Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1031 - Ouvrir les bouches

Publié le par Arthémisia


 

Elle ne pouvait pas dormir.

Il était. Trop.

Si bien et si mal

Au sortir des fulgurances

Et dans l’angoisse du ventre ouvert.

 

Peut – être fallait-il

Aussi

Ouvrir les bouches,

Libérer les pensées d’égout,

Dire l’amour rose

Hors des ellipses,

Se jeter à corps retrouvés

Dans ces bras blonds ?

 

Peut-être en avait-elle besoin elle, aussi ?

Pour dormir.

 

Elle se leva et avala une aspirine.

Tenir.

Loin des baisers et de la faux.

 

Demain rétrécissait déjà la laque sombre de la vitre.

 

Copyright © Arthémisia – oct. 09

 

Avec : Frédérique LUCIEN – Labia

Photographie Copyright © Arthémisia – Juillet 2009 – Villa Tamaris Pacha

Commenter cet article

Unsensée 07/10/2009 23:05


j'ai savouré des yeux,"ouvrir les bouches" est délicieux.


Arthémisia 07/10/2009 23:08



Des yeux, seulement?
Rires...
Merci de cette visite, Unsensée, et bienvenue dans mon antre.



Clarinesse 06/10/2009 20:25


"Elle ne pouvait pas dormir.
Il était. Trop."
Tout est dit. Tellement juste.


Arthémisia 06/10/2009 21:13



Juste, je ne sais pas. Mais tout, oui.
Merci de ton passage dans mon antre, Cla.
Bisous
Arthi



Semeuse 03/10/2009 21:09


Tu aimes le mot "fulgurance"... j'aime le mot "peut-être"...

A demain.


Arthémisia 03/10/2009 21:38



SA fulgurance va avec MON peut-être.
bises
Arthi
ps: pas de publication le week end chez moi (sauf de rares exceptions par ex. quand la fin du mois tombe le w. e. et que je publie mes "Brèves de fin de mois")



Bifane 02/10/2009 23:58


C'est une inspiration bien étrange, comme le désir repoussé d'une nuit de solitude. Solitude aigüe, forcée, sans lui, quand tout le voudrait, jusqu'en fond de chair. 
Tes mots m'évoquent ces heures d'après un silence qu'on aurait dû briser. On n'a pas osé, on n'a pas pu. On ne se l'explique même pas. Trop à dire, pas assez de mots. Mais on aurait dû
dire, là, quelque chose d'essentiel. De cet essentiel qui rend muet parfois...
Ouvrir les bouches, quand même ce ne serait que de l'élan d'un baiser...
Mais rien. Que cette solitude, et le sommeil seul pour y échapper... Demain peut-être, les bouches sauront-elles dire l'indicible ?


Arthémisia 03/10/2009 00:11



Le dire est si difficile parfois. On aurait besoin d 'air.
Alors on reste seul(e) dans le noir, à pleurer en serrant contre soi les baisers trop lointains.
Dire, ah , oui, mon Dieu DIRE!!! ce que ça peut faire du bien!
Demain, demain.... c'est si loin.




erellwen 02/10/2009 22:31


ouvrir les bouches des pensées, pour s'éloigner des baisers et de la faux; c'est très beau.
il est des soirs pour moi où la nécéssité pour moi est de surtout garder bouche fermement close. Mais mes doigts ne sont pas gourds.
bises de la lande


Arthémisia 02/10/2009 22:36



Oh, pas pour éloigner les baisers! S'il te plait : les baisers sont déjà si loin.
La faux , oui. Elle rôde trop et trop près.

Garder la bouche fermée m'est insupportable. J'aurai l'impression de pourrir.


Bises de confiture de soleil.
Arthi 



entité 02/10/2009 19:02


Si un jour je dois etr eopéré,je vous abandonne mon corps bien volontier 


Arthémisia 02/10/2009 20:58



Ce qui doit être fait le sera. Parce que la bouche doit rencontrer la bouche.
Je vous embrasse.
Arthi



tilk 02/10/2009 14:43


très fort ce texte..surtout ce qu'il ne dit pas..surtout ce qu'il laisse entendre...
tu procède par touche ..un peu comme si tu peignais la scène
besos
tilk

je viens de chez UT  et j'ai vu ton com au sujet de ma peinture...fantastique...
sur tout le côté bondage esthétique....je ne sais pas trop pourquoi je met des liens sans doute une manière de tout faire voir sans que cela m'échappe..


Arthémisia 02/10/2009 20:57



Du touche à bouche.

Je ne sais pas si je parle bien de ta peinture. J'ai déjà rédigé quelques plaquettes d'expo, quelques critiques et je laisse toujours parler mon coeur. Je ne crois pas qu'il faille absolument
savoir pourquoi tu mets des liens. Mets les et laisse venir leur écho en toi s'il doit venir. Ils ont leur nécessité de toute manière, dans ton inconscient comme sur la toile.
Et bravo pour ton travail.  J'aime beaucoup celui sur le torchon (!!!) . Bel esprit du détournement.

Bisous french
Arthi



nora 02/10/2009 11:07


Sûr, la dernière phrase est un poème que tu pourrais isoler ! Elle dit tant de choses en si peu de mots.
Mais le poème entier est... waouhhhhh ! Ca m'a emportée.


Arthémisia 02/10/2009 20:53



Merci pour le poème entier qui a besoin aussi d'exister.



Ut 02/10/2009 10:16


Je sais l'attente Je me tais.
Et ta dernière phrase est un poème à elle seule! Ou un dessin; une toile....
Je t'embrasse Belle.


Arthémisia 02/10/2009 20:52



Rétrécir le noir. Lutter contre Soulages?!!!!
Baisers à toi aussi, la belle.



Juliette 02/10/2009 08:36


Nuit d'insomnie
Désirs puissants
Amours roses et noires


Arthémisia 02/10/2009 08:46



Je me demande parfois si ce n'est pas trop kitsch, tout ce rose, tout ce noir.
Il faut pourtant assumer les couleurs de l'âme, celles qui percent la nuit.

Belle journée ma jolie O.
Arthi



Renard 02/10/2009 00:39


Superbe.... rien à ajouter...
Ah si... la dernière phrase est magique..
Bises de nuit à toi 


Arthémisia 02/10/2009 08:28



Le jour qui vient.
Bises de ...