bise Arthi

Arthémisia 11/04/2008 21:33



Merci de renforcer ma nécessité avec tes mots, Amanieu.
Je me demande si  l’histoire que chacun entretient avec lui même n’est pas intimement liée avec celle qu’il entretient avec les
autres.


Comment être bien avec soi-même si nos relations avec les
autres foirent ? …et réciproquement.


Nous ne pouvons être BIEN seuls.


Moi, je n’en ai pas la force.



joruri 11/04/2008 16:09

???Il y a un symbolisme des faits.J'observe les éléments, les interactions, les mouvements de mes humeurs, mes craintes et mes désirs, et je prends cette "leçon" au sérieux. Je déduis, j'induis, j'écoute les mondes des croyants, de la science, ceux qui pensent, ceux qui rient et ceux qui pleurent.Je lis le monde comme un livre en essayant de deviner les tenants et aboutissants, l'intrigue, et même, la morale de l'histoire. Et je croise ces choses entre elles, les assemble, les téléscope, les confronte et les unis.Puis je cherche quelle parole semble résumer le mieux tout cela que je regarde, passionné et inquiet.Et je vois qu'il y a un haut et qu'il y a un bas, qu'ils sont aisés à confondre et que la voie est étroite, certes, mais qu'elle au moins conduit quelque part.Je veux reprendre le commentaire ci-dessus: "être bien avec soi-même". Ca ne suffit pas, il faut aussi être bien avec les autres ;) Car c'est là que tout commence...et finit...Car je suppose que certains meurtriers se sentent bien quand ils tuent, que c'est même pour se sentir bien qu'ils le font, ou moins gravement, c'est pour se "sentir bien" qu'une nation fait la guerre à une autre. Ou que des gens déposent plainte à tour de bras contre leur voisinage, et ainsi de suite. C'est un critère bien fuyant je trouve...Je pense en somme qu'il est tout à fait insuffisant, car il y a l'intérêt, et plus loin, L'INTERET BIEN COMPRIS, lequel parfois exige que pour un temps, on accepte de ne pas se sentir si bien que ça avec soi-même...Je prenais ce commentaire ci-dessus à titre d'exemple seulement, bien entendu.Ce que je veux dire c'est qu'il faut savor laisser le BON pour le MEILLEUR. Cela, pour moi, s'appelle "cheminer".On a tous conscience d'avoir atteint un point dans notre vie, et le chemin commence avec la conscience que ce point se situe sur une ligne...

Arthémisia 11/04/2008 16:23



Je persiste et signe dans ma réponse précédente ; il me semble que toi tu sais ta
ligne et que moi je l’ignore.


Un mur blanc se dresse devant moi.


Et comment puis je être bien avec les autres si je ne suis pas bien avec moi et
Lycée de Versailles vice et versa ? Comment être bien si je me sens hors des choses, de toutes les choses, qu’elles me paraissent toutes inutiles voir néfastes, quand je suis
seule, seule, seule, que je  ne peux pas prétendre au meilleur n’ayant même pas de bon, quand mon chemin me semble mener nulle part ?



joruri 11/04/2008 14:12

C'est tout de même curieux qu'hier au soir j'ai mis sur mon blog deux dessins qui pour moi représentent l'un l'enfer l'autre le paradis...Ceux avant le calys...

Arthémisia 11/04/2008 14:19



 Curieux oui, mais il me semble que toi tu as la réponse. Moi pas.


 



joruri 11/04/2008 14:07

L'en-bas est quantique et chaotique. Ebullition.En-haut est bleu et splendide.Entre les deux l'homme,le PONTife.

Arthémisia 11/04/2008 14:16



Le pont est orange alors?



Amanieu 11/04/2008 13:07

Le jardin des contradictions où nous serons les jardiniers de notre âme, l'enfer est le paradis. Le grand secret est d'être bien avec soi... (pour faire concis) Bise Amanieu

Arthémisia 11/04/2008 13:43



Le GRAND, grand, grand, secret…tellement grand que je ne le vois pas
souvent….


