Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

847 - La Femme qui ne dort pas

Publié le par Arthémisia

Un voyage en train. Voilà la dernière suggestion de Juliette sur le blog Papier Libre.

 



Voilà deux heures qu'ils ont quitté la gare de T.

Tous les passagers somnolent.

Il y a seulement une femme qui ne dort pas.

Elle pourrait elle aussi vouloir échapper à l'odeur lourde du wagon mal aéré. Elle pourrait se laisser bercer par  le ronflement sourd de la machine sur les rails. Elle sait la négligence qu'elle met à feuilleter le livre qu'elle a dans les mains et pourrait l'abandonner vraiment.

Elle sait que le voyage sera long, que là-bas elle devra travailler, réfléchir, agir, discuter, convaincre.

Elle sait qu'elle aura froid, très froid mais qu'elle verra du Beau. Cela la rassure.

 

Non, elle ne dort pas. Elle ne veut pas dormir. Et pourtant ses yeux sont clos. Elle écoute son silence.


Dans le train pour A., il y a une femme qui prie.


Copyright © Arthémisia - janv 2009 


 

 

NB: Je pars quelque jours à A. et n'aurai pas accès au net. Je répondrai à vos comm. dès mon retour.

 

Avec : Edvard HOPPER- Compartiment C - Voiture 193 - 1938

Commenter cet article

anonyme 25/01/2009 16:11

On ne prie que pour la perduration, la réalisation, l'acceptation, la reconnaissance,  d'un choix déjà fait au fond de son coeur.

Arthémisia 25/01/2009 16:16



Oui, tout à fait , prier c'est faire le choix de mettre sa croyance dans cette perduration, cette réalisation, cette acceptation, cette
reconnaissance.



STANER 24/01/2009 19:58

euh, oui de moi ...

Arthémisia 24/01/2009 21:11



Mais il faut le dire fort et clair!
...dommage je suis plutôt blonde et je n'ai pas les yeux bleus.
Snif....



bleu virus 24/01/2009 19:54

Et ce voyage ...???

Arthémisia 24/01/2009 21:09



Je suis très contente, Virus. C'était seulement trop...court!



balaline 21/01/2009 18:54

Elle pense très fort, elle prie.... mais sait-elle que dans le silence de sa nuit vibre une petite voix qui la pousse doucement vers l'ailleurs ?beau voyage !

Arthémisia 23/01/2009 22:42


Merci de ton passage, Balaline. Le voyage fut très agréable malgré la météo ..humide et froide; Oui, je crois qu'elle sait cette voix, qu'elle l'entend, ne serait-ce qu'inconsciemment.


catherine 21/01/2009 10:18

On priera avec elle.je t'embrasse Arthi

Arthémisia 23/01/2009 22:40


Merci Catherine.


anonyme 20/01/2009 20:41

Il n'y a qu'une possibilité quand on ne prie pas: il ne se passe rien..A priori tout à fait partial.

Arthémisia 23/01/2009 22:36


Prier c'est faire des choix, LE choix.


joruri 20/01/2009 20:20

Il y a deux possibilités quand on prie.Soit il se passe quelque chose, soit il ne se passe rien.Il n'y a qu'une possibilité quand on ne prie pas: il ne se passe rien.Tu as raison d'oser prier, c'est audacieux et à rebours du temps.La vraie question étant quand même; prier, oui, mais qui ?

Arthémisia 23/01/2009 22:34


Joruri, je n'ose pas prier; je n'ai pas à oser prier; mais j'ai besoin de prier. Et je me fiche totalement des modes. Mes nécessités sont autres. Quant à savoir qui je prie, je crois que je cherche
le même Dieu que toi et que même si mon pas me semble bien moins assuré que le tien, je suis sur le même chemin que toi.


Vincent STANER 20/01/2009 16:46

Voilà Arthémisia un petit poème sur le thème du voyage en train :
Encore une autre ! Brune cette fois,
qui de ses jolis yeux bleux me contemplait.
 
Assise près de moi, nous étions dans le train.
Dans le dernier wagon notre banquette, dos à la marche,
offrait en spectacle les rails qui fuyaient.
 
