Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

872 - Se Recoucher

Publié le par Arthémisia

De Staël, l'immense,  pour Papier libre et toujours à l'initiative de Juliette ...

 

 

Se  recoucher.  Avec son café, le deuxième, le plus parfumé, le plus ample. Celui du plaisir. Celui qui remplace le sang.

 

Parasiter  encore un peu le lit, se refondre dans le creux à peine abandonné, se couler dans la tiédeur palpitante de la mémoire de l'ombre.

 

Poursuivre la durabilité,  s'abandonner au temps, à l'apesanteur, à l'absence de repère, à la non-présence, au devenir.

 

Se poser, hors des données générales, des obligations du jour, des communs, des modèles. Refuser, se refuser à être comme, comme eux, comme lui, comme elle. S'affirmer dans ce corps allongé, écoutant, respirant, solennel, tout à lui. 

 

Brouiller sa raison.

N'être  plus que sa vérité.

L'inviter, aujourd'hui, pour de bon et définitivement.

 

Accueillir sa naissance, son cri bleu.

 

Et laisser l'aube gigoter.

 

Copyright © Arthémisia - Février 2009

 

Avec : Nicolas de STAËL - Nu allongé.

Commenter cet article

chantal 07/04/2009 15:19

Merci Arthémisia pour ce beau texte et votre blog, que j'ai pu découvrir grâce à Lali qui partage si généreusement ses coups de coeur avec ses lecteurs, afin de leur procurer du bonheur ! Ainsi, petit à petit cela me permet d'ajouter parfois dans mes favoris,des liens vers lesquels je ne serais jamais allée, qui nous parlent de poésies, de livres, de musique..... et où se dégage surtout la même sensibilité que chez Lali !J'aime beaucoup vos mots "N'être plus que sa vérité". L'essentiel est dit ! Se sortir du conventionnel et de ce carcan que la société veut nous imposer tout au long de notre vie !!!  

Arthémisia 07/04/2009 15:31



Merci de votre enthousiasme, Chantal.

Je n'ai fait que décrire un moment d'infini plaisir tout à fait narcissique!

J'ai bien compris comment le blog de Lali fonctionne et suis honorée de me retrouver en lien chez elle. J'aurais cependant bien aimé qu'elle m'en avertisse.
Mais j'ai le pardon facile...

Ah oui, la vérité...Il s'agit surtout d'éviter de trop se perdre pour ne pas avoir à perdre son temps à se retrouver.



catherine 24/02/2009 13:00

Un texte m'est venu ce matin dans mon bain pour cette consigne...Bise

Arthémisia 24/02/2009 13:35



Je vais le lire chez PL.



Le temps d'un instant 22/02/2009 20:10

Bonjour Arthémisia,Se recoucher sans penser à rien après son café, laisser ses obligations de côté. C'est ce que je fais le dimanche matin puis j'écris mes pensées !Bon dimancheBérangère

Arthémisia 22/02/2009 20:52



Je crois très important de nous accorder des moments de ré-appropriation de nous-même. Celui là, dans le lit, m'est particulièrement ...agréable!
Merci de ton passage sur mon blog.
La porte reste ouverte.
Reviens quand tu veux
Arthémisia



rêves de tables 22/02/2009 16:29

Toujours sublime Nicolas De Staël. Merci pour cette jolie pause dans le temps.

Arthémisia 22/02/2009 18:13



Bien sûr la couleur chez de Staël est importante mais sa pâte, sa pâte! Tout est si riche, si somptueux! Le corps le plus simple, le pot le plus nu, le
paysage le plus sobre, parlent chez lui comme chez personne.



hozan kebo 22/02/2009 15:18

Time passes slowly up here in the daylight
(ça c'est du Dylan .... pas des Stones)

Arthémisia 22/02/2009 18:10



Aurions nous des références communes?!!!



Time Passes Slowly


Time passes slowly up here in the mountains,
We sit beside bridges and walk beside fountains,
Catch the wild fishes that float through the stream,
Time passes slowly when you're lost in a dream.


Once I had a sweetheart, she was fine and good-lookin',
We sat in her kitchen while her mama was cookin',
Stared out the window to the stars high above,
Time passes slowly when you're searchin' for love.


Ain't no reason to go in a wagon to town,
Ain't no reason to go to the fair.
Ain't no reason to go up, ain't no reason to go down,
Ain't no reason to go anywhere.


Time passes slowly up here in the daylight,
We stare straight ahead and try so hard to stay right,
Like the red rose of summer that blooms in the day,
Time passes slowly and fades away.


