Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

820 - Colère...

Publié le par Arthémisia

 



Chers lecteurs occasionnels ou fidèles,


Depuis quelques jours l'hébergeur Over Blog oblige tous les possesseurs de blogs classés en catégorie « adultes » à supporter une affreuse bannière pornographique en haut de leurs pages, bannière  qui me dérange énormément, choque mon œil et ne rentre pas dans l'étique que je veux voir pratiquer ici.

Non seulement son esthétisme est en désaccord avec le profil plastique de mon blog mais  de plus je ne veux pas cautionner le  commerce du sexe.


Bien des bloggers ont au minimum mis leur blog au repos ou bien l'ont déplacé chez un autre hébergeur....ou carrément fermé.


Ne me sentant pas l'âme informatique assez sportive pour migrer ailleurs et ayant une grande nécessité de ce blog, je le maintiens ouvert mais tiens à vous avertir que ce que vous y voyez désormais n'est  pas entièrement de mon choix.


Merci de votre compréhension.


Je vous embrasse.

Arthémisia


Avec : Mark Rothko - Rose et noir

Voir les commentaires

819 - Inconnaissance

Publié le par Arthémisia




Il arrive, ficelé de son ombre, sec et vide de son décembre néfaste.

Le temps lui est si douloureux.

Où est son appétit ? Noyé dans l’étroitesse des choses ?

 

La femme ouvre ses  yeux rouges et lourds.

 

Un instant, leur regard de dormants gris dévaste la pensée, celle de l’inconnaissance.

Le vent, la mer, la pluie, les herbes, s’affolent.

Il se dépouille de sa nuit.

 

Copyright © Arthémisia – Déc 2008

 Avec : Jean FAUTRIER – Tête d’otage n°21

Voir les commentaires

818 - La Chambre perdue

Publié le par Arthémisia

 

En réponse à la dernière consigne de Juliette sur Papier Libre...je vous reçois dans ....

Ma Chambre...

 



J'ai toujours voulu que ma chambre soit  avant tout  un lieu agréable,  celui de mon corps se détendant, et celui de mon esprit se cultivant. Ce sont pour moi deux sources importantes - que dis-je ?-  essentielles de plaisir.

 

Pour l'esprit,  j'ai recouvert les  immenses  murs à l'horrible papier peint aux rayures bleu ciel qui m'encagent, de tableaux, les miens, ceux de quelques ami(e)s, ceux de peintres que j'aime et de quelques reproductions dont les originaux sont hors de mes moyens.

 

Hors mis cela, trois grosses étagères croulent sous les livres, et les revues qui en débordent et s'empilent aussi par terre. Trois chaises accueillent ce qu'elles peuvent.

J'ai déposé dans une cage en bambou mes recueils  les plus précieux, mes carnets, un oiseau de papier, et mon passeport.

No comment.

 

Tout le reste du mobilier qui se trouve dans cette chambre n'a aucun intérêt pour moi.

 

Cependant je ne dors plus dans cette chambre. Cette chambre est  perdue pour moi.

 

Et ce que j'y ai laissé n'intéresse personne.

 

Cette chambre est perdue pour ce qu'elle est. Ce qu'elle était.

 

Copyright © Arthémisia - Dec 2008

 

Avec : La Cage - Copyright © Arthémisia - Dec 2008

 

 


Voir les commentaires

817 - C'était quoi nous?

Publié le par Arthémisia


 

 

Toi. Moi

 

Je cherche encore la conjonction de coordination à mettre au milieu de nous :

 

Mais

Ou

Et

Donc

Or

Ni

Car

 

Et toujours, toujours apparaît ce point.

Entre nous.

.

 

 

Copyright © Arthémisia - Dec 2008

 

Avec : Yayoi KUSAMA - Rain falling on the hill

Voir les commentaires

816 - Aller ailleurs

Publié le par Arthémisia

 

S'il y a bien une question que je déteste c'est  ce ça va ? que bêtement  les gens vous posent sans même attendre votre réponse, ce ça va ? de convention, d'habitude, celui des gens qui vous voient tous les jours et qui pourtant ne vous voient plus ou même ne vous ont  jamais vu.


Ca va ? Qu'est ce qui va ? Où on va ? Comment on y va ? Et surtout qui va ? Parce qu'ils ignorent qui vous êtes. Quelle importance....


Allez, allez !... ils se fichent royalement de votre réponse. Ce qu'ils veulent c'est surtout que vous leur répondiez  positivement,...oui, oui, ça va. Ils ne veulent pas d'emmerdement, pas de soucis...C'est leur façon de dire je suis là, de jouer l'illusion de leur présence, de se jouer l'illusion de votre présence. Mais cela ne trompe qu'eux. Ce sont des aimables -que dis-je ?- des généreux, de surface. Ils n'ont même pas conscience de cette superficialité.


