Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

881 - Paf!

Publié le par Arthémisia



"Le réel, c'est quand on se cogne."

Jacques LACAN

 

Avec : Egon SCHIELE - Autoportrait
que je ne me suis pas résolue à réduire...

Commenter cet article

letemps-d-uninstant 11/03/2009 20:48

Bonjour ArthémisiaIci, on voit bien la souffrance intérieure, c'est comme s'il voulait déchirer sa propre peau. Il est vrai qu'il faut se heurter aux situations pour avoir des impressions et des expériences. Mais c'est toujours mieux quand ce sont de bonnes expériences !!!AmitiésBérangère

Arthémisia 11/03/2009 20:55



Et pourtant, je suis persuadée que SCHIELE n'aurait pas été SCHIELE s'il avait eu une vie facile!
"Quand le présent ne nous offre plus rien, nous crions par l'oeuvre d'Art : je voudrais!"
Richard WAGNER
Merci de ta visite Bérangère.
Arthi



O. 05/03/2009 09:01

Tu as eu raison.Sa souffrance semble être venue d'en basDeux êtres lucides et doués se rencontrent chez toiBisous

Arthémisia 05/03/2009 09:43



Chez Schiele la souffrance vient des tripes



joruri 04/03/2009 17:29

Il semble omme voulant s'arracher à son propre corps, déchirer une enveloppe charnelle séchée à même l'âme, pour une mue rageuse.Laissera t-il après tant d'efforts dans la poussière son éxuvie?

Arthémisia 04/03/2009 18:09



Mort à 28 ans de la grippe espagnole, c'est sûr que Schiele n'a pas eu la vie facile. Il a vécu la misère, la faim, la prison (pour moeurs) et se
heurtait à un quotidien douloureux. Sa peinture n'est qu'un cri.  
Son exuvie...mais c'est sa peinture!



catherine 04/03/2009 16:20

Pour moi, c'est le réel de la première partie de ma vie..;doucement, j'expérimente autre chose...je ne suis plus dure mais flexible et adaptable et donc je n'arrive plus à vraiment me cogner et ce même réel m'apparaît plus doux ...enfin pas encore tous les jours, les meilleurs jours...Egon Schiele aurait dû essayer les gauffres et le chocolat belge.Bise optimiste d'une fin d'après-midi rose...

Arthémisia 04/03/2009 16:42



Disons que le heurt est toujours là mais que ta réaction a changé, que les choses t'atteignent d'une manière différentes et que peut-être tu les adorbes avec
un regard moins frontal.
Egon SCHIELE a dû avoir souvent faim. Cependant j'aime ce ventre plein de tension, comme un rocher. Il est habité par lui, et il parle.
Il pleut ici et l'après midi est grisouillarde. Un temps à travailler....
Bises
Arthi



hozan kebo 04/03/2009 10:30

ah ! étonnement : première fois que non seulement je comprends une phrase de Lacan mais en plus j'acquiesce absolument

Arthémisia 04/03/2009 10:41



Peut-être est ce dû à  l'association avec ce grand SCHIELE?!



Désirée 04/03/2009 09:03

J'aime beaucoup celle-là, qui me fait sourire un peu jaune: "On ne se rencontre qu'en se heurtant, et chacun, portant dans ses mains ses entrailles déchirées, accuse l'autre qui ramasse les siennes" Gustave Flaubert.C'est tellement vrai.

Arthémisia 04/03/2009 09:45



Un de mes profs aux Beaux Arts nous disait toujours : peignez avec vos tripes!
Depuis j'ai fait l'andouille. Cabossée mais vivante...