Bises


Arthi



"Rimbaud, nuit de l'enfer" 11/04/2008 12:28

J'ai avalé une fameuse gorgée de poison. - Trois fois béni soit le conseil qui m'est arrivé ! - Les entrailles me brûlent. La violence du venin tord mes membres, me rend difforme, me terrasse. Je meurs de soif, j'étouffe, je ne puis crier. C'est l'enfer, l'éternelle peine ! Voyez comme le feu se relève ! Je brûle comme il faut. Va, démon !
J'avais entrevu la conversion au bien et au bonheur, le salut. Puis-je décrire la vision, l'air de l'enfer ne souffre pas les hymnes ! C'était des millions de créatures charmantes, un suave concert spirituel, la force et la paix, les nobles ambitions, que sais-je ?
Les nobles ambitions !
Et c'est encore la vie ! - Si la damnation est éternelle ! Un homme qui veut se mutiler est bien damné, n'est-ce pas ? Je me crois en enfer, donc j'y suis. C'est l'exécution du catéchisme. Je suis esclave de mon baptême. Parents, vous avez fait mon malheur et vous avez fait le vôtre. Pauvre innocent ! - L'enfer ne peut attaquer les païens. - C'est la vie encore ! Plus tard, les délices de la damnation seront plus profondes. Un crime, vite, que je tombe au néant, de par la loi humaine.
Tais-toi, mais tais-toi !... C'est la honte, le reproche, ici : Satan qui dit que le feu est ignoble, que ma colère est affreusement sotte. - Assez !... Des erreurs qu'on me souffle, magies, parfums faux, musiques puériles. - Et dire que je tiens la vérité, que je vois la justice : j'ai un jugement sain et arrêté, je suis prêt pour la perfection... Orgueil. - La peau de ma tête se dessèche. Pitié ! Seigneur, j'ai peur. J'ai soif, si soif ! Ah ! l'enfance, l'herbe, la pluie, le lac sur les pierres, le clair de lune quand le clocher sonnait douze... le diable est au clocher, à cette heure. Marie ! Sainte-Vierge !... - Horreur de ma bêtise.
Là-bas, ne sont-ce pas des âmes honnêtes, qui me veulent du bien... Venez... J'ai un oreiller sur la bouche, elles ne m'entendent pas, ce sont des fantômes. Puis, jamais personne ne pense à autrui. Qu'on n'approche pas. Je sens le roussi, c'est certain.
Les hallucinations sont innombrables. C'est bien ce que j'ai toujours eu : plus de foi en l'histoire, l'oubli des principes. Je m'en tairai : poètes et visionnaires seraient jaloux. Je suis mille fois le plus riche, soyons avare comme la mer.
Ah ça ! l'horloge de la vie s'est arrêtée tout à l'heure. Je ne suis plus au monde. - La théologie est sérieuse, l'enfer est certainement en bas - et le ciel en haut. - Extase, cauchemar, sommeil dans un nid de flammes.
Que de malices dans l'attention dans la campagne... Satan, Ferdinand, court avec les graines sauvages... Jésus marche sur les ronces purpurines, sans les courber... Jésus marchait sur les eaux irritées. La lanterne nous le montra debout, blanc et des tresses brunes, au flanc d'une vague d'émeraude...
Je vais dévoiler tous les mystères : mystères religieux ou naturels, mort, naissance, avenir, passé, cosmogonie, néant. Je suis maître en fantasmagories.
Écoutez !...
J'ai tous les talents ! - Il n'y a personne ici et il y a quelqu'un : je ne voudrais pas répandre mon trésor. - Veut-on des chants nègres, des danses de houris ? Veut-on que je disparaisse, que je plonge à la recherche de l'anneau* ? Veut-on ? Je ferai de l'or, des remèdes.
Fiez-vous donc à moi, la foi soulage, guide, guérit. Tous, venez, - même les petits enfants, - que je vous console, qu'on répande pour vous son coeur, - le coeur merveilleux ! - Pauvres hommes, travailleurs ! Je ne demande pas de prières ; avec votre confiance seulement, je serai heureux.
- Et pensons à moi. Ceci me fait peu regretter le monde. J'ai de la chance de ne pas souffrir plus. Ma vie ne fut que folies douces, c'est regrettable.
Bah ! faisons toutes les grimaces imaginables.
Décidément, nous sommes hors du monde. Plus aucun son. Mon tact a disparu. Ah ! mon château, ma Saxe, mon bois de saules. Les soirs, les matins, les nuits, les jours... Suis-je las !
Je devrais avoir mon enfer pour la colère, mon enfer pour l'orgueil, - et l'enfer de la caresse ; un concert d'enfers.
Je meurs de lassitude. C'est le tombeau, je m'en vais aux vers, horreur de l'horreur ! Satan, farceur, tu veux me dissoudre, avec tes charmes. Je réclame. Je réclame ! un coup de fourche, une goutte de feu.
Ah ! remonter à la vie ! Jeter les yeux sur nos difformités. Et ce poison, ce baiser mille fois maudit ! Ma faiblesse, la cruauté du monde ! Mon Dieu, pitié, cachez-moi, je me tiens trop mal ! - Je suis caché et je ne le suis pas.
C'est le feu qui se relève avec son damné.

