Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

975 - La Mer ?

Publié le par Arthémisia



 


Où est la mer partie ?


J'avoue : je l'ai volée, toute bue, jusqu'à la lie.


Mes yeux en ont gardé ce p'tit goût salé


Ce p'tit goût mariné


Des larmes de l'été


Qui viennent converser


Sur mes lèvres léchées


Qui viennent conserver


Ton image abîmée.



Copyright © Arthémisia - Avril 2009

Avec : Emil NOLDE - Ciel du soir.

Commenter cet article

Ut 07/08/2009 18:16

Oui! Il n'y a que la Méditerranée qui enroule, avale, emporte; et nous crache, quelques fois.Il n'y a qu'en dedans d'elle que le bleu est si profond, à en être douloureux....On pourrait l'écrire à l'infini......

Arthémisia 07/08/2009 18:30



Je crois que je suis de parti-pris et pourtant les autres mers ouvrent parfois d'autres belles histoires....



Ut 07/08/2009 18:02

Ton air, que tu bois jusqu'à la lie.... Merci de m'avoir ouvert la porte, Arthémisia.Je la jouis aussi: j'habite à côté d'elle, et elle me nourrit ou me frippe, c'est selon.... :)Tu écris un peu comme tu peins. J'aime beaucoup.

Arthémisia 07/08/2009 18:07



Pas qu'un peu, non, vraiment pas qu'un peu!!!
Tu n'es pas la 1ère à me le dire. Merci d'aimer et de le dire.

Et je crois que nous jouissons de la même mer....



Ut 07/08/2009 09:42

Les vacances: détours de vie; parenthèse qu'on aimerait conserver, mais qui sèche quand même dans tous ces souvenirs de larmes et lèvres léchées.Ah, ne pas penser.....Nostalgie douce-amère que j'aime beaucoup.Douce journée Arthi :)

Arthémisia 07/08/2009 17:37



La mer est bien pour moi un état d'abandon, pas de vacances (holidays) puisque j'ai la chance d'habiter au bord de la Méditerranée, mais un état d'esprit qui
correspond bien à un décrochage total des routines pour goûter les saveurs les plus parfumées de la vie.
La mer est mon utérus, mon berceau, les bras de celui qui m'accueille. La mer est le sel, la saveur, le nid.
L'enfance retrouvée et la boucle bouclée...
Belle soirée Ut.



iskander 22/07/2009 09:07

Je crois tout comme toi que les plus grandes mers sont intérieures... Mers bues jusqu'à la lie comme tu le dis si bien, mers primales qui nous rappellent, quand nous l'oublions, notre lien à l'élémentaire.

Arthémisia 28/07/2009 00:42



Mers de naissance et d'éternels échouages.
Mers de ressacs et de fracas.
Mers berceuses aussi.
Parfumées et tendres...



fbd 18/07/2009 17:35

Ce tableau est superbe… et ton poème remonte le chemin de l'eau…

Arthémisia 18/07/2009 17:46



La mer est une source pour moi, effectivement. Je pourrai presque l'écrire "la mère".



Nénette 17/07/2009 07:51

Baltique ou Mer du Nord ? Tu as vu l'expo Nolde au Musée des Beaux Arts de Lyon dans les années 70 ? Moi, oui, j'avais l'affiche dans ma chambre

Arthémisia 17/07/2009 09:26



Bonjour Nénette,
Je l'ignore.
Dans les années 70...j'étais petitoune et je n'ai pas vu l'expo NOLDE de Lyon.
Et j'enrage de ne pas avoir pu voir celle de cette année au musée Fabre de Montpellier où j'étais de passage professionnel. Je suis arrivée 20mn avant la fermeture et le gardien a
refusé de me laisser rentrer.
Mais je compte bien me rattraper très prochainement, pas avec NOLDE malheureusement.
Cordialement
Arthémisia



Clarinesse 15/07/2009 06:52

Le ressac converse, les fonds marins conservent les épaves.J'adore ce tableau !

Arthémisia 15/07/2009 10:36



La mer est une amie. Elle porte en elle le temps qu'elle rythme et parfois emporte plus loin, plus profond.

Moi aussi j'aime beaucoup NOLDE et tous les expressionnistes de toute manière. Ce tableau dit justement ce profond.

Belle journée.
Arthi



O. 14/07/2009 09:19

Emile Nolde dit un ciel de tourments et d'orage.Mais tu as résolu la situation en buvant toute la mer, maintenant apaise-toi avec l'eau des nauges, si fraîche et pure.Toujors très beauO.

Arthémisia 14/07/2009 10:58



Le ciel de NOLDE dit aussi la chaleur de la passion, la folie, les couleurs d'une vie active et flamboyante.
Il nie toute sagesse et toute idéalisation formatée aux écoles du correct. Il s'exprime.