Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

554 - YOURCENAR

Publié le par Arthémisia

 
 
Difficile, voir osé pour moi, pauvre amatrice,  de parler d’un monument de la littérature française comme Marguerite YOURCENAR.
Loin de moi l’idée de vous faire un cours sur les deux derniers livres que je viens de lire :
 
L’Oeuvre au noir
 
et
 
Les Mémoires d’Hadrien
 
J’avais lu il y a plusieurs années Les Nouvelles orientales et j’avais toujours eu l’impression d’être passée à côté de quelque chose à approfondir, d’être restée dans un rapport de superficialité avec une rencontre qui méritait plus d’attention.
 
Aussi c’est coup sur coup que j’ai enchaîné ces 2 livres que l’on peut qualifier de romans historiques mais qui sont surtout bien plus que ça.
 
Ce qui frappe d’emblée chez YOURCENAR, c'est la culture, le savoir. Mais il n’est pas effrayant. Certes, Marguerite YOURCENAR a été élue à l’Académie Française, et est, ce qu’il est commun d’appeler, une lettrée – au sens classique du terme puisqu’elle maîtrise parfaitement latin et grec-  mais cela ne doit pas faire fuir. Au contraire. Ce que vous lirez sera érudit mais pas pontifiant.
Si l’auteur a étudié son sujet par le menu, c’est dans le désir de s’approcher le plus possible d’un réalisme historique précis et juste. Il est délectable.
 
Elle pose son regard pointu dans l’époque du récit – le 2ème siècle après J.C. pour l’empereur Hadrien, la première Renaissance pour l’humaniste Zénon – et procède d’une mise à distance de ses héros par le fait même de leur éloignement historique. Mais elle arrive particulièrement bien à  entrer en sympathie avec eux, en les approchant par le romanesque et cependant reste fidèle à son but, c’est-à-dire développer les réflexions de deux hommes en les ancrant profondément dans leur époque.
J’ai vraiment lu ces deux livres comme des jeux d’écriture entre l’Histoire (avec un grand H) et le roman.
Mais n’oublions pas qu’il s’agit bien avant tout de nous transporter dans les pensées de ces hommes, dans ce qui les meut, les émeut, les passionne, les anime, les fait prendre part à leur temps.
 
L’un, empereur, règne sur un empire énorme qui s’étend de la Grande Bretagne à l’Orient, a étudié, voyage, use de diplomatie plutôt que des armes, écrit de la poésie et surtout aime. On ne peut passer outre l’évocation dans ces Mémoires d’Hadrien de la magnifique relation décrite avec tant de pudeur et de douleur, d’Hadrien avec le bel Antinous et surtout, surtout les pages qui suivent la mort de celui-ci. Les pages qui sont consacrées à cet événément et plus précisément à la douleur qu’en éprouve Hadrien ne sont qu’émotion…
Un homme avec un homme, ou plutôt un humain avec un humain, devrais je dire...
 
L’autre, Zénon, est un personnage imaginaire, un chercheur, qu’il serait réducteur de cantonner à l’alchimie mais plutôt un chercheur de connaissance, de vérité, dans une époque très troublée notamment par les questions religieuses. Cette quête, ou plutôt ses quêtes l’amèneront à se confronter à une société obscurantiste, hermétique au progrès, scellée dans ses excès d’intolérance. Ici deux mondes se rencontrent douloureusement, celui du questionnement et celui des immobilismes religieux. Un problème encore d'actualité me semble t-il?.....
 
En tous cas, voilà deux très belles histoires pleines d’humanisme, de curiosité, et surtout d’ouverture à l’autre, que je ne saurai que trop vous recommander de consommer et sans modération.
Bonne lecture !
 
Copyright © Arthémisia – janvier 2008
Un mot doux spécial à mon Emi qui partage avec moi l’intérêt pour l’écrit et m’a prêté ses livres.
 
Avec : Antinous Mandragone – Musée du  Louvre

Commenter cet article

Fremen 15/01/2008 17:22

Bonjour,
J'apprécie beaucoup ton article sur Marguerite YOURCENAR et ses Mémoires d'Hadrien. J'y retouve détaillées les impressions que m'avait fait une lecture passionnée et captivante, il y a bien quelques années de cela. Bravo à toi, "pauvre amatrice" qui a osé cette évocation... éclairée et réussie !
Je reviendrai à l'envi, parcourir tes chroniques, discret et curieux à la fois.
Une suggestion pour Jojuri, qui a du mal avec les romans mais goute tout de même les arts martiaux : s'intéresser à la fresque épique d'Eiji Yoshikawa "La Pierre et le Sabre". Un gros livre, impressionant en volume. Et si ça plait, poursuivre avec "la parfaite lumière". Roman historique et biographie de Myamoto Musashi, ronin sublime, fondateur de l'école des 2 sabres et père du "traité des 5 roues".
Sinon, bien sur, il demeure la poésie. Cela fait une belle somme à embrasser du regard...
 

