Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

313 - Autour de VERLAINE

Publié le par Arthémisia

 
 
 
 
Je me laisse souvent tenter par des lectures conseillées par des amis. C’est encore le cas ici pour ce
 
Ô, Verlaine de Jean TEULE (Edt. Pocket)
 
Bien sur, comme la plupart d’entre nous, j’ai appris quelques poésies de VERLAINE sur les bancs de la communale, et en ai d’ailleurs gardé quelques belles traces en mémoire. Les fameux sanglots des violons de l’automne ont marqués mes cours de français et d’histoire…
Bien sur, par la suite, j’ai lu et même acheté quelques uns de ses recueils, ses Poèmes saturniens, Sagesse et Liturgies intimes, les Chansons pour elle
J’ai même trouvé et bien sur gardé, son Oeuvre poétique complète
de chez la Pléiade dans une poubelle. Oui, oui…vous avez bien lu…dans une poubelle. Vous vous étonnez que je fasse les poubelles ? Moi je m’étonne qu’on jette (encore) Verlaine à la poubelle…
En fait, en me plongeant dans ce Ô Verlaine je me suis aperçue combien ce « déviant » faisait partie de ma bibliothèque « précieuse », non par la qualité bibliophilique des éditions que je possède, mais parce que j’ai toujours pris plaisir à le lire. Il est de ces « petites » choses, qui nous paraissent anodines, et qui pourtant ont une place importante dans notre vie et ce, sans que nous nous en rendions vraiment compte sauf à mettre le doigt dessus. Et ce doigt, c’est Jean TEULE qui m’a permis de le mettre.
Résultat : une révolte.
Pourquoi laisser mourir VERLAINE d’une telle façon ?
TEULE, à travers le regard d’un jeune provincial fanatique de VERLAINE,  nous raconte la fin de sa vie, sans pudeur, sans faux semblant, décrivant avec moult détails affligeants, grotesques et sordides, l’irrespect absolu du poète pour quelque norme que ce soit, son rapport terrible d’addiction avec la fée verte –l’absinthe-, sa débauche sexuelle, sa détresse affective, et sa déchéance physique poignante.
Tout cela dans une ambiance parisienne admirablement imagée, où tournoient les étudiants libertaires et libertins en goguette, les politicards, les artistes crève-la-faim, les critiques assassins (et assassinés…), les anarchistes, les décadents, les cocotes de luxe et les prostituées les plus viles, le luxe outrancier et la pire pauvreté, le raffinement le plus fou et la saleté la plus crue.
Et VERLAINE dans tout ça ? Il est à l’image de cette société, fin de siècle, riche, terriblement riche de sa poésie qui sort bouillonnante de sa pensée perturbée (TEULE en insère  avec bonheur des poèmes régulièrement dans son roman), mais aussi tellement animal dans son corps, tellement humain dans ses besoins, dans ses excès non maîtrisés. Et c’est justement en nous faisant voyager dans  cette dualité que TEULE nous rend son héros si attachant, car VERLAINE n’est qu’oscillation entre l’abject le plus total et la splendeur du verbe.
 
Du coup, pour parfaire ma pauvre culture, j’ai couru m’acheter les Poèmes érotiques du maître.
Bien sur à ne pas mettre entre toutes les mains…
La crudité n’est jamais épargnée, mais sous la fange, reste toujours le goût du plaisir vrai. Cru, oui, mais jamais vulgaire ; cru mais pas sale ; cru mais aimant ; cru mais amant.
 
Non, comme Jean TEULE se plait à nous le rappeler par la phrase même de VERLAINE :
 
« Le petit bonhomme n’est pas mort. »
 
La liberté d’écriture et de ton de VERLAINE, nous impose de le laisser en vie, de le sortir un peu plus souvent de nos bibliothèques et surtout de ne pas le jeter à la poubelle!
 
 
Copyright © Arthémisia - mars 2007
Merci souvienstoi pour cette passionnante idée de lecture.
 
avec: dessin de l'Assiette au beurre de 1907
 

Commenter cet article

Rosa 31/01/2008 19:10

Ce sera a prochaine lecture...

Arthémisia 31/01/2008 19:13

Agréable  à lire et qui donne vraiment envie de lire ou relire Verlaine...
Merci de votre visite Rosa,la rose......

JC 25/03/2007 12:10

Ce que tu dis me touches profondément. Le meilleur Verlaine n'est pas celui qu'on enseigne. J'adore le Verlaine inavouable, imprimé dans le secret, vendu sous le manteau, non pas parce que c'est érotique, mais que c'est sur ce sujet qu'il montre le plus d'invention et de taquinerie:A recommander chaudement:FemmesHombresChansons pour ElleMes recueils adorés...

