Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

513 - Les Yeux du livre

Publié le par Arthémisia

 
 
 
 
La nuit s’agrandissait, en tous sens, tissant, éteinte et religieuse, son voile de Prusse.
 
Le lit s’en trouvait écrasé, tout empli des lâchetés et des abandons pauvres, des renoncements mous parce que les années. Le lit frisait la mort, celle de la demie vie, celle des bras ballants, des yeux baissés, des couleurs pâlies et sans force, des nuances acceptées par habitude.
 
Le livre ouvrait sa peau, grouillant de pensées vives. On y dansait.
Entres ses pages, je ne saurai dire lesquelles précisément, naquit l’asile, l’encre incommensurable échappée de ses yeux, dans une fluidité qui ne ment pas.
 
J’y ai trouvé ma foi.
 
 
Copyright © Arthémisia – novembre 2007
 
 
Avec : Francis PICABIA - L'oeil Cacodylate - 1921

Commenter cet article

ren 29/05/2011 22:17



C'est curieux  comme  les  commentaires sont tous lu livre  mais pas  lit..  comme  si ils  avaient   fait le choix  de l'éévasion plutot
que le tragique, qui est quand même  l'essence  - selon moi -  de la partie centrale...



Arthémisia 29/05/2011 22:35



Peut être que les personnes qui ont commenté ne vivent pas ce lit ...ou par pudeur n'ont pas souhaité en parler.


 



Lung Ta 20/11/2007 07:48

"J'accorde de très grands pouvoirs aux livres, notamment un pouvoir onirique et un pouvoir quasi politique car ils peuvent être des ouvertures fantastiques vers le rêve, la pensée libre et le développement personnel mais aussi d'habiles stratégies manipulatrices. L'Histoire nous l'a prouvé"
question "onirisme" & "lecture" Je lis actuellement "Le privilège des rêveurs" de Stéphanie Janicot

Arthémisia 20/11/2007 08:09

Merci de cette piste à suivre...Je note.
Arthi

Par don et par vos livres 19/11/2007 22:38

Chut! La nuit, le livre sur le lit nous regarde avec ses grandes mains pour mieux entendre nos visages aveuglés par ce fol amour ecrit(dans le livre bien sûr!) 

Arthémisia 20/11/2007 06:04

Comme tu le décris, le livre a tout d'un Grand Méchant Loup.
Voir là donc : http://corpsetame.over-blog.com/article-7146669.html

fbd 19/11/2007 20:59

Ton texte est un régal à lire! Tu as des expressions superbes!Et puis ce titre, "cacodylate", quel extravagance! Comme si on avait trouvé un trésor exotique (même si je connais cette oeuvre depuis longtemps, c'est toujours magique!)

Arthémisia 19/11/2007 21:09

Merci...mais puis je te dire que les expressions que tu trouves superbes me viennent naturellement (là je crois que je vais en faire tiquer + d'un mais c'est la vérité toute nue) sauf le cacodylate qui est de Picabia !!!! Déjanté le Francis mais tellement lumineux dans son snobisme dialectique! J'adore!

. 19/11/2007 13:07

Moi non plus.

Arthémisia 19/11/2007 13:08

Lis Hesse , Démian!
C'est urgent.

. 19/11/2007 12:42

Merci pour ce poème de Mallarmé, si paradoxal dans le contexte,

Arthémisia 19/11/2007 12:51

Je ne crois pas au hasard.

jc 19/11/2007 12:00

magnifiquement ecris un délice a lire

Arthémisia 19/11/2007 12:11

A vivre aussi même si le délice est parfois supplice...

yoyostereo™ 19/11/2007 11:57

pas un livre mais une bibliotheque! et dire que je ne vivrai pas assez longtemps pour pouvoir tout lire !!!