Arthémisia 15/01/2008 17:32

Merci de ton passage, Fremen. La porte est tjs ouverte : tu reviens quand tu le veux.
Je suis heureuse que mes lectures soient partagées avec tant de passionnés.
Arthi

passant 10/01/2008 19:41

Merci Arthémisia. Le tutoiement ne me dérange pas.
L'anonymat une détresse, un mal de vivre, un renoncement à soi, une peur, un égarement ? Rien de tout cela pour moi, rassure-toi. Ca me va bien, ça me repose, ça me détend car je suis parfois un peu trop "publique". Pas fille publique, hein !

Arthémisia 10/01/2008 22:45

Il y a des hommes publics aussi mais la qualité que l'on donne à cet adjectif change du tout au tout selon qu'on l'attribue à une femme ou à un homme...
Révélateur d'un certain sexisme du vovabulaire,non?!!!!!!!

passant 10/01/2008 17:08

L'anonymat me va bien. Je passe, je suis passant, rien de plus. Ca vous gêne ?

Arthémisia 10/01/2008 17:16

Non, cela ne me gène pas.
L'anonymat est parfois aussi une détresse, un mal à exister, un renoncement à soi, une peur, un égarement....Parfois...
Ne change rien. Le tutoiement te gène pas?(!!!!!!!)

passant 10/01/2008 10:06

beaucoup aimé et le texte et les coms.

Arthémisia 10/01/2008 10:41

Engagez vous, qu'ils disaient ! Restez, passant, et ne restez pas dans l'anonymat....
 

Arthémisia 09/01/2008 22:03

Merci Virus....mais ...enfin, je ...bof......non.
Je n'ai pas ce talent, ni la culture nécessaire pour faire ce job. Je ne parle que de manière très naturelle des livres que je lis et encore pas de tous. Je m'intéresse à la littérature mais j'ai de terribles lacunes. Des gouffres....
Je suis heureuse de donner envie aux visiteurs de mon blog d'aller farfouiller dans les bibliothèques et le serai encore plus de pouvoir échanger avec toi sur les écrits de Yourcenar.
Bises littéraires
arthi

Bleu virus 09/01/2008 21:34

 
Bonsoir Arthi,
ce com t'es dédié spécialement pour te dire que ferai une exellente critique littéraire ! et si tu me dit que non et ben ................. !
Yourcenar je n'en connais que le nom mais nous faire entrer dans la "psychologie" d'un personnage historique de façon romanesque est   literraire ment attractif. si un de ses bouq se présente à moi je te promet d'y jeter un coup d'oeil!
Bises complice!

orchis-mauve 09/01/2008 18:40

Tu le sais ma belle, je suis une lectrice passionnée de Yourcenar.La simplicité, la clarté, et la profondeur de ses écrits retiennent et charment.Bisous

Arthémisia 09/01/2008 20:06

Je sais que nous partageons beaucoup de choses et cela ne peut me laisser indifférente.
Je t'embrasse
Arthi

gentle13 09/01/2008 17:46

Bonjour Arthi, je ne peux que partager ton opinion sur Yourcenar j'ai lu l'oeuvre au noir c'est un récif magnifique j'ai beaucoup aimé. Merci de ton passage sur anthologie L'âme n'est elle pas inscrite dans le temps ?

Arthémisia 09/01/2008 17:55

Merci de ton passage dans mon antre,Gentle.
Pour en revenir à ton billet, oui, l'âme est inscrite dans le temps mais elle y perdure. L'histoire, elle ( je parle de l'histoire avec une minuscule) compose avec le temps qui la fait naître, s'agiter, et enfin mourir.

joruri 09/01/2008 16:04

"Al chemia". "La terre noire "en Arabe n'est-ce pas...Il ne s'agit pas tant de transformer le plomb en or que le vil en subtil, et partant de poursuivre une manière de transfiguration de soi.Cependant, j'ai toujours pensé que cela ne pouvait être NOTRE oeuvre, aussi grande ou blanche soit t-elle, mais celle de la seule Grâce...Recevoir au lieu de faire... Pas si simple à admettre...Voilà, c'est mon point de vue, je le partage, mais n'ai pas l'intention de l'imposer.Je suis moi aussi l'étoile, mais non point au terme de la cuisson mercurielle, simplement dans les aspirations de mon coeur qui me semblent me dicter qu'il existe un pain pour notre faim et un vin pour notre soif...Arthy, dis-moi, je ne suis pas un peu trop long ?Pour la lecture oui, la poésie. C'est une question de volume...:)))

Arthémisia 09/01/2008 16:20

Non, tu n'es pas long. Tu es authentique...
Je t'accompagne bien sûr sur le chemin de cette Grâce que pourtant  siège aussi pour moi dans le faire. (Nous avons d'ailleurs parlé chez toi de la création récemment...)
Mon coeur cherche son pain et son vin. Je crois qu'ils existent mais je les cherche encore.
bonne lecture !
Arthi

Briesing 09/01/2008 15:02

Tu me donne envie de la lire !