Alors on peut très bien leur donner ce qu'ils attendent, un sourire de circonstance et un grand OUI tout faux. Ils n'y voient que du feu. Et ça peut durer longtemps, des années, ces échanges hypocrites.


Et par malheur arrive le jour où on ne répond rien ; et là...ils reviennent à l'attaque. Pourquoi tu ne me réponds pas ? Tu fais la tête ?


Ben oui, aujourd'hui, ça ne va pas ; parce que l'illusion ne vous porte plus. Parce que l'énergie vous manque pour entretenir le vain, parce que vous avez besoin de vrai. Parce que vous avez vraiment, vraiment besoin de sortir de cet espace où les mots se sont dilués, où ils n'ont plus de valeur.


Et un autre jour, ils vous reposent la fatidique question. Mais vous êtes allés...ailleurs.


Ailleurs, là où on s'en va quand ça ne va pas.


Copyright © Arthémisia – Dec 2008

Avec  : Fauteuil Philippe STARK – Photographie Copyright © Arthémisia – Oct 2008

 

Voir les commentaires

815 - Toi?

Publié le par Arthémisia


Qui es-tu, toi ?


Fils du ciel,
Morceau de ce bleu,
Détaché,
Nuage de lait ?


Es tu enfant de terre,
Poudre brune,
Oxyde de secret,
Pigment de grotte humide,
Protégé ?


Es tu né de cette eau
Qui te porte et te berce,
Enfanté de la vague et du sable,
Mille fois
Caressé ?


Ou t'es tu, folle flammèche,
Echappé du foyer
Diablotin rougissant
De tes adolescences ?

Es-tu bébé de Flore
Juteux luxe arrondi,
Drupe pruinée par l'an
Sur laquelle j'ai soufflé ?


Copyright © Arthémisia - Dec 2008


Avec : Prune empereur aquarellée pour le Verger d'Alphonse MAS

 

Voir les commentaires

814 - Féminine engeance*

Publié le par Arthémisia

 

Le ciel se noie

L'orange éclate rose

La  caresse coule se perdant sur tes doigts

La peau retrouve

La mémoire du sang

La jouissance sérielle délibère encore

Avec toi

En suspension, l'attente

Et dans le creux, la béance

Des pigments annoncés

Au talisman nait l'idée paisible

De la concentration du processus

Extrême

Rouge

Copyright © Arthémisia - Déc 2008

Avec : Anish KAPOOR - Léviathan - Monumenta 2011 - Grand Palais - Paris

Voir les commentaires

813 - De l’importance de l’orthographe

Publié le par Jean Marc et Arthémisia

 

Jean Marc m'interrogeait récemment sur la présence du « H » dans mon pseudo, H qui n'existe pas dans le nom de la déesse de la chasse, l'Artémis grecque, ni dans le prénom de la demoiselle peintresse Gentilleschi qui ont pourtant toutes deux beaucoup influencé mon choix.


J'ai avancé le fait que quand j'ai arrêté l'orthographe de mon pseudo, j'ai senti une nécessité de souffle, d'inspiration, d'aspiration. Aujourd'hui Jean Marc m'emmène bien plus loin...peut être même aux sources de mon inspiration : je vous recopie intégralement l'article qu'il m'a envoyé comme réponse et qui vraiment ne pouvait me laisser indifférente ...


Avant d'annoncer à Abram et Saraï, alors âgés respectivement de 99 et 90 ans, qu'un fils naîtrait de leur union, D.ieu* établit une alliance avec le patriarche. L'Eternel en profite pour changer le nom des membres du couple.


"Moi, voici mon alliance avec toi : tu deviendras père d'une multitude de peuples. Et l'on ne t'appellera plus Abram, mais ton nom sera Abraham, car je te fais père d'une multitude de peuples."
(Gn, 15, 4-5)


Plus loin, dans le récit biblique, El Chaddaï annonce à Abram/Abraham :

"Ta femme Saraï, tu ne l'appelleras plus Saraï, mais son nom est Sarah. Je la bénirai et même je te donnerai d'elle un fils ; je la bénirai, elle deviendra des peuples, des rois des nations viendront d'elle." (Gn, 15, 15-16)


Après avoir écouté D.ieu, Abram/Abraham tomba face contre terre et sourit (vaytsh'ak). De ce premier sourire de la Bible, devait naître un enfant. Son nom serait ce sourire : Itsh'ak / Isaac.


En revenant au format originel du texte, en hébreu, il apparaît que, dans les deux cas, le changement de nom opéré procède de la même opération : l'adjonction de la lettre "hei" (ה) qui figure deux fois dans le nom imprononçable de D.ieu, le tétragramme : יהוה


En partageant avec Abraham et Sarah la lettre figurant deux fois dans son nom, l'Eternel scelle l'alliance (berith) de l'esprit. Or, le "hei" désigne en hébreu tout à la fois l'article défini (le/la) qui particularise, le féminin (ich : homme / ichah : la femme) et la direction (vers). Mais, "hei" désigne aussi la marque du questionnement.

