Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

865 - A Pieds nus...

Publié le par Arthémisia

 

…Enfin pas tout à fait. Elle n’avait pas enlevé ses bas. Juste ses chaussures.

Elle avait hésité.  Et après tout, qu’avait-elle à craindre ? Au pire un regard moqueur.

Et puis elle ne connaissait personne dans cette ville. Elle les avait tant attendus, ce moment, cet endroit ! Il s’agissait désormais de les vivre comme il se devait. Et tant pis pour…Pour quoi, d’ailleurs ? Il n’y avait pas de quoi.

Elle prit le temps de la pose, les deux pieds bien à plat sur le sol. Assise sur le banc, elle sentait le bois blond s’offrir à elle. Fondre. Elle sentait sa douceur, son miel coloré de pain d’épices. De cannelle. De gingembre.

Elle se leva. Resta encore immobile quelques instants. Il fallait qu’elle perçoive pleinement le sol monter en elle, le bois grandir et courir dans ses veines. Un autre sang.

Elle avança. C’était l’hiver et elle avait l’impression de marcher  sur une plage déserte, à dix huit heures, en plein juillet. C’était bon. Comme les vacances. Elle se sentait partenaire de cette terre, recevant sa chaleur, sa force, sa grandeur. En communion.

Elle captait  tout le monde.

Elle avançait  lentement, s’arrêtant là ou là pour voir, pour regarder, un lieu, un fruit, un corps. L’énergie de l’Art circulait en elle, y entrait par son œil, s’attardait dans son ventre  et passait dans le sol, par ses pieds. Elle était son vecteur, son arbre, sa ligne de force.

Elle avançait de tableau en tableau, ses escarpins à la main. Le musée était à elle, rien qu’à elle. Elle se l’était approprié par la marche, par le contact direct de son corps avec le lieu.

Elle vivait dans le Beau ; il était devenu son monde.

La gardienne de la salle lui offrit un sourire complice :

-        «  Le Musée ferme dans cinq minutes, Madame. Il faudrait vous diriger vers la sortie. »

Elle garda ses chaussures à la main jusqu'à la porte.

Copyright @ Arthémisia – fév. 2009

Avec : Edgar DEGAS – Danseuse – Photographie de Franck HORVAT

Commenter cet article

Briesing 26/08/2010 17:34



J'espère que ceux qui disent qu'on passe notre temps en vacances vont faire un petit tour pas ici...


Bonne fin d'été tout de même !



Arthémisia 26/08/2010 17:39



Ceux là je les extermine à coup de couteau à peindre!


A toi aussi le meilleur et pour l'année scolaire aussi!



Briesing 26/08/2010 17:17



Merci, à toi aussi !


Je comprends pourquoi nous sommes devant notre écran ces jours-ci !



Arthémisia 26/08/2010 17:18



J'y ai passé bcp de temps pendant les vacances et pas que pour blogger. Nouveaux programmes + Histoire de l'Art au collège...ça fait du
boulot!



Briesing 26/08/2010 17:06



C'est exactement ce que je me dis... je suis instit, la rentrée c'est pour mardi.



Arthémisia 26/08/2010 17:09



pour moi c'est la pré-rentrée mercredi, prise en charge de la classe dont je vais normalement  être la prof principale jeudi, et début des cours lundi
suivant.


Bon courage!!!!



Briesing 25/08/2010 00:45



Je ne suis pas la seule à veiller...
Bonne nuit !



Arthémisia 25/08/2010 00:47



Rires!!!!


Je profite des derniers jours de vacances. La semaine prochaine il me faudra être plus raisonnable si je ne veux pas bailler devant mes
élèves.


Bonne nuit à toi aussi Briesing!



Briesing 25/08/2010 00:38



:)



Arthémisia 25/08/2010 00:43



merci de ton passage nocturne Briesing.



Briesing 21/04/2010 13:45



Quelle belle expérience tu nous contes là ! On dirait que tu étais toi-même en osmone avec cette femme aux pieds nus...



Arthémisia 21/04/2010 15:54



J'étais cette femme aux pieds nus!!! Eh oui...la seule zinzin à se balader dans le musée (d'Angers)  nu pieds!!!


Expérience que j'aimerai refaire d'autant que ce musée est magnifique et que certaines salles (Le Cabinet rouge....) invitent vraiment à un plaisir qui va
bien plus loin que le regard



fbd 12/02/2009 15:11

Une belle image très forte (les pieds nus)Bien sûr la sculpture est un bonheur des sens!J'ai revu des pastels de Degas, c'est extraordinaire!

Arthémisia 12/02/2009 15:13



Degas : douceur et force conjuguées...



Juliette 11/02/2009 09:08

Quelle agréable façon de percevoir les toiles et l'atmosphère si particulière d'un Musée, faite de recueillement et de communionBises

Arthémisia 11/02/2009 10:46



Vraiment, c'était quelque chose de très particulier, de quasi osmotique avec le lieu. Les profs d'Arts Plastiques qui traitent souvent du problème du lieu et
de l'oeuvre savent particulièrement cela.
Bises à toi aussi.
Arthi