Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

935 - Vers la vie

Publié le par Arthémisia

Ca se corse sur Papier Libre.


Juliette
s'est laissée convaincre par la proposition de Joruri d'écrire un texte sans utiliser d'adjectif.


Le thème est la promenade.

 


 

 

Le soir, au bord de l'eau.


Il y avait toi. Il y avait moi. Et la tiédeur du ciel.


Nous marchions, lentement. La mer, amie, nous léchait les pieds.


Tu me regardais.


Je te respirais.

 
Le monde était à  nous et nous étions le monde.


La lune souriait.


Peu importait le temps devant et le temps derrière.


C'était le temps des pas dans le sable. Celui du dépouillement et des imperfections.


Celui des reliefs sans voix et celui des unions. Celui du silence des partages.


Que nous dévorions grain après grain.


En espérant la vie.

 

Copyright © Arthémisia - mai 2009

Avec : Bacchus, Cérès et l'Amour - Hans  von AACHEN


Commenter cet article

iskander 23/05/2009 23:13

A chaque Obéron sa Titania...

Arthémisia 24/05/2009 00:35



tu rêves en double....



iskander 23/05/2009 23:13

A chaque Obéron sa Titania...

Arthémisia 24/05/2009 00:35



Songe d'une nuit de printemps....



joruri 20/05/2009 12:13

Ton texte est nettement meilleur que d'habitude...Sincèrement.

Arthémisia 20/05/2009 12:57



Ca a le mérite d'être dit!



O. 20/05/2009 11:35

Beaucoup, et moi aussi, ont oublié les adjectifs démonstratifs et possessifs, et même Joruri, qui s'était habillement caché derrière une dame.Bises

Arthémisia 20/05/2009 12:50



eh oui, j'ai vu ça!!!



joruri 19/05/2009 15:08

Ben oui, c'est même elle qui a relevé les fautes. Mais où est le texte, si il y est, je n'en sais rien...

Arthémisia 19/05/2009 15:13



Elle publie les textes sur le blog de Papier libre :


http://papierlibre.over-blog.net/
Je viens d'y aller: il n'y est pas encore mais tu ne vas pas y échapper!



joruri 19/05/2009 14:12

J'ai fais le jeu, mais infoutu d'obéir à ma propre consigne j'ai collé deux adjectifs sans faire exprès...Naze...

Arthémisia 19/05/2009 14:21



eh eh! Pas si facile que ça en avait l'air d'autant qu'il fallait aussi éliminer les possessifs et les démonstratifs!
As tu envoyé ton texte à Juliette? Ce serait sympa!!!! :0038:



bleu+virus 19/05/2009 00:16

Snif !

Arthémisia 19/05/2009 00:17



Mais non!
Il faut être au boulot dans même pas 8 heures...c'est tout.
Bisous
Arthi



bleu+virus 19/05/2009 00:08

 ...même si écraser des marguerites n'effleure pas ma pensée,  (ça c'est pour l'épouvante !!!) ,                                                     bises!

Arthémisia 19/05/2009 00:11



Même pas peur!
Juste un peu fatiguée....
bye!
:0059:



bleu+virus 18/05/2009 23:56

il y a ici un poême à propos de l'être en devenirhttp://insurrectionpoetique.mabulle.com/"primordiale indécences"  le reste est aussi trés recherché.

Arthémisia 18/05/2009 23:59



Je connais le blog de Pascal et son écriture de l'infini. Infini de la douleur et de la quête entre autre.
Merci de m'y ramener pour ce texte si nu.



bleu+virus 18/05/2009 23:48

Certain ne veulent pas voir le fond ... de leur pensées

Arthémisia 18/05/2009 23:53



Je crois que ceux là sont incomplets. Ils marchent le nez en l'air et oublient la marguerite qu'ils écrasent.
A moins qu'ils n'aient la trouille?!!!!



bleu+virus 18/05/2009 23:21

ce qu'ily a au fond de toi ... je ne sais pasce qu'il ya au fond de moi je ne sais pas non plusce qu'il  y a au fond ...

Arthémisia 18/05/2009 23:28



C'est peut-être que ni toi, ni moi nous n'avons encore touché le fond!:0070:



bleu+virus 18/05/2009 23:08

 ... y'a pas de quoi !

Arthémisia 18/05/2009 23:14



:0010:



bleu+virus 18/05/2009 22:39

Mais oui, tu as raison c'était "l'Automne..."   !  Et le silence de tes mots,le bruit de tes absences,son comme au fond de moiposés en confidence ...

Arthémisia 18/05/2009 22:49



Merci de ramasser mes feuilles mortes si souvent!
Je t'embrasse, mon Virus.
Arthi



bleu+virus 18/05/2009 22:15

le mot que j'ai retenu dans ton introduction c'est ..."Corse" !!! , Vacances soleil détente ... Pour le reste c'est, c'est, trés, trés de Toi! (et trés trés beau aussi)Un peu comme:http://www.youtube.com/watch?v=zaj1a_bu--4 (forcement c'est triste !!! )

Arthémisia 18/05/2009 22:21



C'était l'automne.
L'automne de beaucoup de choses, Virus.
Très, très, moi. Je sais.
:0096:



hozan+kebo 18/05/2009 19:07

l'adjectif est une des plaies (suppurente qui plus est) de bon nombre (99% à vue de pif) de "poèmes" : je me sens toujours très Custer dans ces cas là  "un bon adjectif est un adjectif mort" remarque supplémentaire : à vrai dire et à "tout bien considérer" tous les mots sont de véritables plaies (grouillantes d'asticots) dans un poème Coltrane a soufflé de vrais poèmes parfaitement sainsVermeer a peint de magnifiques poèmes sans aucun virus

Arthémisia 18/05/2009 20:01



Ok mais certains asticots appâtent les poissons et d'autres bouffent les cadavres....

Quant à Coltrane, et Vermeer rien a dire : aucune lumière de trop.



Bifane 18/05/2009 14:48

L'exercice est intéressant, qui t'oblige à aller directement à l'essentiel, t'interdit toute fioriture, zéro décorum, zéro pour cent de matière grasse ! Avec le sujet imposé, c'est encore un raffinement dans l'art de se compliquer les choses, à part une visite dans un musée peut-être, je vois guère comment tu aurais pu te rendre la tâche plus difficile. Au final, tu réussis un truc vivant, nature, un toi-et-moi bien balancé, quelque chose d'une nudité dans les mots, qui leur donne de la proximité, de l'essence vive. Joli, joli !

Arthémisia 18/05/2009 18:58



Cela fut un vrai tour de force. Le thème déjà ne m'emballait pas plus que ça et j'ai tout de suite buté sur des adjectifs possessifs et démonstratifs.
D'où un élagage dur-dur pour moi qui abonde souvent trop.
La visite dans un musée eut été charmante mais me connaissant, j'aurais accumulé les références colorées, matièrées, ou formelles et les périphrases auraient alourdi le texte.
Comme quoi d'un toi et moi on peut faire un dénuement accrobatique par trop désagréable me semble-t-il?
Merci du joli-joli!