Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

356 - Les Voyelles rimbaldiennes

Publié le par Arthémisia

 

 

 

   A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Golfes d'ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges :
- O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux !

 

Evidemment, RIMBAUD.... 



 

Il y a eu de multiples interprétations de ce célébrissime poème.

Laissez-moi vous soumettre celle-ci.... trouvée ...

 

 En 1961, M. Robert Faurisson, professeur dans un lycée de province, publia sans nom d'auteur dans la revue Bizarre, numéro spécial, 4ème trimestre 1961, (J.J. Pauvert, éd.), une interprétation du sonnet des Voyelles infléchie dans le sens d'un érotisme systématique. En effet selon M. Faurisson, le sonnet qui nous occupe est "un blason de la Femme, de la Femme vue de haut en bas". M. Faurisson continue ainsi : "Les formes des voyelles suggèrent les "formes" de la Femme. De plus l'évocation se fait "in coïtu", du "point de départ" à l'extase, du commencement à la "pointe" du sonnet, ou pour parler comme Rimbaud, de "A" jusqu'à "O". Si bien que "Voyelles" peut se résumer par le schéma suivant :

 


  http://membres.multimania.fr/antonzec/etudes-voyelles.jpeg   


Suivent dix-huit pages de commentaires à la faveur desquels M. Faurisson en arrive à nous proposer de lire à la place de Voyelles sa traduction à lui qui est Vois-Elles.

 


Avec  : photographie personnelle

Commenter cet article

bleu-marine (chez souviens-toi) 20/05/2007 23:27

...quand certaines choses manquent de couleurs............tu sais si bien les arranger, tite Arthi.........qu'après être poète-écrivain, te voilà devenue peintre...........quelle chance de te connaitre !!
merci à toi
tendresse

Arthémisia 23/05/2007 17:12

Oh, j'ai été peintre (et le suis encore...) bien avant de me lancer plus pleinement dans l'écriture....
Merci de tes mots
bises
Arthi

Lung Ta 20/05/2007 16:47

Oui je comprends ton ressentiment qui est très juste concernant les visions différentes des génocides
Concernant la Shoa, c'était à nos portes, et nous (les Français) y avons bien participé, alors sûrement une culpabilité rajoutée à l'horreur

mais les Balkans, le Rwanda, la famine dans le monde, le manque d'eau, les milliards dépensés pour rien en guerre, armement, publicité et autre, alors qu'il en faudrait moins pour nourrir et soigner tout le monde
tout cela est en effet révoltant

De même que jusque là on parlait plus des dangers du SIDA que des accidents de voiture, alors qu'actuellement (grâce aussi aux campagnes de préventions et aux "nouveaux" traitements) il y a 10 fois de décès par la route que par le SIDA
(Néanmoins au niveau mondial, et justement en Afrique par exemple, le SIDA reste un fléau de 1ère ampleur)

tout cela pour dire que nous avons de quoi donner du sens à nos vies en nous révoltant concrètement pour des causes désespérantes (le désespoir vient de ce qu'on ne fait rien)
mais ceci dit ce n'est pas pour cela qu'il faille opposer ces situations entre elles, car cela ferait rester dans un domaine manichéen qui n'aidera pas àt rouver des solutions

Voilà, j'espère qu'Arthémisia ne nous en ovudra pas de discuter ainsi ici ;-)

chaleureusement

Arthémisia 23/05/2007 17:10

mais non bien sur Lung Ta: je respecte la vie et suis ravie des discutions sur mon blog quand elles  sont respectueuses.
Ah, si j'avais su qu'une banale photo d'évier et de vaisselle et le superbe texte de rimbaud nous mèneraient là...
Je t'embrasse
Arthi