Arthémisia 11/04/2008 13:40



Je ne peux rien rajouter  sauf quelque chose que j'ai écrit  il y a presque
3 ans ...
Merci pour ce Rimbaud qui me bouleverse.
Je t'embrasse (.) ...regarde le monde…malgré tout, malgré tout.


Arthi


Le
Ver et moi


 


 


Il est de nouveau là, rampant sous le
soleil.


Il est de nouveau là, se glissant sous ma
peau.


Le voici de retour, dans mon ventre, dans mes
os.


Il a gravi mes seins en distillant son
fiel,


son poison vénéneux qui creuse et
mord


mon âme, ma tête et mon sexe qui se
tord


du vide affreux du manque et qui
mêle


les larmes aux « hier tu étais
belle ».


Aujourd’hui son acide sans bruit s’écoule en
moi


pour finir par tomber de mes yeux sur la
page


où même mon stylo n’est plus maître de
rien.


Et même mes caresses si souvent peu
sages,


ne savent plus me porter vers un nouveau
bien.


 


Loin de lui je veux fuir.


L’oublier, le chasser.


Mais comment le détruire


ce ver qui en moi


est si bien installé ?


Je sais :


il faut le faire sortir,


le cracher, le vomir,


en mille morceaux le couper,


le brûler, le faire cuire,


au feu d’un amour retrouvé.


 


Mais le ver est solide


puissant et morbide,


et ne se laisse pas facilement
attraper.


Coup sur coup il revient me
happer,


m’engloutir, me détruire,


à petit feu me nuire,


jusqu’à ce qu’un matin
d’automne


on ne retrouve dans mon
atelier


que mes peintures d’hommes


et mon sale tablier.


Copyright © Arthémisia - août 2005


 


 



M&A 11/04/2008 08:01

Etes vous rouge ou verte? Rose ou bleu, je ne vous y vois guère.

Arthémisia 11/04/2008 13:18



Le tableau est grand. Ceci n’en est qu’un extrait. Je suis plutôt là :


http://yumik.files.wordpress.com/2007/03/bullboschg-1.jpg



orchis-mauve 11/04/2008 07:57

Une vie rêvée, les anges ! sas sexe.... ils ne peuvent savoir ce qu'ils perdent en compatraison de l'ennui qui doit les envahir à la longue :Pas da passion si excitante,pas de tendres corps unis...le rose et le bleu, tristement fadesbises complices .

Arthémisia 11/04/2008 13:15




Peut être sont ils en paix ?
Je m'interroge...


 



502 11/04/2008 00:46

Merci d'avoir fait resurgir ainsi ce tableau du Caravage car c'est bien celui-ci en effet... Cette toile m'avait beaucoup impressionné, en dépit de ma faible attirance de départ pour les natures mortes. C'était à la pinacotheca Ambrosiano, si ma mémoire est bonne. J'ai bien pris note également du film en question. Il est fort possible que je mette ce conseil à profit. Ce commentaire, plus obscur que clair, s'achèvera sur une question : A quel personnage du jardin des délices ressemblez-vous le plus ???

Arthémisia 11/04/2008 13:12



J'aimerai être celui là...http://yumik.files.wordpress.com/2007/03/bullboschg-1.jpg

bises
Arthi
ps: le tutoiement te gène?