Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

435 - Echo olfactif

Publié le par Arthémisia

 

 
 
 
La dernière suggestion d’écriture de Juliette qui intervient provisoirement sur le blog de Nath, Papier-libre, était de nous faire parfumer le web en écrivant sur, en décrivant, une ou des odeurs.
 
Voilà les miennes, comme un écho…persistant, grandissant.
 
 
 
La mémoire est aussi un écho olfactif.
 
Elle commence sur les genoux d’un grand père savonnier fleurant la propreté jusqu’à l’ivresse, et dont je n’arrivais jamais à quitter les joues lisses comme celles d’un nouveau né.
On me l’a longtemps reproché.
L’amour fait toujours des jaloux…
 
Puis arrive le soleil et le parfum d’or du chichi, bien gras et bien sucré, dégusté sur la plage des vacances en juillet, jusqu’à vous écoeurer de la fleur d’oranger !
 
Comme suite à la douceur, l’iode vient se mélanger au parfum de noisette. C’était toute la Méditerranée qui nous sautait aux narines quand je ramenais le fond de mon seau rempli d’arapèdes que j’avais passé des heures à décoller des rochers.
Si vous voulez me faire plaisir, offrez moi des sushis.
 
Encore le Midi et ses romarins qui me griffaient les jambes. Il parait que cette herbe apaise les tempéraments fougueux. J’en ai pourtant tant respiré…et mangé ! Pas une grillade n’y échappait !
Pardon mais …je ne me suis pas calmée…
 
A l’heure de la rentrée, avec application chaque élève devait entretenir son bureau d’école. Je fermais les yeux.
- « M., vous dormez ? »
- «  Non, non, Madame, je respire l’odeur de la cire ».
La classe bourdonnait. Abeilles en tablier.
 
Je suis partie ailleurs, là où les fleurs sucrées recouvrent le corps des filles.
L’air n’existe pas, en Polynésie. Dès votre descente d’avion, vous êtes dans une fleur.
A savoir si d’ailleurs les filles de là-bas ne sont pas elles – mêmes des fleurs de tiaré ?
Monoï, tu m’as grisée !
 
Entre vapocraqueur et centrale nucléaire, je n’ai pris qu’une seule respiration : je ne te renie pas mon Nord natal, mais dans mes veines ne peut couler désormais que du soleil.
 
Mon plaisir, aujourd’hui, se parfume cap au sud.
Sur les peaux bronzées à l’ambre solaire.
Dans les effluves des expressos italiens.
Dans les bains à la vanille.
Et la chaleur, derrière les volets, concentre le désir. Lui aussi parfumé.
A toi.
 
 
Copyright © Arthémisia - août 2007
 
Illustration : Copyright © Arthémisia

Commenter cet article

ren 19/04/2011 10:54



pour ce que j'en connais oui...


après  ----------une  native  du coin, m'en  parlait  tout en "amour"...  paradis  de champignons...   ce que je ramassais  elle  ne
les  aurait même pas  regardés...


 


c'est marrant comme chacun est attaché  à sa région, car ilen connait les  secrets (intimes)  nous  revoila  avec le rapport avec le corps...



Arthémisia 19/04/2011 11:56



Je ne suis pas attachée à la région de naissance pourtant j'y ai vécu 18 ans.





Par contre, je me sens toulonnaise à 100% même si je suis une mauvaise toulonnaise (je déteste les plages artificielles du Mourillon et vais peu dans le centre ville because le
parking!)


Mais je ne rate pas une expo!



rechab 19/04/2011 10:32



moins  que la Lozère?


non, c'est à peu près pareil, et même plus je crois..  non ce qui n'est pas  agréable  c'est  ces  vallées  étroites  et très profondes,  t'en finis
pas  de descendre  ( la Truyère)  pour  remonter  tout  de suite    tout  en viarges, végétation dense  et  sombre, eaux 
glaciales



Arthémisia 19/04/2011 10:45



Très rude alors!



rene 19/04/2011 09:33



austère  ça  dépend  des coins...  non, c'est plus massif


 


y a moins  d'eau, donc moins  de petites montagnes,  ça  fait plus  bloc...  blocs des causses, bloc de la margeride  et de l'aubrac...  par  contre
beaucoup plus sympa  que certains  coins  comme la Correze, que j'ai trouvé carrément sinistre pour ce que j'en connais



