Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

891 - Près

Publié le par Arthémisia

 



Rien n'est jamais passé aussi près de moi que toi.

Même le soleil.

Même le temps.

Ma joue s'est subitement colorée

De la  poudre de ton cœur. Absorbée.

Mes boucles frémissent encore

De ton souffle marin.

Mes yeux suivent ton combat

Ton échappement.

Tu cours sous ma pluie tiède.

Je coule dans ta main

Et, sous ta paupière,

Me glisse

Par curiosité.

Où vas-tu ?

 

Copyright © Arthémisia - mars 2009


Avec
 : Pieter BRUEGEL - La Dulle Griet  - Oeil de la Gueule d'Enfer - 1562

Commenter cet article

Corin 19/03/2009 21:02

J'y vais!!!

Arthémisia 19/03/2009 21:05



C'est tout de même la gueule de l'enfer...réfléchis!



juliette 17/03/2009 18:32

Si près , si loin, si doux

Arthémisia 17/03/2009 20:10



Certains lointains sont si proches...



Rainer Maria Rilke 16/03/2009 10:23

Et, sous ta paupiète,Me glissePar curiosité.Où vas-tu?
Qu'ils sont loin les jours de TobbieOù le plus rayonnant de vousPouvait paraîtreAu seuil de la maison sans provoquer l'effroiJeune homme aux yeux d'un autre simplement curieuxSi l'archange aujourd'hui menace des étoiles Ne faisait vers nous qu'un seul pas Dans son sursaut alors  notre coeur nous tuerait... Qui êtes-vous ?

Arthémisia 16/03/2009 12:18



Si peu.



joruri 16/03/2009 08:59

J'aurais dis "fuite" plutôt qu'échappement. Trop connoté.Tu veux être captée dans un regard comme la poussière enchantée dans un rayon du levant.

Arthémisia 16/03/2009 09:06



Je ne veux pas être captée. Me sentir exister et comprendre l'Autre me suffit.
Et puis .... "échappement" justement parce que connoté!