Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

903 - Bagatelle?

Publié le par Arthémisia


« ...Chaque fois que je recevais le choc de la beauté, je me sentais écartelée entre l'élan qui m'aspire vers elle et l'importance qui me cloue au sol. Quelle qu'en soit la manifestation, la beauté aura toujours été, pour moi, un bouleversant aperçu de la nature divine inaccessible et pourtant familière par son évidence même, elle est le révélateur du manque que nous cherchons à combler sans le savoir. Ne tenant qu'à un fil, fragile, éphémère dans sa forme, en même temps qu'intemporelle et éternelle dans son essence, elle renvoie au tragique de la condition humaine quelle sublime et justifie. »


Françoise HARDY in Le Désespoir des singes et autres bagatelles


Avec 
:  Jardins de MAJORELLE - Marrakech

 

Commenter cet article

Clarinesse 07/04/2009 14:43

Certes oui, "La beauté ne se réduit pas à un bel objet".  Sinon, en est en déco, et pas en art, et le joli chaton dans son panier du calendrier de la poste, ce serait de l'art. Mais il y faut les deux, et l'aspect "faire" me semble un peu trop oublié ces derniers temps. Voir la pièce "Art" de Yasmina Reza. Certes, les points de vue sont simplifiés, voire caricaturés, mais il y a de ça. Non, un carré blanc sur fond blanc, désolée, mais non. C'est peut-être abominablement réac de ne pas vouloir le payer des millions, mais tant pis.Ceci dit, il ne s'agit pas de réduire l'art au figuratif, au joli, of course. "Tout est plein d'âme(s?)", pour reprendre ton "gros" mot,et s'agit de la faire retentir.

Arthémisia 07/04/2009 14:46



 


 


Juste une petite envie
comme ça….


ÂME !


 



Clarinesse 07/04/2009 14:06

Je ne suis pas absolument convaincue du relativisme absolu de la beauté et que les pissotières taggées soient à mettre sur le même plan qu'un Velasquez. On s'extasie aujourd'hui encore devant les sculptures de Phidias, mais que reste-t-il, une décennie plus tard, des formes d'expression qui confondent défouloir et art ? L'art n'est pas qu'un exutoire. Il y faut du travail.Le nombre d'or existe en dehors du regard, la nature est belle en dehors du regard, et le sentiment du beau naît d'une rencontre : je peux décider de trouver beau un sac en plastique qui bouche des toilettes, créer un discours cohérent pour le justifier, fabriquer du concept à la chaîne. Mais ce ne sera pas de l'art. Non, tout ne se vaut pas. Je trouve en revanche la citation de Françoise Hardy et la métaphore du jardin que suggère ta photo très justes. La beauté se cultive, entre nature et travail ; c'est un subtil équilibre à trouver ; des proportions à respecter, sur le fil d'une précaire harmonie.

Arthémisia 07/04/2009 14:14



Ok avec toi mais il faut éviter aussi de réduire la Beauté à une valeur techniciste.
Le bien peint, ne sera jamais le beau. Il faut en plus ce qu'Heiddeger (les Chemins qui ne mènent nulle part) explique bien, ce qui dit plus que la chose. L'oeuvre d'Art, le beau doit
communiquer quelque chose en + que le bel objet, cette part indéfinissable (qui est aussi bien autre que le concept) que transcende le savoir faire et conduit l'homme dans le pays de
son...âme.
(...J'ai dit un "gros"mot?...Pardon...)

Pour poursuivre sur la question de la forme et du fond (car c'est tout de même de cela qu'il s'agit) je te propose la citation suivante que je viens de lire
et qui tombe à pic.
 Elle est de de Thomas HIRSCHHORN :
 
"Le problème des artistes en France, c'est que le contenu suffit à valider une oeuvre. Même si le travail est en prise avec le réel, on a peur de s'abandonner à la forme, qui est perçue comme
une faiblesse. Il faut accepter d'être ridicule parfois ; je préfère être courageux que malin.".....


voir


http://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Hirschhorn



http://images.google.fr/images?q=Thomas+Hirschhorn&oe=utf-8&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefoxa&um=1&ie=UTF-8&ei=LDrXSZaPAs3RjAf12rCWDQ&sa=X&oi=image_result_group&resnum=4&ct=title


 


 


 



O. 05/04/2009 18:58

Tu comprendras mieux quand je te dirai qu'elle très forte en astrologie...

