Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

528 - Le Retable d'Issenheim

Publié le par Arthémisia

Nouvelle contrainte sur papier libre .
Notre Juliette nous propose cette phrase de Jean TARDIEU comme  incitation :
 
 
Etant donné un mur, que se passe-t-il derrière ?
 
Et voilà ma réponse :
 
 
 
 
 
 
 
Elle en avait arpenté des longs couloirs, des parquets, des galeries dans tous ces musées, toutes ces expositions, toutes ces biennales.
Elle en avait feuilleté des monographies, des encyclopédies, des catalogues, des plaquettes.
Elle avait parlé à des centaines de portraits, questionné des quantités de paysages et même les natures mortes portant encore la vie.
 
Dans ces lieux de Beauté, toujours, toujours, elle se posait la même question, elle leur posait la même question : « Qui a-t-il derrière vous ? Qui a-t-il derrière le mur de votre image ? »
 
Devant le retable, soudain, elle crut trouver une réponse. Le Christ de douleur la lui murmura :
-« L’image n’est pas un mur. Elle est une porte ouverte. »
 
Elle poussa la porte, et entra.
 
Copyright © Arthémisia - décembre 2007
 
 
Avec  : Matthias GRUNEWALD - Le Rétable d'Issenheim - Christ du panneau central.
 

Commenter cet article

ren 05/06/2011 16:11



Ce n'est pas le côté  anonyme qui me gêne,  c'ets  que des gens  deviennent  fous , se mutilent  etc, parcequ'ils sont en avance  sur leurs  contemporains
et moqués par eux..  alors  que  de toute  évidence  ce sontdes grands créateurs,  mais même  si ils  n'étaient pas  "grands"  - puisque  ce
terme  est subjectif,  ce serait la même  chose...


( c'est entre autre pourquoi je pense  que tu devrais  publier  ce que tu écris)



Arthémisia 05/06/2011 16:20



tu es trop ...adorable toi...


Je sais que je devrais faire quelque chose de tout ce que j'ai et peint et écrit (surtout) , Ren. J'y pense de plus en plus...Pourtant je ne me sens pas l'envergure d'affronter cela toute
seule et surtout actuellement.


Et rassure toi, la mutilation ne fait pas partie de ma vie.



ren 05/06/2011 14:54



c'est un peu ça , oui...


 


 


voir   Van Gogh   "le  suicidé de la société"...



Arthémisia 05/06/2011 15:34



et tant d'anonymes...



ren 05/06/2011 11:32



...certainement pas des artistes mais plutôt des peoples, des sportifs voire même des politiques.


Si, parfois des artistes...  mais  c'est vrai  que les médias  vont ne nous les montrer  que - comme  tu le disais - par rapport au fric,  c'est à
dire   le prix  qu'a  atetint  un van Gogh, un Bacon, etc...


 


Et d'autre part,si il n'y avait pas  cette  déification, il n'y aurait pas  non plus  ce  silence  de  "chapelle", qu'on trouve  souvent  dans les
musées...


 


Maintenant dans la vie de tous les jours  , c'est le passage à l'exposition, ausuccès, au musée  qui fait de toi un "artiste", reconnu ( reconnu, justement parce que les gens  n'y
connaissant rien,  tu auras  beau faire  les plus belles  oeuvres  du monde,  si tu n'es pas  sacralisée par l'argent, on ne te connaîtras pas... )  
et  tu seras  toujours  la risée du peuple moyen, qui pense  que l'artiste  est un parasite,  qu'il s'amuse  toute la journée  ...  bref parce qu'il a perdu son image  sociale  au  sein de la société


Pour les  sportifs,  c'ets la même interprétation...   ces  Dieux  du stade 
sont  ceux  qui ont l'image positive  de  "gagneurs",   dont les exploits  sont  ceux  que personne  n'égale...   voir  le 
traitement  en image  qui a été fait des  champions  du monde  de foot  après 1998.. 


donc l'idée de gens   " au-dessus"///



Arthémisia 05/06/2011 11:42



Conclusion : tu n'es (nais) que quand la société te fait naître.


Et te tue aussi vite....


 


Quand je disais (à la suite d'Yves NAVARRE) que la vie n'est toujours qu'une histoire entre soi et soi!


 



ren 04/06/2011 15:09



blocage en surface, ils le vivent devant tout ce qu'ils regardent, oeuvre d'Art ou oeuvre de ...Dieu


 


------  d'ailleurs  ce n'est pas  étonnant ce que  tu dis, car, de   l'artisan  exécutant- ce qu'ont été les peintres  jusqu'à
la Renaissance, on est passé à l'artiste avec un A -  voir Leonard  de Vinci,  démiurge, qui est à la fois un philosophe, un techniqcie,  un
scientifique  et peint des images où la place du Divin, est égale  à celle  de l'homme  ordinaire  (  en conséquence, l'homme  commun se hisse  au même
niveau)... 


