Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

516 - L'Ombre

Publié le par Arthémisia

 
 
 
 
De l’ombre, serrée fort, naquirent le cri et la lumière.
 
Elle était de vents bruns, d’airs bourbeux, embrumés d’aquosité secrète.
Elle était d’écume Véronèse, peuplée d’éclats miroitants.
Elle était de nuits, d’heures longues et muettes, de syllabes non dites intranquillement enfouies au creux du ventre.
Elle était la parole silencieuse du jour s’accumulant, et celle de la grenade béante jouissant de tous ses grains sous un soleil hurlant.
Elle était hors des jugements, loin des facilités gratuites du dire trop pressé et des regards pesants.
Elle était là, cognant contre ses portes tel le bélier en rut, elle était là sauvage et crue.
 
Elle la reçut de toute sa chair, et toute la puissance de la Terre entra en elle en un fracas énorme, ruisselant et rouge.
 
L’ombre devint ce jour-là, sa seule nourriture.
 
Copyright © Arthémisia - Novembre 2007
 
Illustration : Odilon REDON - Les Ténèbres

Commenter cet article

Ren 18/10/2011 18:39



Et de cette  ombre, où justement il peut sourdre cet éclat, cette
lumière



Arthémisia 18/10/2011 22:01



...Je vais suivre ton conseil et mieux regarder dans les ...coins!



ren 29/05/2011 21:24



Redon, - redoutable (  et un passage  rapide, fait voir une image à double sens)...que tu mentionnes  d'aillleurs  dans   (l'ombre)



Arthémisia 29/05/2011 21:56



Nous avons le même oeil, Ren....



Tietie007 27/11/2007 22:36

Ombre inquiétante !

Arthémisia 28/11/2007 05:59

L'ombre est toujours moins bien définie que l'objet ce qui l'a rend peut-être inquiétante mais elle peut être salvatrice, rassurante, apaisante, nourricière, enveloppante, protectrice...bien plus que la lumière.

jc 26/11/2007 20:59

pour arthiSœur de la zone à la peau douce Dans la solitude farouche Insoumise aux yeux rieurs Qui réinvente le bonheur Qui improvise un équilibre Entre le couteau et la cible Sœur de la rue aux yeux ouverts Libres et larges comme la mer Invente-moi un amour neuf Pur et lisse comme un œuf Echappe-toi des cathédrales Et des théories verticales Sœur de la rue aux cheveux clairs Nacrée qui danse en bleu et en vert Sœur éclairée sœur solaire Envoie tes rayons dans ma serre Pousse les lianes en transit Des jungles mutantes électriques Nue comme l'aube chaude comme le soir Belle comme l'amour et les yeux noirs Renie le passé le devoir Le couple est un jeu de miroirssoufflé un peu avec l'aide de nanar mon complice de toujours

Arthémisia 26/11/2007 21:40

Si toi, J.C., je ne t'aime pas...je n'aime personne.
bises mon frère d'armes et de coeur.
Arthémisia

jc 25/11/2007 21:17

la demi mesure n\\\'exprime pas le fond de l\\\'être mis sa surface grattons un peu pour trouver en nous la force , l\\\'essence qui nous animeje place sur joan césario  utopia qui devrait te plaire

Arthémisia 25/11/2007 21:39

Je suis assez d'accord avec ta pensée : je n'aime pas le retenu...ou alors il faut que je me l'explique.

Alex 24/11/2007 23:02

Chouette, Odilon Redon !
On n'en parle pas tellement (assez) de lui, je trouve...
Bizes du soir

Arthémisia 25/11/2007 16:06

Peut- être parce qu'il fait peur?
bises
Arthi

fbd 22/11/2007 19:38

Lettres d'ombre, espaces de lumière... Phrases de vie.Tes mots ont des sonorités qui me réconfortent, elles ont mis des habits de velours grenat.Sans la beauté, la vie serait trop dure!

Arthémisia 22/11/2007 20:36

La Beauté révèle ce qui échappe à notre regard, et qui oxygène l'âme.

Cara Mia 22/11/2007 18:51

Il est vrai que je te "connais" depuis pas mal de temps et que je parcours silencieusement tes pages. Et puis je me suis décidée à te commenter. Mon blog en lien est tout jeune, je venais te visiter depuis mes anciennes pages http://www.blogg.org/blog-62569.html où je poste toujours d'ailleurs mais dans un autre univers. Je suis une simple prof de français qui fait un peu "l'écrirêveuse"... Bises et belle soirée à toi.
 