Arthémisia 05/04/2009 19:14



Oui,oui, je sais.



the-jc 03/04/2009 23:34

beau regard sur la beauté

Arthémisia 04/04/2009 09:46



Il en faut des regards comme ça. Ca nous aide aussi à tenir le coup.
Je t'embrasse fort et clair.
Ta Soeurette.



Métastable 03/04/2009 12:44

J'ai eu la chance d'aller à Marrakech dont j'ai adoré l'ambiance et j'ai gardé un très beau souvenir des jardins de Majorelle.

Arthémisia 03/04/2009 12:48



J'aimerai bcp y aller...Le mélange nature-architecture me semble si fort....
Au fait, merci bcp pour le lien chez toi. Je me suis permise de faire de même ici.



joruri 03/04/2009 08:50

Moi je préfère Mireille Darc. : )

Arthémisia 03/04/2009 12:39



Elle écrit aussi?!!!



bleu virus 02/04/2009 22:42

Pardon de m'immiscer dans la conversation déjà trés fourni mais n'y aurait t'il pas un rapport entre beauté et bien être d'ou l'idée que le punk soit en extase dans un lieu passablement dégradé, la dame de haute lignée devant une commode louix XV et bleu virus devant la création tout entière vous incluses mesdame ! biensure

Arthémisia 02/04/2009 22:49



Pas de problème ....
Je te reciterai tout de même mon peintre préféré, Francis Bacon dont les oeuvres ne procurent pas un  bien être immédiat (j'entends issu d'un phénomène rétinien) mais plutôt des
questionnements. Mais  tu me diras  que pour moi le questionnement est lui même bien-être et là tu as RAISON!
bises
Arthi qui est dans le contentement quand ses pauvres neurones fonctionnent!



O. 02/04/2009 22:32

Moi non plus ! mais de sa personne émane beaucoup de force

Arthémisia 02/04/2009 22:41



Je la connais trop mal pour en parler.
Mis à part "tous les garçons et les filles" qui grattait sur le tourne disque de mes parents!



O. 02/04/2009 22:26

la beauté est, me semble-t-il ,une vibration qui unit l'espace d'une minute ou quelques heures, grâce à des vibrations auditives ou visuelles à un autre soi qui devient "nous" une unité rare et temporelle.J'ai toujours admiré Françoise Hardy, sa force intérieure apparaît au travers d'elle et l'irradie

Arthémisia 02/04/2009 22:30



Ton idée d'unité me convient tout à fait. J'aime croire que la Beauté renforce.

Rien lu de Françoise Hardy. C'est une amie qui m'a offert la citation en se doutant qu'elle m'interpellerait!



joruri 02/04/2009 18:55

Pour un punk, une pissotière taggée est belle. Pour un chanteur d'opéra "la flûte enchantée " est belle.Ce qui est leur point commun; le besoin de percevoir du beau, c'est cela qui est universel.Certains (dont je ne suis pas mais pour des raisons différentes peut-être des tiennes) diraient qu'affirmer qu'il y a une "universalité du beau et du laid", pour reprendre tes termes, c'est précisément cela, un dogme.On peut par contre apprendre aux personnes à cultiver leur goût.Celui qui voit la beauté du bien l'aimera...Beauté, vérité ET beauté réconciliées dans l'intimité subjective, c'est cela le challenge.Tout est beau pour l'mmerveillé. Le soleil levant est un cauchemard pour le désespéré. Pour moi, tout se joue en l'homme.Nous pouvons faire de la beauté, partager notre beauté, mais personne n'est le porte-drapeau, le prêtre, d'une déesse appelée beauté. C'est le travers à éviter je crois.Si la beauté est, alors faisons-lui confiance: au moment voulu, elle atteindra l'aveugle, et l'aveugle l'aimera.

Arthémisia 02/04/2009 21:01



L'universalité se vit dans la nécessité que chacun a du Beau, d'un Beau qui lui est nécessaire. Je crois pourtant à la possibilité du partage du Beau. Car la
pissotière taggée est belle, comme la flute enchantée...elles le sont car elles sont  l'expression d'un sensible qui lui est universel.


