Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1151 - Brèves de fin mars 2010

Publié le par Arthémisia

 Quelques pensées vôtres ...


"...La confiture de mûres a retrouvé sa grace..."

@ Françoise 


"...je vous aime de m'aimer..."

@ Michel 

"...On peut mourir tout doucement
D'un petit baiser qu'on attend..."
@ Jean 



"Sticks and stones can´t brake my bones
..."
@ Thomas

 

 

"Il y a tellement d'hommes dans un homme...."
@ ag86

Commenter cet article

joruri 31/03/2010 16:21



Tant d'humanité en chaque être humain...Quel qu'il soit. Dans sa fragilité, dans sa vulnérabilité, dans sa mortalité, dans sa poussière à  l'infini resplendit tout de même l'humanité de
chaque être. C'est un peu à mourir d'amour tout ça. Même s'il y a des luttes.


j'ai vu un sourire cet après-midi, et j'ai cru. J'ai pleuré un bon coup imbibé d'amour, et mon dieu, que ça fait du bien. Quelle journée riche et variée ! On diarit une salade d'émotions !



N'aie crainte arthy, je pense avoir compris ton espace et je souhaite le respecter.



Arthémisia 31/03/2010 16:47



Tu as surement raison ; mon regard est de parti-pris.


Je n'ai pas de crainte sauf celle de l'enlisement, du quotidien, de la routine, du plan-plan, de l'affreux renoncement. C'est mourir sans avoir pris sa
vie.


Je te souhaite une bonne salade : il y a des épices, des ingrédients, qui, pris seuls sont très puissants voir même écoeurants, mais qui dans le melting pot
de la vie participent de sa substance délicieuse.


 


 



marlou 31/03/2010 15:48



A méditer lentement avant de choisir la brève que l'on préfère...



Arthémisia 31/03/2010 15:54



Tu as ça toutes les fins de mois chez moi!


bises


Arthi



joruri 31/03/2010 14:26



je suis dans un jour furieux. Tu n'y es ni n'y peux rien, mais il fallait que je le dise à quelqu'un...cette fois, c'aura été à toi de m'écouter. merci.



Arthémisia 31/03/2010 15:53



Si tu veux, on en parle mais ailleurs.


 



joruri 31/03/2010 14:17



Et quand je pense au nombre d'humains dans une femme...


Je suis bouleversé. Comment cette femme que fut ma mère a t-elle pu concevoir en son sein cet organe qui fait de moi un homme ?



Arthémisia 31/03/2010 15:48



Sourire...pour l'allusion que tu fais à ta maman.


En fait je crois qu'il y a vraiment aussi bcp de femmes dans une femme, une mère, une compagne, une amante, et une travailleuse, un être humain
...alors  que les hommes ont bcp plus de mal à vivre et à faire vivre la pluralité de leurs rôles en même temps.


 



francis 31/03/2010 08:36



« ...J'ai voulu dire « l'enfer c'est les autres ». Mais « l'enfer c'est les autres » a été toujours mal compris. On a cru que je voulais dire par là
que nos rapports avec les autres étaient toujours empoisonnés, que c'était toujours des rapports infernaux. Or, c'est tout autre chose que je veux dire. Je veux dire que si les rapports avec
autrui sont tordus, viciés, alors l'autre ne peut être que l'enfer. Pourquoi ? Parce que les autres sont, au fond, ce qu'il y a de plus important en nous-mêmes, pour notre propre
connaissance de nous-mêmes. Quand nous pensons sur nous, quand nous essayons de nous connaître, au fond nous usons des connaissances que les autres ont déjà sur nous, nous nous jugeons avec les
moyens que les autres ont, nous ont donné, de nous juger. Quoi que je dise sur moi, toujours le jugement d'autrui entre dedans. Quoi que je sente de moi, le jugement d'autrui entre dedans. Ce qui
veut dire que, si mes rapports sont mauvais, je me mets dans la totale dépendance d'autrui et alors, en effet, je suis en enfer. Et il existe une quantité de gens dans le monde qui sont en enfer
parce qu ils dépendent trop du jugement d'autrui. Mais cela ne veut nullement dire qu'on ne puisse avoir d'autres rapports avec les autres, ça marque simplement l'importance capitale de tous les
autres pour chacun de nous… »


Jean -Paul Sartre



Arthémisia 31/03/2010 08:44



Vivre sans les autres serait infernal. Mais ne vivre que de leur jugement, n'avoir comme nourriture que leur regard, provoquerait notre perte à nous même.
Reste à chacun de mesurer ce qui est d'importance (sic) pour lui.


 



francis 31/03/2010 08:21



 


Connais – toi toi-même avant d’aller vers les autres….


Et puis une de mes phrase fétiches :


 


«  Parle si tu as des mots plus forts que le silence, ou garde le silence. » 


 


Euripide



Arthémisia 31/03/2010 08:24



Je ne sais pas si justement ce n'est pas tout le contraire et que ce sont  les autres qui nous apprennent à nous connaître...


 


Et pour le Silence, repasse demain ici. Les mots seront forts.



laure K 31/03/2010 02:26



j' aime



Arthémisia 31/03/2010 07:26



!!!!