Arthémisia 09/01/2008 16:07

Pas d'hésitation, Briesing

Lung Ta 09/01/2008 13:52

Zénon est un vrai alchimistemais l\\\'alchimiste n\\\'est pas qu\\\'une personne enfermée dans unlaboratoire à la recherche d\\\'un mythe, mais un cheminant sur le chemin de la connaissance ;-)(je dis cela pas par expérience personnelle, mais par les rencontres que j\\\'ai pu faire grâce à ma BD "Chrétien de Rosacruz" ;-) )Bises alchimiques

Arthémisia 09/01/2008 14:06

Cela m'étonnait que tu ne viennes pas réagir!!!
Bien sûr Zénon est un vrai alchimiste mais dans l'esprit populaire l'alchimie se résume à la transformation des métaux en or. Yourcenar développe d'ailleurs beaucoup plus sa quête de connaissance que son travail de "cuisine".
Je me permets d'ailleurs puisque tu en parles de faire un peu de pub pour ton travail de BD sur ce thème (entre autre) à lire là :
http://chretienrosacruz.canalblog.com/
bises pas trop chimiques....

passant 09/01/2008 13:38

Désolant Joruri ? Non dommage, juste dommage pour vous. Les livres sont des portes entrouvertes vers d'autres mondes. Il suffit de les pousser un peu et tout s'ouvre.
Je pense qu'il est plus facile d'aborder Yourcenar par sa trilogie autobiographique. J'ai commencé par les mémoires d'Hadrien et j'ai dû persévérer.
Joruri, Yourcenar a traduit des poèmes   :)

Arthémisia 09/01/2008 13:58

Attention passant, joruri n'a pas dit qu'il n'aime pas lire mais simplement qu'il a du mal avec les romans...
On trouve aussi de très belles portes dans d'autres formes littéraires, les essais, la poésie, les lettres,la BD...
Personnellement je ne regrette pas d'avoir commencer avec Yourcenar par Les Nouvelles orientales que je vois encore comme un appât!!!

joruri 09/01/2008 11:52

Je suis gèné pour commenter... Je suis incapable de lire un roman...J'ai un mal fou à lire plus de cinq lignes consécutives...Ah! si! la conversation amoureuse", d'Alice Ferney, un monument !Mais les romans, rien à faire, ça me tombe des mains...j'ai commencé "l\oeuvre au noir", par motif de conscience, et je l\ai refermé à la troisième page (smiley qui rougit) impossible..."C\est de ma faute , de ma faute, de ma très grande faute..."Mais c'est physiologique. C'est comme au cinéma, pas moyen de rester en place ! A la fin j'ai envie de tuer tout le monde tellement la stagnation me pèse...Donc je vais au ciné, mais à contre-coeur. Et je ne parle pas du théâtre ! l'horreur !Non, là où je me cultive, c'est en faisant des arts martiaux ! ("Sur l'île baignée par la lumière du sudl'art de la main nue est descendu du cielet cela me fait peurcar il ne doit pas s'éteindre et s'évanouir.Qui le fera revivre et s'épanouir ?devant le ciel bleu, je m'engage ".Gichin Funakoshi. Fondateur du karaté do shotokan...)Et avec la poésie.J'aimerais bien pouvoir menquiller des gros livres,mais je baille au bout de cinq lignes...Désolant, oui...

Arthémisia 09/01/2008 13:35

Morte de rire!!!
"Je suis gêné pour commenter..." ...mais tu m'en fais 22 lignes quand même!
L'emploi que tu fais du verbe argotique "enquiller" me fait penser qu'il y a peut-être là une forme d'à priori?
 

Gérard fleur bleue 09/01/2008 10:32

Je n'ai jamais osé lire Yourcenar, son aura me fait peur, j'ai l'impression que je ne vais rien comprendre...

Arthémisia 09/01/2008 13:17

Fleur Bleue, grrrrrr!
D'où te vient ce complexe ridicule? Yourcenar est riche, riche de lettres d'histoire, d'idées, de réflexions...mais très accessible. L'Académie ne veut pas dire l'hermétisme !
Allez, go, Fleur bleue!
 

volti 09/01/2008 09:08

Merci d'avoir les mots pour le dire...
J'ai redécouvert L'Oeuvre au noir...Un bijou, accessible à toutes les bourses, pour peu qu\\\'on se laisse imprégner et que l'on ne freine pas aux quatre fers devant un style remarquable, époustoufflant, mais tellemnt reposant de part sa beauté...
Bises complices!!
volti

Arthémisia 09/01/2008 12:48

Style époustouflant oui, et richesse de la langue et de la culture historique, cela est certain. Mais je ne trouve pas ce livre reposant. Même si il est  beau sur le plan de l'écriture, son thème est suffisament questionnant pourque nous ne le considérions pas comme un livre de chevet mais comme une porte ouverte à la vigilence intellectuelle.
Bises complices aussi!
Arthi

joruri 09/01/2008 08:14

Bonjour.Dans tous les sens du terme.

Arthémisia 09/01/2008 12:36

Merci, joruri. La matinée ne fut pas trop terrible! Attendons la suite....
A toi aussi, une belle journée.