Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

343 - L'Encre de feu

Publié le par Arthémisia

 
 
 
Le livre dont je viens vous parler aujourd’hui est écrit par une femme mi-irlandaise mi-japonaise.
 
Aucun homme ne pourrait écrire l’extase ainsi.
 
Il s’agit de
L’encre de feu d’Anna MYO SHIN
 
Et pourtant ce n’est pas un livre érotique.
Ce n’est pas un livre sur la possession.
Ce n’est même pas un livre.
C’est un choc.
 
L’érotisme ici n’est qu’un prétexte, celui d’un manichéisme terrible auquel se livre la japonaise Mishiko, fraîchement débarquée en France, manichéïsme qui va se développer en un jeu passionnel dans lequel nous rencontrerons les raffinements les plus exotiques mais où naitra de page en page l’ombre effrayante d’un lourd passé.
 
C'est dans les lieux (Les colonnes de Buren, un phare en Bretagne...), et au coeur des objets (couteaux, graisse, aiguilles...) hautement symboliques, que se trame le roman.
 
Nous sommes très loin des descriptions édulcorées ou pires de la pornographie qui l’une nous envoie des images sucrées de midinette et l’autre le vulgaire pour le vulgaire.
 
L’érotisme ici n’est qu’un prétexte. Ne nous en privons pas pour autant.
Mais Hana Myo Shin ne décrit pas.
Elle écrit la chair, la peau, les humeurs, le sang. Et le verbe écrire prend ici une signification et une amplitude terrible.
 
 
Comme le rythme très rapide de son texte fait de phrases courtes, nettes et incisives, les mots, les gestes tombent avec une froideur calculée, et c’est nous qui sommes possédés, captifs de notre envie d’en voir plus, d’en sentir plus, d’en vivre plus. Nous sommes à notre tour prisonniers de cette histoire où se mêlent un  Eros et un Thanatos nourris de culture asiatique, à la recherche des ressorts les plus sombres de l’intime.
 
La précision de l’écriture flirte ici avec le génie.
 
J’ai « bu » L’encre de feu en une nuit…
C'est tout dire.

Copyright © Arthémisia – avril 2007

 

Commenter cet article

hana Myo Shin 31/08/2007 18:05

Sans orgueil ni flatterie aucune, je suis très sensible à la lecture que vous avez faite de L'Encre...En effet, ce livre ne se voulait pas comme un texte érotique mais comme un roman passionnel. D'ailleurs, et c'est un scoop, ou une confidence, L'Encre fait partie d'une trilogie dont le prochain opus , déjà écrit, a maintenant besoin d'infuser...Non, je ne ferai pas , cependant une Encre 2 ( Comme "Les dents de la mer 2" :-)  ... Le texte sera plus...esthétique! Mais toujours entre le Rouge et le noir...Et j'espère qu'il vous séduira à son tour...BIEN 0 VOUSHana.

Arthémisia 31/08/2007 21:14

Bonsoir Hana,
Je suis néanmoins flattée, et émue aussi, de vous accueillir ici et d'apprendre que mon analyse après lecture de votre livre "L'Encre de feu" vous touche et soit juste. C'est un  livre qui ne peut laisser indifférent et qui fait partie de ma bibliothèque  disons..."sensible".
Je l'ai conseillé à bon nombre d'ami(e)s (avec de réactions diverses cependant - certaines âmes sont plus sensibles que d'autres...), mais je crois à votre écriture incisive et à la richesse très visuelle de vos mots.
Je serai ainsi la première à me procurer la suite... le mot n'est surement pas le bon...disons le 2nd opus, soyez en sur.
Avez vous déjà une idée de sa période d'édition?
Je vous remercie encore de votre passage dans mon antre.
Cordialement
Arthémisia

Sylvain 11/05/2007 03:38

Moi qui lis relativement peu, ce livre, dans la description que tu en fais, me donne envi d'en dévorer les pages.

Arthémisia 11/05/2007 06:12

tu vas te régaler mais attention, cette Encre de feu n'est pas du petit lait!
Bises
Arthi

Yann 03/05/2007 11:36

... et oui, livre magnifique.Il y a tant de choses en lui, secrètes...yann

Arthémisia 09/05/2007 13:49

secrètes, oui...Beaucoup de choses restent dans le non-dit...à explorer pourtant dans le silence de la pensée, quand la dernière page est tournée...
bises
A.

orchis-mauve 30/04/2007 17:10

Indifférente ! Oh! non ! loin de là.......

Arthémisia 09/05/2007 06:15

Mon O.,je sais que tu es loin d'être indifférente...
biz
A.

orchis-mauve 28/04/2007 18:33

On ne peut mieux parler de ce livre, mais il faut le vivre, et on le vit dans tout son corps, dans son vertige, dans son excès, dans son attirance.On est  chacun des personnages, l'homme jouissant, et chaque femme dand son art  d'aimer, de caresser.La fin est d'une beauté cruelle et fascinante....je ne vousen dit pas plus : LISEZ-LE

Arthémisia 29/04/2007 15:04

Merci orchis-mauve de ton enthousiasme!  Je vois que ce livre ne t'a pas non plus laissée indifférente....
Je t'embrasse
A.

Yves Lafont 28/04/2007 17:55

Bonjour Arthi,Un livre à découvrir ... Ce bouillon de cultures, japon irlande doit être fort riche !Gros bisous et bon week-endBisous bisousYVES

Arthémisia 29/04/2007 15:02

La double origine de l'écrivain se retrouve dans le roman où les lieux, et l'espace (breton) et le raffinement (asiatique) se mèlent étrangement.
Merci de ton passage, Yves et bon weekend à toi aussi.
Arthi