Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

772 - L'Oeuvre nouvelle

Publié le par Arthémisia


« ...c'était sur des surfaces unies et planes comme celles de la mer que, par un matin d'orage déjà tout empourpré, commençait au milieu d'un aigre silence, dans un vide infini, l'œuvre nouvelle, et c'est dans un rose d'aurore que, pour se construire progressivement devant moi, cet univers inconnu était tiré du silence et de la nuit. »

Marcel PROUST - La Prisonnière - Le Septuor de Vinteuil

 Avec : Nicolas de STAEL - Paysage

Commenter cet article

juliette ou O. 14/10/2008 16:37

Laquelle des oeuvres est la plus prenante, cette belle oeuvre orangée et craquante comme un gâtrau, ou cette rose d'aurore de ProustTu as le talent de réunnir ceux qui doivent s'aimer

Arthémisia 14/10/2008 21:40



Elles me semblent pleines toutes les 2, gorgées de sens.
En lisant Proust cet été, je ne faisais que penser à deStaël, à la densité sobre de ses toiles, à la richesse de leur matière, la pureté de leurs couleurs, la force évocatrice de ses choix
plastiques.



Briesing 09/10/2008 21:03

Belle association entre 2 oeuvres.

Arthémisia 10/10/2008 06:29



La rencontre de 2 pleins.



Père SPEKTIVE 08/10/2008 20:13

Parent de Madame de Staël?

Arthémisia 08/10/2008 21:51



Possible...mais je n'affirmerai rien. Je n'ai pas leur arbre généalogique en main.http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_de_Sta%C3%ABl
http://fr.wikipedia.org/wiki/Germaine_de_Sta%C3%ABl



Nicolas 


De l’Albatros


Tu es le frère :


Grands bras, longues jambes.


De la vie, tu enjambes


Une enfance meurtrie


Et des péripéties


De voyages exotiques


De recherches éclectiques


Entre figuration et abstraction


Travail et passion


 


Corps à corps de couleurs


Vertiges de matière


Déjà ton combat cesse.


 


Ton aile va vers


Ceux que tu admires :


Uccello et Seghers


Dans la lumière, les rires


Ton vol s’arrête.


Et tu te jettes


Dans le vide.
Nicolas.


Copyright © Arthémisia – mars 1999



joruri 08/10/2008 13:16

Il y a trop d'adjectifs qualificatifs dans cette phrase, Marcel ! :)
Ce que je ne donnerais pas pour aller à l'expo Picasso...
Juste avant la fin du monde...

Arthémisia 08/10/2008 21:41



Appréciation personnelle, Joruri.
J'ai découvert PROUST cet été et m'en suis régalée. Nous sommes évidemment dans le détail, l'abondance, le "baroque", ...mais ça fait du bien, joruri, je t'assure, d'être de temps en temps
entouré de mots...


Et que ne donnerais je pas pour aller voir l'expo BACON à Londres!
Voir BACON et mourir....pourrait être un projet intéressant...
Je laisse les autres continuer de vivre s'ils le souhaitent...



Mikel 08/10/2008 12:22

Belle alliance d'image et de motsA relire et à relire, à revoir et à revoir !

Arthémisia 08/10/2008 21:37



Je trouvais la densité de la peinture de STAËL tellement en adéquation avec le verbe idiosyncratique de PROUST...!
Plein, voilà leur Art.
Et je ne me priverai jamais ni de voir et revoir la peinture de Nicolas de STAEL et de lire et relire PROUST !



anonyme 08/10/2008 10:40

Il n'y a pas que l'aurore qui se lèveIl y a aussi le crépusculeSera-t-il baigné par le rose tendre des genèsesd'avant les premières démiurgiques créations humaines ?

Arthémisia 08/10/2008 21:31



Il est des urgences qui ne permettent aucune projective mais oblige à ne vivre que l'instant présent et urgemment.



Jean-Marc Bellot 08/10/2008 08:00

Dans le même esprit, ces quelques lignes de Paul Valéry que je viens de découvrir et que j'ai plaisir à te transmettre ce matin : Ces jours qui te semblent videset perdus pour l'universont des racines avidesqui travaillent les déserts.Je t'embrasse

Arthémisia 08/10/2008 21:25



Ce jour qui me semble vide
et perdu pour l'univers
a des racines avides
qui travaillent le désert.
....


Merci pour ce texte de Valery, Jean Marc. Tu ne peux pas savoir comme il touche aujourd'hui particulièrement.
Mes bises
Arthi