Arthémisia 19/04/2011 10:06



peut être moins habité?



rene 19/04/2011 09:22



en quelque  sorte,  comme  si c'était  un endroit que j'avais  en moi...  toujours connu  -  en Lozere  il y a aussi cette majesté, mais moins 
"riante"  qu'en 04



Arthémisia 19/04/2011 09:26



Cela me parait encore plus austère vers chez toi, effectivement.



rene 19/04/2011 09:11



je suis très  "ému"  vraiment,


quand  je suis  en face  de la montagne  de Chabre,  c'est pas  seulement à cause  du nom,  c'est  cet immense trapèze parfait, solennel, en même
temps pierre tombale  ( la forme) en même temps protecteur  ( le manteau de la vierge  chez Piero Della Francesca)... 


ça  s'impose,  ça barre l'horizon,  c'est touffu, c'est mystérieux,  je m'y sens chez moi...



Arthémisia 19/04/2011 09:13



Quelque chose comme un lieu intérieur?



rene 19/04/2011 08:38



effectivement,  c'est un coin magnifique, 


je l'ai parcouru de nombreuses fois ( le trajet de Grenoble à Aix)...  la vallée  du Buech, Montrond, Mison, sont de mes endroits de coeur,  ainsi que  "ma montagne"  ' la montagne  de Chabre", qui se termine à Laragne...  tu situes ?



Arthémisia 19/04/2011 09:03



A peu près. Quand je monte en Haute Savoie je ne passe pas par là (au pire je bifurque vers Grenoble mais le plus souvent je reste sur l'autoroute jusqu'à Lyon) mais j'ai des amis à
Manosque et quand je vais les voir nous allons nous balader par là.



rechab 19/04/2011 00:11



de l'extérieur  oui...  


d'ailleurs  les  sculptures  sont  si intactes  on drait  qu'elles  ont été faites  il y a un an...  c'est pas  des copies  par hasard...?


 


de l'intérieur non..     et  toi ?



Arthémisia 19/04/2011 00:20



Oui. J'y suis rentrée il y a quelques années. J'aimerai y retourner. Sentir le vent (et d'autres choses ...) là-haut aussi. La vue y est splendide.



rechab 18/04/2011 22:18



ma lecture  du paysage  come toi est aussi  celle  des plantes, dans  les  Cévennes la Bruyère,  dans la garrigue, les pins  et les  buis, sur le
plateau de Valensole, la lavande,  et mieux  encore  en automne  les  brûleries (  de lavande  toujours)... mais  ce sont  aussi les odeurs 
violentes  à priori malsaines,  comme  celle de l'usine  à papier  près d'Arles, des  eaux  stagnantes  des  étangs vaseux.  Quant à celle
des  crèmes  solaires,  ça a la double signifiaction de vacances  et de consommation,   , de papiers  de cornet à glace  qui sont poussés par le vent...



Arthémisia 18/04/2011 22:26



Connais tu le monastère de Ganagobie ?



orchis-mauve 19/08/2007 09:16

Fleur d'oranger des nuits sans sommeil de l'enfance, romarin des promenades dans le soleil, vanille des gateaux du dimanche....parfums de nos enfancesBisous

Arthémisia 19/08/2007 10:19

Du merveilleux qui revient régulièrement...
Bisous
A.

Chris 17/08/2007 19:21

Un beau voyage dans la mémoire olfactive...Moi c'est le goût du lait d'antan qui me reste, son parfum aussi, qui parfois revient me titiller les papilles et les narines. Enfance...

Arthémisia 17/08/2007 21:00

Chacun garde en lui des plaisirs inoubliables...C'est le précieux de la vie.
Amicalement
Arthi

Mahina 15/08/2007 22:22

la fleur de tiare et l vanille nous laissent un parfum de nostalgie, tout comme ces parfum d'antan qui nous font ce que nous sommes!Bisous

Arthémisia 16/08/2007 09:35

L'âme tahitienne est très nostalgique, Mahina.
Regret de la pureté originelle, surement...de l'avant l'arrivée des envahisseurs européens (et maintenant américains, australiens et néo zélandais....)
bises
Arthi