Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

840 - Haïku serrés*

Publié le par Arthémisia

 

http://pedagogie.ac-montpellier.fr/Disciplines/arts/arts_plastiques/carredart/contre-images/Brancusi-Oiseau.jpg

 

Exigeons l'exiguïté

Le rapt rapide

L'exquise quête.

Oiseau, étroite moi.

Je tremble, oiseau,

De ta condensation.

Dans la rude étroitesse

La sculpture concentre

Sa rupture.

Copyright © Arthémisia - Déc 2008

Avec : Constantin BRANCUSI - L'Oiseau

Commenter cet article

joruri 11/01/2009 16:38

Il n'y a plus qu'à mettre un oeuf de fabergé...

Arthémisia 11/01/2009 17:25



Ils sont très précieux mais je les trouve un peu ...chargés!



fazou 10/01/2009 20:50

Plus besoin d'âtre certains de vouloir lire tes poèmes? "Vous êtes sûrs?" Ok, ben oui, évidemment! En voilà une bonne chose… J'aime bien le premier, qui pourrait dissimuler des jeux de mots…

Arthémisia 10/01/2009 20:55



Merci d'aimer et de le dire si bien!
Des jeux de mots?....vraiment, je n'en vois aucun!!!!!(rires++++)



bleu virus 10/01/2009 00:19

Monolithique. L'explosion est prévue pour qu'elle heure ?!

Arthémisia 10/01/2009 09:35



pas de timing s'il te plait!!! No stress...



O. 09/01/2009 23:09

Eh bien nous disons la même chose : l'union, l'unicité ce sont des noms !Je vais au lit

Arthémisia 09/01/2009 23:10



Je pensais que tu me parlais d'un nom propre, autant dire d'une personne...



O. 09/01/2009 23:03

Je suis têtue, un chiffre peut-être anobli en nom propre.Bon!

Arthémisia 09/01/2009 23:05



Je pensais à quelque chose de l'ordre de l'unité, de l'unicité, de l'union. A un concept pas du tout à une personne. Mais j'intellectualise peut-être
trop(!!!)



O. 09/01/2009 22:56

Qui doit être un nom propre . Le UN

Arthémisia 09/01/2009 23:01



Je ne crois pas. Il s'agit d'un chiffre.



O. 09/01/2009 22:50

finaude, je viens de comprendre qu'on dit un 'Haïku" des "Haïkaï".... c'est ça ?cette belle  et violente sculpture exige dans sa condensation le mot qui ne la rompt pas

Arthémisia 09/01/2009 22:52



Oui, enfin je crois...
Le mot...je crois qu'il s'agit même de l'article UN.
...modification de ma réponse le 24/01/09 : c'est l'inverse, on dit un haïkaï, des haïku.


Gérard 09/01/2009 18:29

Salut sur instant present ..il ya des mots , à ecrire à deposer , je compte sur toi Bisous Gérard

Arthémisia 09/01/2009 18:53



Je vais aller y faire un tour. Tu peux compter sur moi.
Bises
Arthi



unevilleunpoeme 09/01/2009 18:26

Belle condensation entre le Japon et Brancusi...

Arthémisia 09/01/2009 18:53



Ce sont loin d'être des vrais haïku, juste de courtes compressions de pensées.



Gondolfo 09/01/2009 17:50

une très belle année en condensation :)

Arthémisia 09/01/2009 18:51



L'expension a du charme aussi. Relis mes réponses à anonyme!



anonyme 09/01/2009 14:12

Je suppose ..car moi perso je ne pourrais plus lire Proust continument comme je le lisais dans mon adolescence, ni aucune oeuvre romanesque d'ailleurs. Mon changement de goût dans le style a vraiment correspondu a un changement de conscience du temps, à un tournant à effectuer dans ma vie.

Arthémisia 09/01/2009 18:50



Alors que moi j'ai lu Proust cet été et actuellement je lis des haïku. Des moments, des instants, t'ai-je dit. Peut-être aussi ce qui correspond à la demande
d'une conscience?



anonyme 09/01/2009 14:00

C'est alors comme les tempo différents au cours d'une même oeuvre musicale mais qui la développent ainsi...je suppose.

Arthémisia 09/01/2009 18:48



Oui, je crois que c'est ça.



anonyme 09/01/2009 13:46

Chaque style en son temps

Arthémisia 09/01/2009 13:54



Je ne sais pas si c'est une question de temps  mais de manière plus serrée, de moments, d'instants!
Il m'arrive d'ailleurs assez souvent de m'épancher très (trop?) longuement...
Dans ces cas là je ne me sens pas pour autant d'un autre temps!



anonyme 09/01/2009 13:38

Très serrés en effet...comme je les aime. Bravo.

Arthémisia 09/01/2009 13:42



Et j'aime Proust pourtant!



joruri 09/01/2009 12:39

C'est comme l'élancement d'une douleur qui perce du dedans les yeux. Une fatigue en aiguille, une lame ingérée.
Une plume de pierre qui crêve l'immobilité d'un ciel marmoréen.
D'un baiser de bulle
peut-on la faire s'incliner ?

Arthémisia 09/01/2009 12:53



Les baisers de bulle enflamment les cieux.
Sourire....