Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1028 - La Loi des loin

Publié le par Arthémisia



 

La loi des loin est bien la plus cruelle.


Elle écarte les bouches,


Elle fait fuir les mots.


Elle détruit les légendes,


La légèreté du vol,


Les clartés assoiffées,


Les précieux improbables.


A se nourrir de vers.


Elle obèse le temps,


Adéquate distance


Aux jours qui n’ont plus d’île.

 


Copyright © Arthémisia – sept 2009

 

 

Avec : Tacida DEAN – Kodak 2006

Capture d’écran - Copyright © Arthémisia
juillet 2009 – Centre Pompidou.

 

Commenter cet article

Clarinesse 06/10/2009 20:17


Ah ben j'aurais choisi les mêmes mots que Bifane.
"Elle obèse le temps."
Oui, et qu'est-ce que ça pèse sur les épaules, un obèse.
Qu'est-ce que ça tasse les vertèbres...


Arthémisia 06/10/2009 21:11



Surtout penser à travailler les lombaires, pour tenir le coup. Et puis on tient son dos avec son ventre, avec ses tripes. Chacun sait ça....



Juliette 30/09/2009 16:57


Le loin est une dure aventure
Le loin est un rêve répété
Le loin construit un autre monde


Arthémisia 30/09/2009 22:03



Tu as raison de le rappeler, Juliette : le loin construit aussi.



Gérard 29/09/2009 23:08


Salut

precieux Improbable .. j'aime bien cette phrase ..precieuse et indecise
Bises
Gérard


Arthémisia 29/09/2009 23:11



Ce qui n'est pas sur a toujours meilleur goût, non?
Bises
Arthi



Ut 29/09/2009 17:47


Dommage... mon article est paru... j'aurais aimé poser ces mots là, de toi....
Tu nous le referas, dis? Encore....


Arthémisia 29/09/2009 17:59



Oh, mais ceux que tu as choisi me touchent intimement. Merci!!!!



Ut 29/09/2009 17:45


J'ai une de ces chance, moi, derrière Bifane!.... :(
La distance éteint les liens; ou nous fait croire que. Oui "elle obèse le temps" des plus rien à dire, des écartements, de tous les tus qu'on n'a pas eu l'assez proche pour dire...
Et le hâvre, l'île, le creux ensemble n'existe plus..; que de loin...

Ton texte est une merveille. Un bijou. De l'art pur!


Arthémisia 29/09/2009 17:57



C'est vrai qu'il dit beaucoup (!!!) -en quantité et en qualité- mais peut-être pas tout. Les réactions sont si variables, la sensibilité aux mots
loin d'être universelle.
Et moi j'ai la chance que tous vous veniez me donner une réponse à ce qui me fait question.


De l'Art...et pur....Restons modeste. Une réaction rapide jetée sur le papier et quelques idées pas trop mal tournées. Mais bon....Rien qui revèle de l'extase!



Bifane 29/09/2009 12:00


"Elle obèse le temps"
Quelle formule fidèle et quelle force dans l'image... C'est bel et bien dit !
Quelque chose nous y fane et s'y perd en même temps, qui semble vouloir nier le mouvement naturel des choses et les aspirations essentielles de l'âme.
Ce ne sont pas seulement des chemins qui s'éloignent, et ceux qui les empruntent sont autre chose que des silhouettes qu'on perd de vue, ou des sentiments qui devaient s'éteindre, ou des histoires
qui voulaient finir. C'est bien plus encore que tout cela.
Ce sont des déchirures plus profondes, où c'est la chair, dessous la peau, qui reçoit la griffure. Où même l'oeil qui ne pleure pas verse des larmes invisibles, derrière nos regards, à l'envers de
nos yeux, où l'âme se replie en blessure immortelle.
Loin... et c'est nous-mêmes qui le sommes dans ce qu'on nous enlève. Ce morceau de vie qui se sépare de nous, il n'y a pas de mépris qui puisse en réparer le mal. C'est un peu de lumière en nous,
qui s'éteint en silence, en souffrance. Avec cette peur diffuse, qui remonte des profondeurs de l'être : saurons-nous encore ? Trouverons-nous la foi et le désir de rallumer d'autres feux, aussi
beaux, aussi grands, aussi chauds ?


Arthémisia 29/09/2009 17:50



Le temps est compressible : croyons au rattrapage, aux liens
récupérés, telles les gouttes d’eau au fond de nos gouttières et laissons les remplir les veines du chemin, des nouveaux chemins où les pas se font au rythme du duo des
cœurs.


Oh, oui, croyons ! On en a tant besoin.