Copyright ©1970 Big Sky Music



mocka 22/02/2009 13:26

entre rêve et reveil que c'est beau!bzz

Arthémisia 22/02/2009 18:11



Une suspension, oui, pour se retrouver.
Bises Mocka.
Arthi



fbd 21/02/2009 16:36

Bel aplat rouge qui se poursuit dans tes lignes… Je me rappelle d'une fille aux beaux-arts qui ne dessinait que les draps froissés des lits et des oreillers…

Arthémisia 21/02/2009 17:33



Les plis c'est un travail technique très difficile. Michel Ange évidemment!



joruri 21/02/2009 10:08

C'est joli ce que tu dis là.Ça aurait fait un joli billet.

Arthémisia 21/02/2009 10:27



Je ne sais pas. J'ai tellement de mal à parler de lui sans m'effondrer.
D'ailleurs...
sourires
A.



bleu virus 20/02/2009 23:30

"N'etre plus que sa vérité" oh !!!! oui! se retrouver en soi même envellopé de sa propre présence, confiant en soi et  confiant en ce monde. Bise

Arthémisia 21/02/2009 10:05



C'est étonnant comme le lieu du lit m'est favorable pour ce replis vers moi. Comme une forme de cocon, de retour dans un ventre chaud et rond, tellement doux
et agréable dans lequel rien de l'extérieur ne peut interférer.Un peu aussi comme un nid, une grotte secrète, une cachette divine... C'est totalement utérin.
Et c'est aussi un merveilleux souvenir d'enfance quand mon père venait me faire ce qu'il appelait une "camuche" en bordant toutes les couvertures si soigneusement, et en les ramenant vers moi au
maximum,si bien  que même un filet d'air ne pouvait passer et que seuls mes yeux arrivaient encore à lui dire "je t'aime"par dessus la montagne de couettes....
Docteur Freud?....En plus je  régresse.

bises, Virus.
Arthi



catherine 20/02/2009 21:42

N'être plus que sa vérité...mais tu deviens taoïste ma parole!!! C'est le principe fondamental du taoïsme, respecter partout et tout le temps sa vérité profonde...la deuxième vérité est de laisser dire les autres qui ne sont pas contents sans réagir...Bise et bon week end j'espère pour toi

Arthémisia 21/02/2009 09:58



Je suis comme Mr Jourdain qui fait de la prose sans le savoir!
Oui, ces 2 principes me parlent bcp même si j'ai un mal fou à ne pas bondir devant la "conn..." des autres!
Est ce une forme de distanciation, de protection de soi?
Bises à toi aussi belle Catherine..Et bon week end.
Le mien est ...un week end..autant dire le pire moment de la semaine...
Passons.



joruri 20/02/2009 19:09

Ben et la sieste ??? J'adooooore la sieste !

Arthémisia 21/02/2009 09:55



A qui le dis tu?!!!!
Si je ne dors que 5 heures par nuit j'ai un immense plaisir à me coucher l'après midi l'idéal étant sous la couette l'hiver avec café et bouquin, et l'été dans un transat sur la terasse tjs avec
café et bouquin, ceci en début d'après-midi et ...si je travaille ce jour là ...je le fais même vers 17h , oui! oui! et jusqu'à 19h.
Dormir le jour est toujours meilleur que la nuit: un petit goût d'indécent, d'interdit, de volé au rythme du quotidien...



juliette 20/02/2009 18:42

J'aime mieux "sol".... la tête dans les rêvestraduction "sol = seulesourire 

Arthémisia 21/02/2009 09:51



Double rêve?



juliette 20/02/2009 18:41

J'aime mieux "sol".... la tête dans les rêvestraduction "sol = seulesourire 

Arthémisia 21/02/2009 09:51



C'est bon de rêver à deux, tu sais Juliette ...(.pour ce que je m'en souvienne...)



juliette 20/02/2009 18:22

Depuis quelques temps j'ai droit à de petites grasses matinées... c'est bon !!!!

Arthémisia 20/02/2009 18:33



C'est sûr!
et encore meilleur à deux....



juliette 20/02/2009 18:10

Être soi enfin, pour toujours, ....même si ce n'est qu'un rêveComment ça gigote une aube ?Fais moi un dessin grosses bises 

Arthémisia 20/02/2009 18:15



Il ne faut pas que ce ne soit qu'un rêve. Plus maintenant. C'est tellment bon de pouvoir rester avec soi-même dans son lit et d'être dans son unicité.
Vive les grasses matinées!
Une aube ça gigote quand on l'appelle; il suffit de lui faire un signe, et elle envahit nos pensées, notre coeur, s'entortille sur nos muscles, arrache nos mains à la lourdeur, notre oeil au
gris : une aube ça prend vie en nous.
Bises
Arthi



joruri 20/02/2009 10:33

La même chose, mais dans une clairière.Fumer de l'air bleu :)

Arthémisia 20/02/2009 11:47



Pas mal, même s'il fait encore un peu froid!