Arthémisia 25/03/2007 17:33

A moi aussi , ce sont mes fétiches, surtout Hombres(!!!!rires!!!!)
Mais j'aime aussi les poèmes quasi mystiques, de retour à la foi, de Liturgies intimes et de Sagesse...Ils permettent de bien comprendre le fonctionnement du personnage très ambivalent parfois.
Merci de ton passage JC.
A très vite,ici ou ailleurs...
bises
Arthi

orchis-mauve 24/03/2007 08:46

C'est celui que je cherche.....Vite..un de plus à acvheter.Bises tendres

Arthémisia 24/03/2007 14:55

excellente lecture..
bises
A

souvienstoi 22/03/2007 22:44

Verlaine que j'aime....Bel hommage que tu lui fais et particulièrement à travers ce livre où Teulé retrace avec force cette  fin d'existence dans une période chaotique.....Sublimes mots qui parlent des maux du poète...avec  cette intense humanité qui traduit l'environnement  ciselé qui anoblit toutes cette poèsie.. bise  amitié

Arthémisia 23/03/2007 06:01

Anoblir..oui,je crois que c'est vraiment le mot, car du chaos de la vie de Verlaine et particulièrement de sa fin, s'échappe une très grande noblesse.
Merci encore de m'avoir fait découvrir ce livre
Je t'embrasse
Arthi

Laurent Morancé 21/03/2007 23:04

" Correspondances ", comme eût écrit Baudelaire...Le rein beau ? Vers l'aine...

Arthémisia 22/03/2007 05:59

Waouh...!
tu fais fort à 23 heures, Laurent!
Tant que ce n'est pas un rien beau...
bises
Arthi

ambre 21/03/2007 21:58

bonsoir Arthi!
moi non plus je ne connais pas le livre de Teulé mais j'aime beaucoup Verlaine
bisous

Arthémisia 22/03/2007 05:53

Jean Teulé nous donne un très bon éclairage sur Verlaine dans son époque ce qui permet sans aucun doute, une meilleure analyse des écrits du poète. Mais cela peut être lu avec une certaine distanciation vis à vis de la poèsie du maître, je veux dire , plus comme un roman historiquedontle thème serait le Paris du XIXème.
bisous
Arthi

fabien 21/03/2007 21:38

J'avoue éprouver, depuis longtemps, une certaine fascination pour Verlaine... Et pour la façon dont Leo Ferré l'a mis en musique et chanté... Je ne connais pas le livre de Jean Teulé, mais il n'est jamais trop tard pour bien faire... Bises à toi...

Arthémisia 21/03/2007 21:58

Je crois qu'il a aussi écrit sur Rimbaud.Je vais esayer de trouver ce livre aussi.
bises
A bientôt
Arthi

Gérard 21/03/2007 17:42

Salut
Connais pas trop , je vais aller voir de plus prés ce qu'il faisait Bisous
Gérard

Arthémisia 21/03/2007 21:56

sublime...
bises
A

Mahina 21/03/2007 13:16

Je suis en train de lire "Ô Verlaine" et je suis émue par ce livre... Je pense que l'on devrait le faire lire dans nos collèges et  lycées , il provoquerait surement plus de discussions et de  curiosités que parfois des études mot à mots de nos poètes....Livre passionnant et poèmes émouvants;...

Arthémisia 21/03/2007 14:39

effectivement, cette lecture est émouvante car l'auteur nous plonge dans le terrible des derniers jours de Verlaine et ainsi nous fait toucher du doigt la vérité de sa poésie.
De plus les descriptions du Paris de l'époque, sont un vrai cours d'histoire.
bises
Arthi

Erotica51 21/03/2007 13:04

Arthi
Tu as un lien casse : http://yann-sayr.fb.bz/
Bisess
Marie
 

Arthémisia 21/03/2007 14:22

merci de me prévenir. Je vais contacter Yann.
bises
Arthi

Erotica51 21/03/2007 09:51

Bonjour Arthi Tu as sur très bien evoqué un poète qui a profondément marqué mon enfance. J'ai oublié les vers en entier maisje n'ai pas oublié certains d'entre eux : je m'en allais à l'école,les mains dans mes poches persées... Ou bien: les sanglots des violons bercentmon coeur d'une langueur monotone. Cette poésie, je me la récitais avec délectation en prenant le chemin de l'école. Il a su très bien retranscrire des morceaux frappants de sa vie...Merci d'avoir su si bien évoqué ce sujet cher à mon coeur. Mille bises de douceur Marie

Arthémisia 21/03/2007 14:21

je te recommande fortement ce livre...
Merci de ta visite, bellissima.
bises
Arthi