Dans son ouvrage consacré à Abraham
, Raphaël Draï, spécialiste de la Torah et natif de Constantine, souligne également que la valeur guématrique de la lettre "hei" est de 5, soit le point médian qui coupe en 2 parties d'effectifs similaires l'ensemble des chiffres non nuls de 1 à 9. Il est symbole de médiation, donc. La bonne nouvelle est là : la stérilité du couple Abram/Saraï est vaincue, ils auront un (chiffre) fils, Isaac, premier sourire du Livre. D'Isaac naîtront des multitudes (nombres).


J'aime cette idée qu'une alliance entre D.ieu et l'homme s'incarne dans une lettre.

J'aime aussi que cette lettre induise une polysémie où se mêlent le questionnement et la direction à prendre. Est-ce pour chercher le féminin ou le divin en chacun de nous, ou hors de nous ?

 

 

Et moi, depuis la lecture de ton article Jean Marc, j'aime encore plus la présence de ce « H » dans mon pseudo, car je me retrouve totalement dans l'idée de la présence spirituelle, de la naissance dans une lettre (dans les lettres...), l'idée de la multiplication par la femme et l'idée d'aller vers, d'ouverture à l'autre.


Et ce « H » je le vois aussi comme un révélateur voir une revendication de ce que d'aucuns appelleront bêtement ma féminité, qui en fait n'est que la part de rêve, de sensible et d'ouverture au Beau et au profond, qui malheureusement m'éloigne d'une sphère sociétale avec laquelle je me sens de moins en moins d'affinités.

Heureusement, il reste encore quelques fous...inspirés et aspirants, souriants... pour me donner de l'air. Ils se reconnaîtront  sans peine.

Merci Jean Marc....   
  
                        

*Jean Marc propose cette l'orthographe du mot D.ieu (avec un point après la majuscule D) parce que chez les Juifs, le nom du Créateur appartient au domaine de l'ineffable. A fortiori, il ne doit en aucun cas s'écrire de façon explicite.

Le point est pour lui une ruse, une manière de rendre explicite le propos tout en respectant la règle prescrite.

Il (et moi aussi !) trouve une certaine beauté à procéder ainsi.



Copyright © Arthémisia - décembre 2008

Avec : Artemisia GENTILLESCHI - Autoportrait

Voir les commentaires

812 - Jalousie

Publié le par Arthémisia

Juliette sur Papier Libre, suggère à ses amis de se laisser inspirer par un de ses tableaux « La Dame au chat ».

 

 

  

 

 

 

 

J'en ai marre !

Elle passe son temps à rêver, allonger là toute nue, à longueur de journée.

Elle m'énerve. Elle m'énerve...

 

A quoi pense-t-elle ? A qui pense-t-elle ?  Surement à ce  Jean Sébastien, celui qu'elle a rencontré cet été. Il faut le faire pour porter un prénom pareil!

Jean Sébastien ! Jean Sébastien ! Elle n'a que son nom à la bouche.

Et moi, moi....je peux crever.

 

Tiens, hier, elle a même oublié de me donner à manger. Ca, ça ne lui était jamais arrivé. Ce n'est pas parce qu'elle ne mange plus que moi je n'ai pas faim, tout de même !

 

Elle lui a même écrit, sur son joli papier à fleurs roses.

Et dimanche, oui, dimanche,...écoute bien...ils se sont enfermés dans sa chambre et j'ai dû rester dehors. Je les entendais. Ils miaulaient. Je t'assure; ils miaulaient !

 

Je me demande si elle ne serait pas amoureuse ? Il paraît qu'on fait des trucs bizarres quand on est amoureux, et elle, je la trouve de plus en plus bizarre.

Tu as vu l'argent qu'elle dépense pour ses vêtements ? Et puis le coiffeur encore mardi dernier, et l'esthéticienne jeudi. Vraiment, je trouve qu'elle abuse.

 

C'est ça l'amour, tu crois, toi ?

 

Le plus triste alors c'est qu'elle ne m'aime pas moi.

Evidemment, je ne suis qu'un chat et je ne m'appelle pas JEAN SEBASTIEN mais LEO.

Quel manque de pot !

 

Copyright © Arthémisia - Nov 2008

 

Voir les commentaires

811 - Constance

Publié le par Arthémisia

 

http://30.media.tumblr.com/tumblr_kuspbdco3e1qa4s0qo1_r2_500.jpg

 

 

 

 

« Il y a deux sortes de constance en amour : l'une vient de ce que l'on trouve sans cesse dans la personne que l'on aime de nouveaux sujets d'aimer et l'autre vient de ce que l'on se fait un honneur d'être constant. »

 

François de La Rochefoucauld

Maxime n° 176

 

 

Avec :  Jean Van EYCK - Les Epoux Arnolfini

Voir les commentaires