Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

765 - Chair

Publié le par Arthémisia

 


 

Tout ce qui est rare est chair

 

Copyright © Arthémisia - Sept 2008

Avec : Jean de Bologne - L'Enlèvement d'une Sabine

Commenter cet article

gicerilla 01/10/2008 21:43

La mythologie, source intarissable pour l'artiste qui veut oser une composition audacieuse sans se faire condamner par des censeurs bien-pensants. Construction périlleuse, point de vue surprenant. Sensation de déséquilibre et de mouvement épatante. Superbe !

Arthémisia 01/10/2008 21:48



eh, oui..l'Académie des Beaux Arts a muselé les productions des artistes qui ont dû ruser allégrement pour donner à voir en allant au-delà des normes.
Cette sculpture est un bel exemple de l'utilisation de la mythologie pour "faire" de la chair!
Et quelle chair?!



Jean-Marc Bellot 01/10/2008 02:26

Il n'y a rien à retrancher ; entre le corps et l'esprit se noue un dialogue dont je ne sais qui est le jouet. Mais ce dont je suis certain, c'est que tant que la conversation a lieu entre le corps et l'esprit, la vie demeure. Notre palpitant cogne tout aussi dur aux élans de la chair qu'aux élucubrations de notre esprit. Les masturbations se font soit avec la main, soit avec l'intellect. La main et la cervelle appellent, par des chemins certes bien différents, aux mêmes jouissances. Vinci disait de la peinture qu'elle était "cosa mentale" (c'est un "o", chère Arthi). Mais Cézanne lui répondait qu'on "peint avec ses couilles". La peinture est liquide et peu importe qu'on l'agrémente de jus de cerveau ou de quelques gouttes de sperme. C'est un art [é]jaculatoire.Mais la sculpture... C'est une autre affaire. As-tu remarqué que, de tous les arts, c'était le seul qui procédait par retranchement. J'ôte des bris de marbre pour faire émerger la forme. Je pars d'un bloc informe. J'extrais la gangue. Puis, je modèle. Je burine, je pilonne, je taille, je pétris... Il y a de la sueur, des mains qui font mal, des cals en perspective. Il y a une violence indissociable de l'acte de sculpter, un caractère irréparable. Pas de petites touches, pas de retouches possibles. Ici, c'est avec le poing que je travaille. Le poing & le marteau... Les révolutions ne sont plus très loin !   

Arthémisia 01/10/2008 06:33



Il me semble que nous-mêmes sommes les jouets et
que cela nous sied bien. C’est justement quand nous perdons l’attrait de ce jeu, que nous perdons les plaisirs de la « conversation », que la vie se perd, que nous entrons dans la
mort.


Pourquoi parler de masturbation ? Cette
pratique existe, JM, mais je ne la différencie pas de toutes les autres qui elles aussi nécessitent l’appel de l’intellect ou du moins du psychisme. Comme tu le dis, les chemins de la jouissance
sont pluriels.


 


OK pour la Cosa (of course !)  léonardienne et les couilles de Cézanne (que je connaissais.. .enfin façon de parler !). Un de mes profs, disait lui, qu’on peint avec ses tripes. Je
crois qu’il est dans le vrai tant mon métabolisme intestinal est soumis aux aléas de mon psychisme et qu’il retrouve des fonctions apaisées quand je prends les
pinceaux !!!


 


Je me refuse à différencier autant que toi la
pratique de la sculpture de celle de la peinture. Peindre c’est aussi retrancher, gratter, arracher, enlever, découper, percer même (j’entends peindre comme on le fait depuis le XXème siècle-
 voir le travail de Lucio FONTANA pour ne citer que lui…


http://in-errances.blog.lemonde.fr/files/fontana3.gif


 


 


Et sculpter c’est aussi ajouter, construire,
assembler, installer. (voir par exemple des artiste du land art, Richard Long…


http://www.artatswissre.com/data/art/56/LR_Earthquake%20Circle.jpg


Andy
Goldsworthy…


http://www.writedesignonline.com/history-culture/AndyGoldsworthy/goldsworthy.jpg )


 


Mais quand tu parles de révolution. Là, je te
suis : créer que ce soit sculpter, peindre ou pratiquer tout autre Art, c’est avant tout faire la révolution…et d’abord avec soi-même, avec tout le formatage qu’on a pu recevoir,
l’endoctrinement familial,sociétal et culturel. Créer c’est avant tout chercher sa liberté, lutter, lutter, lutter…


Merci de ton comm. Jean Marc, qui fait bien
avancer le schmilblick !


Mes bises


Arthi (qui retourne faire sa
guerre… !)



la fontaine 30/09/2008 20:10

Ce n'est même donné à priori à personne.