Je sentais contre moi la chaleur rassurante de son corps.
Et bien que je ne la connaissais pas,
elle posa lentement sa tête sur mon épaule.
 
Elle semblait depuis longtemps me connaître
Et bien que ne l'ayant jamais vue, j'avais
à ma stupeur la même délicieuse impression.
 
Je sentais à la tendresse de son étreinte
qu'elle s'abandonnait au moment. Troublé,
je retenais mon soufle et n'osais plus bouger.
 
Mon réveil la fît d'un coup disparaitre...
Mais je passais la journée à chercher
ses yeux bleux et ses belles mèches brunes.

Arthémisia 23/01/2009 22:31


Les voyages sont souvent des abandons. Merci pour ce poème...de toi, Vincent?


Juliette 20/01/2009 11:10

J'ai oublié d'ajouter, bon voyage, mes pensées t'accompagnentBisous

Arthémisia 23/01/2009 22:29


Je le savais! Bisous Arthi


Juliette 20/01/2009 11:09

Elle a raison de prier, pour le bonheur, celui qu'elle désire, celui qu'elle donnera

Arthémisia 23/01/2009 22:29


Elle ne prie pas pour elle.


une mécréante 20/01/2009 09:03

YouTube - Barbara - Dis, quand reviendras-tu ?

Arthémisia 23/01/2009 22:27


Je suis de retour, ravie.


Clarinesse 20/01/2009 08:54

Très bon voyage, donc. J'espère que tes attentes ne seront pas déçues. Penserai à toi de temps à autre...

Arthémisia 23/01/2009 22:26


Excellent fut mon séjour : du bon travail et de merveilleuses rencontres dans une ville très agréable. Merci de tes pensées. Bises Arthi


anonyme 20/01/2009 08:24

Rien n'est moins sûr.

Arthémisia 20/01/2009 08:26



Je vais prier .



anonyme 20/01/2009 08:18

Choisit-on jamais sa destinée ?

Arthémisia 20/01/2009 08:20



On est libre quand même de monter ou pas dans le train.
Et d'y dormir ou d'y prier....



anonyme 20/01/2009 08:00

Le meilleur moyen de rater celui qui passe..Non ?

Arthémisia 20/01/2009 08:13



Le meilleur moyen pour exercer ses choix.



anonyme 20/01/2009 07:50

Non ! Un train à ne pas laisser filer sans nous.

Arthémisia 20/01/2009 07:54



Je crois au suivant. Parfois...



anonyme 20/01/2009 07:40

C'est pareil.

is 20/01/2009 07:46



La vie ne serait-elle qu'un quai de gare? Possible....



anonyme 20/01/2009 07:27

Va ! tu vas rater ton train...

Arthémisia 20/01/2009 07:29



Mais non!  ....On ne rate que sa vie.



anonyme 20/01/2009 07:21

La distance est liberté.

Arthémisia 20/01/2009 07:25



L'anonymat est aussi un refus, une barrière, une fuite.
Ce(lui) qui n'a pas de nom n'a que la liberté de choisir de se cacher mais est-il vraiment?



anonyme 20/01/2009 07:02

Dans la distance.

Arthémisia 20/01/2009 07:16



La distance est carapace ; elle éloigne l'humain.



anonyme 20/01/2009 06:54

Pour un anonyme ça l'est en effet. Les hôtesses de l'air souhaitent un bon voyage à tous les passagers sans que ceux-ci ne se soucient de son identité, ni elles de la leur.

Arthémisia 20/01/2009 07:00



Mais les passagers savent que c'est l'hotesse de l'air qui leur parle. Ils n'ont pas la nécessité d'en savoir plus. (et encore, cela est très
discutable...)
Où est l'humain dans le monde des anonymes?



anonyme 20/01/2009 06:38

Qu'importe !

Arthémisia 20/01/2009 06:48



Il m'importe de savoir qui me souhaite bon voyage.
Est - ce si étrange?



anonyme 20/01/2009 05:10

Beau  et bon voyage A, si tu n'es pas déjà partie.

Arthémisia 20/01/2009 06:09



Merci. 
J'apprécierai pourtant que vous précisiez  votre adresse mail que je sache qui vous êtes : plusieurs anonymes interviennent
ici!