Arthémisia 22/11/2007 20:30

Merci de me donner tes liens. Je te rendrai visite correctement dès que j'aurai un peu de temps : en ce moment j'ai bcp de travail et manque de liberté d'esprit.
Bises
Arthi

joruri 22/11/2007 17:42

Venir en lumière...Une parole surgit. Elle repousse doucement les ombres; les teint de bleu, puis de vert puis d'or.Parce que quelque chose dans l'aurore me parle de joie, c'est la que je vais...Oui, oui, j'arrive !

Arthémisia 22/11/2007 17:47

Ton cheminement me semble plus soft que le mien (!!!) mais il me semble que nous allons vers des buts proches.

bleu-marine (chez souviens-toi) 22/11/2007 17:22

...quand l'ombre ne fait qu'annoncer la lumière....
tendresse tite arthi -

Arthémisia 22/11/2007 17:27

elles se tiennent la main...
bises
Arthi

jc 22/11/2007 15:35

whaaouu violent mais téllement beau

Arthémisia 22/11/2007 16:50

Il n'est pas toujours possible de demie mesure.

Mahina 22/11/2007 11:41

L'ombre est ma nourriture même lorsque le soleil la transperce.. Le cri la déchire tel un éclair dans un voile de lumière, mais l'ombre reste maitresse...

Arthémisia 22/11/2007 16:49

C'est d'ombre et de lumière que nous sommes pétris. L'une sans l'autre n'est rien. Elles doivent se parler pour faire jaillir la vie.

Cara Mia 22/11/2007 10:43

Je me suis glissée avec ravissement dans tes "texticules" (j'adore le terme !) et celui-ci...  Au frisson primal du monde, à l'élan irraisonné, à l'origine de tout cosmogonie, il y a l'ombre. Tout comme nous sommes issus d'elle et retournerons dans ses entrailles membraneuses. Un parfum de mystère et de bestialité qui relie subtilement l'universel à l'intime. C'est ce que j'aime dans ce que je lis (voir mon comm précédent)... Alors, juste merci. Bises.

Arthémisia 22/11/2007 16:46

On se connait? J'ai l'impression que toi tu me connais...
Sourires ++++++(pour le mystère et la bestialité bien sûr).L'ombre fait partie de mon quotidien, de mon travail aussi...C'est quelque chose que je connais.
Merci d'aimer mes textes et de le dire si gentillemnt et surtout si bien.
bises
Arthi
(ps: j'ai trouvé le mot Texticules sur le blog de je ne sais plus qui -oh, la vilaine Arthi...-  et ai demandé à son propriétaire l'autorisation de l'utiliser. Ce mot n'est pas de moi.)

joruri 22/11/2007 10:06

embrumé "S" ? J'aurais mis un "E"...Pour embrumée...Si tu corriges, efface mon com.Sinon, c'est qu'une fois de plus je n'ai rien compris, ce qui reste l'hypothèse la plus probable... :))

Arthémisia 22/11/2007 16:41

Je laisse mon " S" qui accorde l'adjectif embrumés avec les substantifs "vents" et "airs".
Sourire...

Yann 22/11/2007 08:57

De l'ombre (de la Sagesse?) nait la Vie. Bien sûr. Loin des fracas et des turpitudes de notre environnement. Tout se noue et se dénoue dans le silence de l'Eternel... Le Grand Silence!L'ombre serait-elle craint à ce point qu'on en éprouve le besoin de la faire crier? (Je blague, évidemment!)très beau texte, ArthiBonne journéeyann

Arthémisia 22/11/2007 16:39

L'ombre de la Vie oui. La sagesse n'est pas la vie en tous cas par pour moi. Est c'est justement pour cela qu'elle est mère de la lumière et du cri.
La Sagesse, qu'est ce en fait? Elle n'a pour attributs que ceux que je lui donne, moi , Athémisia....

juliette b 22/11/2007 08:55

ombre dangereuse, cruelle, dont le mystère adamantin attire les plus aventureusesbises inquiètesO.

Arthémisia 22/11/2007 16:35

Pourquoi serait-elle dangereuse et cruelle? Mystérieuse et adamantine me suffit bien!!!
bises très sûres!
Arthi

Lung Ta 22/11/2007 08:14

Mangeuse d'hombre !

Arthémisia 22/11/2007 16:31

Je ne parle pas espagnol!