Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

352 - Les Chemins qui ne mènent nulle part (3)*

Publié le par Arthémisia

 
 
 

 

 

 
 
Chapitre 3 :
La culpabilité
 
 
            Elle n’avait pas honte de ses caresses solitaires. Elle s’y livrait souvent mais toujours, toujours en allant vers lui. Elle n’y arrivait pas quand il n’encombrait pas son esprit. Il en était le moteur. Il le devait.
            Elle se débattait contre elle chaque fois, mais son reflet d’or la guidait inexorablement et sa force montait en elle telle une marée d’équinoxe. Elle s’y abandonnait comme une plage du Nord, large, blonde et ouverte aux furies.
            Non, elle n’avait pas honte du don de sa vulve au vent de son rêve, à la caresse appuyée sur la charnière de son sexe palourde. Son pays était dans ce lieu, aussi. Surtout.
 
            Pourtant elle imaginait là, dans le silence de ce matin, combien il lui était facile de lui faire croire à cette culpabilité.
 
Cependant une étrange et nouvelle peur la gagnait.
 
Copyright © Arthémisia - avril 2007
 
Illustration : Philippe RAMETTE - Espace à culpabilité

Commenter cet article

souvienstoi 15/05/2007 12:22

Ce chemin peut prendre la porte du rêve en se glissant dans les méandres de l'interdit.. bise  amitié....

Arthémisia 15/05/2007 16:20

Comme tu l'évoques très justement, souvienstoi, le rêve est souvent du domaine de l'interdit....
Bises
Arthi

Brigitte 14/05/2007 22:57

Un passage ce soir pour te saluer, Arthi.  :-)

Arthémisia 15/05/2007 06:00

merci de ce passage, Brigitte.
bises
Arthi

Laurent Morancé 14/05/2007 22:19

sa vulve au vent de son rêve...Que serait la vie (et l'écriture) sans musique ?

Arthémisia 15/05/2007 05:59

sûrement un grand silence desséché...

Frederique 14/05/2007 10:01

Nulle part si dans les rêves les plus fous. Cela doit rester un rêve. Il semble bien présent en toi, une envie bien profonde comme un mal qui te ronge.

Arthémisia 14/05/2007 10:14

Pour ce qui est du rêve, je ne peux le nier...(!!!)
Arthi

orchis-mauve 14/05/2007 08:34

je lis ce que j'ai écouté, toujours le même raffinement dans l'expression, dans la suggestion....J'espère la suiteJe t'embrasse ma belle amouréeO.

Arthémisia 14/05/2007 08:51

Ton avis me fait grand plaisir, Orchis!
Oui, j'aime suggérer et ...dire aussi quand il le faut car avec ce que tu appelles le raffinement et que moi je préfére nommer "subtilité", j'estime que tout peut être dit..
Ainsi, selon moi, le mot le plus cru trouve parfois sa place dans la plus grande élégance : tout dépend de sa mise en espace dans le texte...
C'est tout à fait comme en peinture : la tâche colorée la plus vive, si elle est composée, est parfois nécessaire au tableau pour lui donner plus de présence, le faire vivre, chanter, s'animer.
Mille bises aussi pour toi, belle orchidée
Arthi