MALI 20/05/2007 12:09

Je ne connais pas ce Faurisson. Je me doute de ses propos négationnistes. Je ne les partage pas. Ce que je trouve ahurissant c'est le tollé que soulève la moindre critique de l'holocauste.  Vous pouvez dire : je viens d'enculer ma grand mère...personne n'est choqué. Mais le moindre mot sur l'holocauste soulève l'indignation générale. Je trouve cela démesuré. Deux millions d'africains ont péri au Ruwanda et tout le monde s'en tape. Je que je veux dire c'est qu'il y a dans ce pays qu'est la France, deux poids deux mesures : quand il s'agit de juifs le tollé est général, quand il s'agit d'africains la réponse est plus nuancée. Merci de ne pas effacer mon commentaire. Et pour être politiquement correct je dirai : le génocide des amérindiens est intolérable : les américains doivent le réparer.Le génocide des arméniens autant, le génocide des ruwandais désespérant, mais il n'y a plus de palestine à leur donner...alors oublions. MALI

Arthémisia 23/05/2007 17:06

je suis tout à fait d'accord avec toi MALI : aucun génocide ne doit être passé sous silence...Merci à toi de le rappeler : toute vie est à respecter.
arthi

Lung Ta 20/05/2007 06:37

Lisant le texte je me demandais si CE Faurisson était le même que celui qui sent le souffre, Laurent apporte la réponse apparemment. Mais il n'empêche, D'autres auteurs / artistes ont prouvé qu'ils pouvaient être des salauds et très bons parfois (je pense comme cela à Céline, mais je suis sûr que vous pourrez m'aider à en citer d'autres)
Je garde donc cette interprétation comme un point de vue intéressant, même si j'aurais vu dans le I ROUGE, la verticalité MARTIale (parfois ;-) ) du pénis
En tout cas merci pour ce texte, ces renvoies, qui me ramènent à l'Alchimie et Rimbaud. Je travaille toujours sur mon projet de (courte) BD dont le titre pourrait être "L'Alchimie" justement ! et finalement la phrase de Rimbaud : "Cela s'est passé. Je sais aujourd'hui saluer la beauté." pourrait très bien la résumer (mais saurais je moi très l'illustrer ?)
Merci donc mon amie et merci à Laurent pour  ses recherches.
chaleureusement

Laurent Morancé 19/05/2007 21:57

Je cite Faurisson à propos de Rimbaud :- point de départ,- épanouissement progressif,- moment d'ivresse,- accalmie passagère,- extase finale (ça, c'est pour couronner le tout)...Le Roi Arthur doit se retourner dans sa tombe ; pour un peu, on le verrait bien parader à Nuremberg, si tu vois ce que je veux dire (il suffit simplement de relire les citations ci-dessus pour s'en persuader)...Excuse ce coup de colère en même temps que ces commentaires informatifs, ma chère Arthi, mais quand il faut il faut.Bisous.

Arthémisia 23/05/2007 17:03

Merci tout plein de tes informations tout à fait honorables.
bises
Arthi

Laurent Morancé 19/05/2007 21:48

Du coup, m'est venue l'idée de taper Robert Faurisson dans différents moteurs de recherche : totale nausée.

Arthémisia 23/05/2007 17:02

OK, c'est ce que j'ai fait aussi...je suis malade aussi...
bises désolées
arthi

Laurent Morancé 19/05/2007 21:31

Non Arthi...Pas toi, pas ça, pas lui, pas lui à propos de Lui (le génie, le voyant)...Faurisson est un gros con, un salaud fini, le chantre du révisionnisme, en un mot comme en mille un sale nazi, naguère, il est vrai, spécialiste, entre autres, de Rimbaud et de Lautréamont..." Spécialiste " est ici une façon de parler, évidemment...

Arthémisia 23/05/2007 17:01

Laurent, je te présente mes excuses à toi en premier et à tous mes lecteurs. Merci de m'avoir ouvert les yeux...Vas vite lire l'article que je publie aujourd'hui à propos de ce Faurisson.
Ami?
bises
Arthi

orchis-mauve-juliette 19/05/2007 09:25

Ma toute belle, la lecture de ton article est un peu perturbée pour moi par les phrases tronquées des deux côtés.Mais finaude, j'ai compris...Cette interprétation n'est pas sans intérêt et d'ailleurs, POURQUOI PAS !Bisous

Arthémisia 23/05/2007 16:59

je découvre aujourd'hui qu'elle fait polémique. Evidemment j'ignorais tout de ce sinistre individu. Vas voir l'article que je publie aujourd'hui...
bises
Arthi