 


De la la "confusion", entre créateur mis sur un piédestal et demi-Dieu...


 


Prétention...?


peut-être...    mais en tout cas  révélateur  de la personnalité humaine, comme personne individiuelle et qui s'assume 
comme telle...


 


donc  auto créatrice d'un monde  auquel n'accède pas tout le monde, et notamment  rendre  visible
par son travail ce qui ne le serait pas sans son regard






Arthémisia 04/06/2011 16:01



Je ne suis pas certaine de ce que tu avances, Ren. Crois tu que pour le public lambda, l'artiste soit un démiurge? Moi, je pense que l'artiste aujourd'hui paraît un être hors de portée,
en décalage, voire un fou ou encore un snob, tout simplement parce qu'ils ne parlent pas le même langage.


Le premier parle de regard; l'autre de surface technique et marchande.





Aujourd'hui, et j'en ai la preuve tous les jours, quelqu'un qui ne produit pas au sens marchand du terme, est pour beaucoup un parasite, un inutile, voire un dingue. Un de mes ex amis,
celui dont je t'ai déjà parlé, a même essayé de me faire croire que l'Art n'était et n'avait tjs été que du fric.





Et bien moi je dis haut et fort qu'il existe un monde auquel, oui, n'accède pas tout le monde, un monde qui n'est pas arrogant, ni autocentré (ça aussi je l'entends svt!), un monde de
création et de plaisir, bien au-delà de toute prétention divine ou hiérarchique mais qui pourtant fait s'élever l'Homme dans tout ce qu'il a comme capacités (physiques, techniques et
intellectuelles) dans le partage (car créer c'est aussi ça) de la Beauté.


C'est trop facile de dire que les gens qui regardent Arte au lieu de TF1 sont prétentieux et snobs.


Et puisque tu évoques le divin, pense à qui sont actuellement nos dieux ...certainement pas des artistes mais plutôt des peoples, des sportifs voire même des politiques.


J'arrête là car la bétise humaine et le fait des manipulations de masse par les médias est qq. chose qui me met hors de moi.


Désolée de m'emporter.


 



ren 04/06/2011 10:50



Bien sûr Rothko, mais encore Motherwell, qui justement  appelle  ses grandes  toiles  des  "open"...  (et qui si je me rappelle  bien  était docteur en
philoophie, donc il savait de quoi il parlait  ou tout au moins  il y avait des chances  qu'il ait réfléchi sur la question  )...


Mais  étrange  non, pas  vraiment...  on a  affaire  au même matériau, la pensée,  la
création, la surface, la peinture...  m^me déja  dans les  grottes , les néanderthaliens,  avaitent ce souci en représentant les animaux, de transcender  la
représentation pour un au-delà...  duquel dépendait leur survie



Arthémisia 04/06/2011 11:00



Je trouve cela extraordianire que l'humain,  au delà  les époques, des évolutions techniques, et des factures , puisse encore se poser les mêmes questions.


Qu'avons nous en fait de plus que ces néanderthaliens sinon peut-être (et ce n'est pas généralisable- tu parlais de "capacité") la timide connaissance de notre démarche
d'au-delà?



ren 03/06/2011 23:39



Et pour conforter  ce que je disais  je fais  encore appel à Nicolas  de Staël  avec sa citation : L’espace pictural est un mur, tous les oiseaux du monde y volent librement, à toutes
profondeurs.


 


Et je suppose que 
toute  oeuvre créative  - justement parce qu'elle  est créative       nous propose  à nous, spectateurs,  de pénétrer à tous niveaux, à toutes
profondeurs  l'intention de l'artiste ,  qu'il soit peintre  écrivain, musicien...  selon l'émotion ou le mouvement  qu'il  nous aura procuré ( et de nos
capacités  de lecture-s )



Arthémisia 04/06/2011 10:19



Pour ce qui est des oiseaux , bien sûr je pense à ceux de Zeuxis (!)


 


J'abonderai dans ton sens quant à l'école américaine et  surtout sur ROTHKO / Suite à une expérience forte que j'ai eue de son oeuvre, je pense qu'elle contient en elle-même et la
surface et l'au-delà. Chez lui c'est essentiellement la couleur/matière et la technique de travail qui fait le plus loin/ pas de perspective mais juste une surface de réflexion ...le mot est à prendre dans toutes ses acceptions.


 


PS : Etrange et fantastique qu'au travers les siècles et la vastitude de la pensée humaine, GRUNEWALD, de STAEL et ROTHKO se retrouvent si proches,
isn't it, Ren?