Arthémisia 19/11/2007 12:08

Alors là , tu me tends une perche magnifique pour publier ça....
Brise marine
La chair est triste, hélas! et j'ai lu tous les livres. Fuir! là-bas fuir! Je sens que des oiseaux sont ivres D'être parmi l'écume inconnue et les cieux! Rien, ni les vieux jardins reflétés par les yeux Ne retiendra ce coeur qui dans la mer se trempe Ô nuits! ni la clarté déserte de ma lampe Sur le vide papier que la blancheur défend Et ni la jeune femme allaitant son enfant. Je partirai! Steamer balançant ta mâture, Lève l'ancre pour une exotique nature!
Un Ennui, désolé par les cruels espoirs, Croit encore à l'adieu suprême des mouchoirs! Et, peut-être, les mâts, invitant les orages Sont-ils de ceux qu'un vent penche sur les naufrages Perdus, sans mâts, sans mâts, ni fertiles îlots... Mais, ô mon coeur, entends le chant des matelots!
Mallarmé bien sûr.
et me réjouir que tu ne puisses jamais tout lire!

Gérard fleur bleue 19/11/2007 10:50

J'aime ta façon de parler du livre, des trésors qu'il peut nous offrir, du lien quasi organique qui nous lie (nous lit ?). J'aime aussi partager des lectures, dans nos petites communes, on organise parfois des balades lectures ou on lit, à plusieurs voix, des textes et des poèmes.
Ces balades sont aussi des ballades... Bises à toi, G.

Arthémisia 19/11/2007 11:05

Oui, oui! Le livre c'est de la chair, celle de l'écrivain qui toujours s'expose, et celle des mots, qui font images, pensées, mémoires, projections.....
C'est vrai que lire à d'autres c'est un truc magique. Je te conseille de regarder le dimanche matin à 8h50 l'émission le Bateau Livre sur France  5 - Je déteste la télé et c'est la seule émission que je regarde! Son animateur,  Frédéric Ferney propose (notamment) chaque fois la lecture d'une page d'un livre (souvent un 1er roman) faite par un jeune acteur (souvent du cours Florent)...Il se passe à chaque fois quelque chose d'indescriptible .
Je crois que c'est aussi diffusé le jeudi soir vers 21h40.
ps :  cours de conjugaison. Prenez vos cahiers!
- lire : verbe du 3ème groupe (je lis, tu lis, il lit...)
- lier : verbe du 1er groupe (se conjugue comme manger donc ça donne : je lie, tu lies, il lie....)
enfin je crois!!!!!!!!!!!!!!
bises
Arthi
 

Mahina 19/11/2007 09:30

Le livre est ma fenêtre ouverte sur mon ciel étoilé..Livre-roman facile à lire pour s'échapper, livre-documentaire qui prend parfois aux tripes, livre-poésie qui m'emmène sur des chemins où j'aime m'enfoncer...Livres, je ne saurai vivre sans vous...

Arthémisia 19/11/2007 09:37

Je relève le verbe enfoncer que tu utilises,pour te dire combien moi aussi j'ai cette sensation quand je suis bien avec un livre. Il devient cocon, protection, asile (je l'ai dit dans mon texte).
Parfois même il se passe  quelque chose d'encore plus fort entre lui et moi, quelque choses de quasi physique, de pénétrant, voir de sexuel : je rentre en lui, il rentre en moi. Nous sommes amants.

joruri 19/11/2007 08:28

Pour certains chaque page est une aile, ils initient des chemins,ils sinuent  jusqu'au fond de nous, à l'image d'un parfum qui nous ramène au loin...

Arthémisia 19/11/2007 08:36

Lire est toujours une histoire avec soi-même, un voyage introspectif, un recueillement, sauf peut-être quand la lecture se fait pour un (des) autre(s) où là interviennent le partage, l'offrande, le cadeau.

Lung Ta 19/11/2007 07:16

les livres sont donc capables de tout où nous rendent ils capables de tout ?
bonne semaine, bon courage
Bises

Arthémisia 19/11/2007 07:25

Bonjour Lung ta,
J'accorde de très grands pouvoirs aux livres, notamment un pouvoir onirique et un pouvoir quasi politique car ils peuvent être des ouvertures fantastiques vers le rêve, la pensée libre et le développement personnel mais aussi d'habiles stratégies manipulatrices. L'Histoire nous l'a prouvé.
bisous
Arthi