Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

869 - La Femme à Marcel...(sic)

Publié le par Arthémisia


Je suis tout ce qu'il y a de bas dans la société, je suis la femme à Marcel. Marcel est aux usines voisines. Avant-guerre il faisait des moteurs d'avion, maintenant il fait des barattes. C'est un spécialiste, il gagne bien, Oui, il gagne suffisamment, je n'ai pas à me plaindre. C'est un ouvrier. On a eu trois enfants, deux sont morts, le troisième il est ouvrier aussi, il est marié. Il a un fils de quatre ans. Moi je suis la femme à Marcel. J'ai aucune spécialité. Je tiens bien mon ménage. Les copains à Marcel, quand ils viennent le soir : « Où il est Marcel ? » Je dis : « Il est au syndicat. » Alors ils disent : « J'reviendrai demain...Ca va ? » « Ca va. » Ils s'en vont. Pourquoi y resteraient ? J'ai rien à leur dire ? Je suis la femme à Marcel, en dehors de ça je ne vois pas. Le fils vient le dimanche : « Bonjour m'man. » Puis il parle avec le père. Moi je fais à manger. La bru parle avec eux, elle m'aide bien sûr mais on n'a pas grand-chose à se dire. J'ai jamais eu grand-chose à dire.

 

Marguerite DURAS 
Cahiers de la guerre et autres textes - P.O.L/IMec


Avec : Honoré DAUMIER - Femme et enfant. 

Commenter cet article

juliette 20/02/2009 18:34

Moi aussi je suis "la femme à Marcel"Pareil 

Arthémisia 21/02/2009 09:49



Sauf que moi je t'écoute....



bleu virus 17/02/2009 21:43

Cela me donne envie de lire Marguerite Duras!

Arthémisia 17/02/2009 21:46



Go! Sans hésitation!!!



joruri 17/02/2009 21:30

J'ai vu "des journées entières dans les arbres", avec Madeleine Renaud.Absolument inoubliable, au niveau du texte, et au niveau du jeu...I-nou-bli-able. La preuve, je m'en rappelle !C'est comme Henri Michaux, cette écriture là, ça me zèbre la peau...

Arthémisia 17/02/2009 21:38



Je suis entièrement de ton avis: déjà dans ces premiers textes on sent la force, l'impact, la profonde pertinance du mot. Dans la chair. Dans
l'âme.



Frederique 17/02/2009 10:08

Merci pour la référence des Cahiers...Je me permets de te renvoyer aux pages sur la "mère" dans "Un barrage contre le Pacifique", "l'Amant" evidemment, mais aussi "Douleur" et "Outside".L'Amie née en 1924 ? la "mienne" en 1922.. elle est en vol sûrement quelque part...Bonne journéeFrederique

Arthémisia 17/02/2009 10:16



Le film "un Barrage sur le Pacifique" est à mon programme du week end.( pas mal fait d'après Madeleine, mon amie!)

Ton amie est née là-bas aussi? La mienne y a vécu les 22 premières années de sa vie et a connu la famille de Marguerite Duras. Son père était ce qu'on appelait, le directeur du trésor.
Bonne journée à toi aussi
Arthi



catherine 17/02/2009 09:17

Elle n'a rien à dire mais elle n'en pense sûrement pas moins mais Marcel et les autresn'en ont aucune idée, persuadés qu'ils sont que le cerveau chez une femme est inutile et la parole superflue....j'aime bien Marguerite Duras...Bise et bonne journée

Arthémisia 17/02/2009 09:26



J'ai lu l'Amant il y a longtemps mais ces cahiers de guerre ont queques choses de fort qui tient à la jeune spontanéité de leur écriture : ils sont à
l'origine de presque tous les grands textes de Duras.

De sublimes pages sur la Douleur dans lesquelles j'ai retrouvé l'importance prégnante du temps chez cet écrivain. Héritage d'Indochine certainement où le temps n'a(vait)  pas la
même valeur qu'en Europe (d'après ma meilleure amie née là-bas en 1924)