Arthémisia 30/09/2008 20:11



Rien n'est vraiment donné...sauf la vie.
Tout est à conquérir.



la fontaine 30/09/2008 19:40

Si l'oeil d'abord aveuglé passe du côté de la lumière il devient lentement clairvoyant, visionnaire.

Arthémisia 30/09/2008 19:41



Je te le concède. Mais le déplacement est nécessaire et pas à la portée de tous...



la fontaine 30/09/2008 13:05

Que la chair soit aveuglante lucidité et non pas aveuglement!

Arthémisia 30/09/2008 19:22



Et pourtant trop de lumière aveugle....



Jean-Marc Bellot 30/09/2008 10:06

Voilà un joli détournement de sens, Arthi. Clique-moi et dis-moi ce que tu penses de ce jeu de doigts fermement plantés dans la chair. Il s'agit encore d'un rapt. Celui de Proserpine cette fois.Rapt & ravissement partagent la même racine. Les illuminations sont rares, mais quand elles se manifestent, la chair n'est plus très loin. Thérèse, la petite carmélite d'Avila, ne me contredirait pas, je crois. 

Arthémisia 30/09/2008 19:20



C'est étrange comme dans les temps de manque se conjuguent souvent  les élans mystiques et les élans charnels, un peu comme si la main de Pluton dans la chair de Proserpine  rejoignait
dans quelque lieu mystérieux l’abandon de Thérèse.


Un lieu lumineux sans aucun doute puisqu’il mêle corps et âme….


L’esthétique poétique –qui plus est chez des artistes comme Jean de Bologne ou le
Bernin- naît de la lutte d’un outil avec un matériau, et d’une causa mentale (pas sûre de l’orthographe ?) et d’un geste technique virtuose.
L’artiste est celui qui compose esprit et chair…(Ceux-ci sont de exemples excessivement parlants.)


Je ne comprends pas pourquoi il faudrait les dissocier …On y perdrait beaucoup, à
commencer par la Beauté.



catherine 29/09/2008 21:59

Effectivement, la chair se fait parfois rare...bonne nuit Arthi

Arthémisia 30/09/2008 05:07



Ce n'est pas ce que j'ai dit mais c'est très valable aussi...
Bonne journée Catherine
mes bisous
Arthi



Alex 29/09/2008 19:58

Tout ce qui est art éclaire.

Arthémisia 29/09/2008 21:21



...ceux qui ont les yeux ouverts.
Merci de ton comm. Alex qui va tout à fait dans le sens de ma pensée crépusculaire.
Bisous
Arthi



mikel 29/09/2008 15:46

Ah ben justement sur mon blog j'ai mis une sculpture que tu connais peut-être : elle plus "politiquement correcte" que la tienne mais je la trouve assez étonnante quand même (on à vraiment une sensation d'élévation : enfin tu me diras ce que tu en penses)

Arthémisia 29/09/2008 17:52



J'y vais de ce pas!
Bises
Arthi



Paco 29/09/2008 15:17

En voilà  un bel enjambement!Est-ce là un grand écart à  sa sexualité  pour céder à  la tentation de goûter d'autres saveurs plus rares?Paco

Arthémisia 29/09/2008 17:51



Une sexualité digne de ce nom ne peut se vivre dans l'étroitesse...
Bises
Arthi



la fontaine 29/09/2008 12:56

Non seulement l'une n'empêche pas l'autre mais l'une se met au service de l'autre. Eva Braun a du en savoir quelquechose.

Arthémisia 29/09/2008 17:41



Ton exemple me paraît très restrictif...
(En ce moment et   pour une histoire de confort personnel, j'ai envie d'éviter les réflexions trop morbides. Il y a des moments où la joie est une necessité quasi vitale.)

Pour en revenir à notre sujet, c'est justement quand la grande virtuosité disparait derrière les qualités esthétiques qu'on peut parler de Beauté.
Michel Ange, Canova, le Bernin, Rodin...savent de quoi je parle. Et je pourrai continuer la liste...



joruri 29/09/2008 10:58

Amoncelement de corps. C'est une sculpture technique et le sujet n'est qu'un pretexte pour la virtuosité. Un peu comme le jazz qui explore un thème.Un sculpture jazzy donc, et d'une chorégraphie extrêmement maniérée...

Arthémisia 29/09/2008 11:02



Oui c'est très très technique mais très très charnel aussi.
L'un n'empèche pas l'autre!



juliette ou O. 29/09/2008 08:36

cette Sabine ne semble pas tellement résister.... elle a bien raison.La "chair" de l'homme est très tentante et chaude et ferme !

Arthémisia 29/09/2008 10:16



YES!
Aurions nous les mêmes goûts, Juliette?!
Bises
Arthi



la fontaine 29/09/2008 08:25

Il n'est évidemment pas question dans cette proposition de chair à canon

Arthémisia 29/09/2008 10:15



Les canons .......de l'esthétique ont évolués depuis la Renaissance mais cette période a encore ses adeptes.