C'est comme la grand mère toute ridée si riche de son passé et le mannequin hyper profilé...: toutes les 2 sont beaux car ils disent à l'autre la vie, oui,
l'homme. Là, en l'homme, tu as raison , se joue la Beauté, celle du dire et celle de l'entendre, celle de l'image et cette du regardeur. La Beauté est dans  cet échange qui va de l'objet au
sujet. Elle est un acte posé qui confirme en l'universel, humain.



joruri 02/04/2009 18:26

Au fond je n'en sais rien. Je me dis que prendre de l'âge, c'est évoluer, et que notre regard évolue avec nous, selon des ressorts psychologiques profonds. Mais définir LA beauté, est-ce possible ?Pour moi par exemple, le décor bleu ci-dessus me gène. Je n'ai ni tort, ni raison, j'aurais préféré une couleur sable et voilà tout.Mais la Beauté pour un Cheyenne ou pour un Russe blanc, j'imagine que c'est bien différent. Le point commun, c'est la présence (innée celle-là) du sentiment esthétique, indépendamment de ce en quoi il s'incarne.L'Eglise a établi des critères de beauté, et il y a fort peu de chances que cette "vérité" du beau réponde à nos critères.Il y a peut -être danger à présenter cette hypostase, la beauté comme on le ferait de la "bonté", ou de la vérité". Ces choses existent, mais de manière immanentes, je suppose.Je dis cela de peur que des "imams" (qui interdisent la musique) ne se croient en devoir de nous dire ce qui est "beau" ou non.

Arthémisia 02/04/2009 18:40



Pourquoi faire un lien entre les églises et le Beau? Comment un dogme (religieux ou autre) pourrait il définir la Beauté?
La pensée intime suffit à cela.

Il existe une universalité du Beau et du laid, des objets, des lieux, déplaisants au regard de tous par exemple. Et pourtant, beaucoup d'entre nous, à commencer par les jeunes, passent totalement
à côté du Beau tant ils sont abreuvés d'images.Ils ignorent le fait de poser son regard sur le Beau divin (la Nature) comme sur les belles créations humaines (à commencer par les créations
artistiques). C'est là  que nous devons intervenir, les mener devant le Beau et les laisser échanger avec lui, recevoir et donner. La Beauté c'est quelque chose à vivre sous peine de ...mort
psychique.


Quant à la villa Majorelle , c'est évidemment un choix tout à fait  personnel.



catherine 02/04/2009 09:54

J'ai exactement le même sentiment qu'elle vis-àvis de la beauté !A dolescente, j'ai passé plusieurs semaines à Marrakech, j'en garde un souvenir éblouissant...bises

Arthémisia 02/04/2009 13:00



Je ne connais pas la villa Majorelle mais je trouve en ce lieu quelque chose de divin, plastiquement divin. Lignes, formes, couleurs, matières, composition,
y questionnent puissamment notre rapport avec le sublime.
bises
Arthi



joruri 02/04/2009 08:27

La beauté existe t-elle indépendamment de celui qui la dit ?Ici, n'est-ce pas de sa sensibilité propre que parle l'auteur ?La beauté serait-elle un "dieu" qui plânerait au-dessus des hommes, détaché d'eux,  libre de leurs perception ? La beauté ne serait-elle pas plutôt l'aveu de nos profondes aspirations, projettées sur les éléments du monde ?Sans doute ne pouvons-nous percevoir que la beauté dont nous sommes capables...

Arthémisia 02/04/2009 12:52



Et pourtant crois-tu qu'elle soit totalement innée? Ne crois tu pas aussi-cela me rassurerait- qu'on peut apprivoiser un oeil à la Beauté, que la caresse du
Beau sur le sensible est aussi quelque chose qui mérite d'exister, d'être sollicité et d'être entretenu.
Quelqu'un qui ne la connait pas a-t-il toujours ces profondes aspirations dont tu parles? Ce "dieu" ne faut-il pas aussi aller vers lui pour qu'il vienne vers nous?

L'ouverture du regard peut s'élargir, non?