 


 



ren 03/06/2011 23:30



C'est  très bien, très bien venu,   que  l'image  ne reste pas  l'illusion d'un ailleurs, mais  que par  elle  on accède  " pour de vrai"  -
comme  disent les enfants -  mais  qu'elle permette  d'accéder  directement à un ailleurs.


Et qu'en fait grâce à une  clef  de lecture - physique  ou mentale...  le "Sésame" s'ouvre...


Plastiquement, passer  de la surface, du superficiel même, pourrait-on dire, à quelque  chose  qui le supporte  ( ou supporte la surface)...  comme  " à travers le
miroir" 


C'est un peu l'inverse  de l'école  américaine en peinture,   qui parce qu'ils ont médité sur l'ailleurs,  en viennent  à représenter  la surface et rien que la
surface...  donc  l'essentiel, sans bavardages inutiles...  la surface peinte contenant pas son emploi même, le concept  d'un au-dela, d'une  expérience intérieure 
de la profondeur - qu'il n'est pas nécessaire  de "montrer, par l'illusion"


 


C'estl'inverse, à ma lecture , mais ce n'est pas  contradictoire...


 


Le retable  d'Issenheim  restant bien une  surface peinte, mais chaque lecture  personnelle  renvoyant à une  expérience  sensitive et - ou- spirituelle


qui est ailleurs  - mais dedans aussi



Arthémisia 04/06/2011 10:08



Il est essentiel pour un peintre, Ren et tu le sais aussi bien que moi, que l'image ne s'adresse pas qu'au rétinien.


Je ne sais si on peut employer le mot de "clef" pour pouvoir aller au-delà, cela revèle encore à mon sens bien trop du procédé, voire de quelque chose qui peut se voler, ou s'acheter ;
j'emploierai plutôt le substance de "possible" . Ainsi certains regardeurs ne possèderont jamais ce "possible" vers l'autre côté, melting-pot de sensible+entendement+éducation+vécu+curiosité+....
qui font les lecteurs profonds des oeuvres et s'arrêteront sur la surface peinte, son "bien fait", voire son thème. 


Cela relève aussi je crois des qualités introspectives et analytiques de chacun, bien sûr. C'est un désastre (j'emploie ce mot un peu fort volontairement) parce que ce blocage en surface,
ils le vivent devant tout ce qu'ils regardent, oeuvre d'Art ou oeuvre de ...Dieu (je parle en fait de leurs congénères). Superficialité? .....


 


 



Brigitte 10/12/2007 22:59

Un petit coucou en passant Arthi. Bonne nuit !

Arthémisia 10/12/2007 23:00

Je t'espère bien installée maintenant.
Merci de ton passage.
bises
Arthi

Alex 10/12/2007 00:06

Grünewald, à présent... Je te soupçone de vouloir me faire plaisir avec un choix qui de nouveau m'enchante !
Bisous du soir

Arthémisia 10/12/2007 06:10

C'est pour moi, l'oeuvre religieuse la plus forte que je connaisse.
bisous du matin
Arthi

Laurent Morancé 09/12/2007 19:22

Dieu merci (si j'ose dire), ledit retable est beaucoup plus vaste que l'image affichée...En d'autres termes, l'artiste a su trouver (et ouvrir) la porte.

Arthémisia 09/12/2007 19:33

Bien sûr. Comme je l'ai dit à Juliette, j'aurai voulu un extrait d'une main...comme un appel. Pas trouvé sur le net...(Cependant pour moi, la chair appelle aussi.)
Le fait qu'il s'agisse d'une oeuvre polyptyque, développe aussi l'idée de l'ouverture, du  passage vers l'ailleurs.

joruri 09/12/2007 17:52

Excellent..."   Je suis la porte"...On n'est pas dimanche pour rien...

Arthémisia 09/12/2007 17:57

Tu es venu. Tu as vu.
J'espère que tu n'es pas vaincu.
Amitié
A.

juliette 09/12/2007 15:19

Ce christ... me fait souffrir !Nous ne vallons pas la peine qu\\\'il se soit sacrifié ainsi.Par contre j\\\'apprécie lee talent de l\\\'artiste... les détails sont remarquablesbisousJuliette

Arthémisia 09/12/2007 15:25

Mais oui, Juliette, moi aussi il me fait souffrir...mais ce tableau(comme d'autres, religieux ou non) me questionne très fort, et je pousse la porte...pour essayer de comprendre.
bises
Arthémisia
(ps : sur le plan technique, c'est d'une virtuosité incomparable...les mains notamment mais je n'ai pas trouvé de gros plans sur elles sur le web. )