Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

870 - Oiseau

Publié le par Arthémisia


Il est de ces êtres, de ces êtres rares,  chez lesquels, bien qu'elles puissent être très belles, je ne regarde pas  précisément  les mains mais  plutôt  la  sculpture changeante qu'elles impriment dans l'air, cette arachnéenne idée d'un réseau pollockien développé en trois dimensions, ce all-over immatériel, cette danse de leur présence au monde, ce lacis invisible de la future caresse, et de son pluriel sans cesse renaissant, ce printemps qui s'ouvre entre les paumes, cette brume rosée qui va s'évaporant dès que la pensée rebondit.


Il ne s'agit pas d'un corps, d'un plein, d'une présence palpable, charnelle. Il ne s'agit pas de muscles, d'os, de tendons, de sang.  Cependant,  il s'agit bien de vie.

Il s'agit d'un murmure qui s'efface aussitôt, d'un entre-deux mouvant, d'un passage ouvert aux vents, aux rayons du soleil, aux vagues, aux corps.

Il s'agit d'un espace bruissant, d'un lieu nouveau, d'un cadre, d'une couche, d'un nid.


Et je me rêve oiseau.


Copyright © Arthémisia - Février 2009

Avec : Photo de Catherine (merci!)

Commenter cet article

juliette 20/02/2009 18:17

Le printemps s'éveille et les oiseaux bruissent dans les haies. Ils préparent leur nid et le chat veilleTrès joli texte comme toujoursbisous 

Arthémisia 20/02/2009 18:20



La gestuelle est si élégante, si attirante parfois.
Merci d'aimer mes mots, Juliette
Arthi .



joruri 18/02/2009 18:42

Se rêver entre des ailes. Entre les ailes d'un autre.C'est être porté aux nues...

Arthémisia 18/02/2009 18:47



Cui-cui...
:0056:



catherine 18/02/2009 16:29

J'adore ton texte..Au delà du matériel comme pour une main, il y a toujours un peu plus, un peu plus loin quelque chose d'à peine dicible , seulement perceptible parfois...c'est pareil pour tout..Je suis contente de retrouver ici mon ami Georges  Rouge de son prénom..Hum, je constate qu'il est obèse et d'ailleurs c'est un constat que j'ai fait pour tous les gaillards dans son genre qui viennent au resto de mon jardin, il y a embonpoint chez tout le monde...je crois que je vais un peu limiter les graines roulées dans la graisse ...Bise et bonne soirée

Arthémisia 18/02/2009 17:01



je suis heureuse que ta photo se plaise en compagnie de mon texte. Encore merci.
Oui, je me plais à essayer de parler de ce qui est au-delà du simple rétinien, de cette trace sensible et sensuelle que les mots ont parfois du mal à accompagner et qui pourtant fait toute la
Beauté impalpable des mystères humains.

Pas de régime pour Mr Rouge Gorge: l'hiver n'est pas fini!
Belle soirée à toi aussi, Catherine.
Bises
A.



Clarinesse 18/02/2009 11:09

C'est un peu rude, mais tu as raison.

Arthémisia 18/02/2009 15:55



Peut-être faut-il aussi savoir apprivoiser ses rêves?



Clarinesse 18/02/2009 00:22

Je ne sais pas pourquoi, mais ça me rappelle quelqu'un... de très beau, bien que (ou parce que) impossible à apprivoiser.

Arthémisia 18/02/2009 05:57



Il n'est pas question d'apprivoiser. Juste de se remplir le regard. Il faut aussi savoir renoncer parfois, pas au Beau -cela est impossible- mais à son
rêve.