Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

496 - Mon Rêve

Publié le par Arthémisia

Une nouvelle fois, voilà Juliette de Papier libre… et ces mots tentateurs.  
 
Aujourd’hui elle nous propose d’utiliser dans notre production la phrase extraite d’une conversation de hasard :
 
" et en plus il ne savait pas nager ! "......
 
 
 
J’ai commis ça :
 

J’en connais qui vous emmènent à tire d’aile par dessus les montagnes enneigées.

 

J’en connais qui galopent plus vite que l’antilope à travers les savanes.

 

J’en connais qui font voile de tous vents au moindre alizé.

 

Lui, il voulait juste vivre. Il était sans ambition.

 

Et je l’ai vu tomber tout droit, à pic,  à peine ralenti par sa pénétration dans l’eau. L’espace d’un très court instant, je l’ai suivi mais il a très vite disparu dans les profondeurs du lac.

 

A la surface se déployaient mollement des cercles concentriques qui finirent par disparaître dans les roseaux de la berge.

 

Je suis restée longtemps à contempler le miroir inerte y cherchant encore la mémoire de ce rêve qui ce soir là avait sombré. Et en plus il ne savait même pas nager.

 

Seules les larmes survivent dans l’eau des lacs. 

Copyright © Arthémisia - octobre 2007

Commenter cet article

ren 14/05/2011 23:49



Je glisse et coule et plonge Je m'endors Je me perds


Le grand noir fermeur d'yeux m'entraîne vers l'aval


m' emporte avec mon sable mes songes mes racines


emporte mes épaves mes branches mortes ma mémoire


emporte le dormeur la momie le noyé Osiris


 


 


Il revivra (peut-être) si une fois encore la grâce


du matin le dépose au soleil sur la plage du temps


 


 


extrait final  des  "écluses  du noir"  de Claude  Roy



Arthémisia 15/05/2011 08:32



Ce texte est superbe. il accompagne tout à fait mon histoire, celle de ce billet en tout cas.


Il va falloir que je lise Claude ROY



Alex 01/11/2007 12:30

Et les lacs, survivent-ils sans larmes ?

Arthémisia 01/11/2007 17:09

Peut-être ne sont -ils que larmes?

Yves Lafont 29/10/2007 11:51

Bonjour Arthémisia,Et que deviennent les larmes qui coulent sur la surface brillante du miroir ?La rosée d'une respiration diffuse qui embrume sa surface argentée ?Noyé dans son chagrin, où dans la transpiration excessive de don désir, il se liquéfie, se sublime dans une dernière apothéose pour devenir à ton tour miroir aqueux, bulle tremblante qui se forme petit à petit, et glisse, tel le vif argent , sur la patine polie froide et lisse qui le soutient encore. S'il savait nager, il ne saurait se noyer dans lui-même, étranglé dans les remous de ses émotions ...Gros bisous et bon week-end, chère Muse de l'Amour et du HasardYV ES

Arthémisia 29/10/2007 12:00

Bonjour Yves,
Oui, certainement quelque chose comme ce que tu décris si poétiquement  : en une espèce de transmutation, se peut -il que des larmes participent alors, à travers la rosée ou les bulles qu'elles habitent, à la respiration...autant dire à ce qui reste de la vie quand le rêve a disparu derrière le tain du miroir?
Cette image me plait.
Merci de tes mots toujours très agréables.
Je t'embrasse.
Arthi (qui ne croit pas au hasard mais à au destin... )

jc 27/10/2007 23:13

beau et triste........perdu  dans les profondeurs

Arthémisia 28/10/2007 15:15

Pas si loin du tien je trouve....

orchis-mauve 27/10/2007 11:39

Peut-être ce rêve se serait-il transformé en cauchemar, il a mieux valu qu'il sombre avant....peur-êtreY as-tu pensé ?bises tendreO.

Arthémisia 27/10/2007 17:38

Non, je n'y ai pas pensé. Je suis trop dans le présent, peut-être?
bises
Arthi