Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1798 - Sans titre... pour ne pas dire sans nom...

Publié le par Arthémisia

Citation trouvée sur le net

Lire la suite

1797 - Les Étoiles qui savent rire

Publié le par Arthémisia

Quand tu regarderas le ciel, la nuit, Puisque j’habiterai dans l’une d’elles, Puisque je rirai dans l’une d’elles, Alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Tu auras, toi, Des étoiles qui savent rire ! Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry,...

Lire la suite

1796 - Ad libitum

Publié le par Arthémisia

Elle meurt De l’absence de son berger Qui tapissait ses berges d’écume, Des perles de ses roseaux, De ses mots qui bronzaient la nuit. De guerre lasse Elle meurt, Des vapeurs cireuses et aigres De ces machines qui repassent Les sens ad libitum. Elle meurt,...

Lire la suite

1795 - Fort comme la mort¹

Publié le par Arthémisia

Oui, c’est toi, C’est bien toi Qui dépose, qui dispose, Qui accroche, qui ronde, qui musique, C’est toi qui tends, qui arque, qui chasse, C’est toi l’inconvenant, faute de convenu, de convenable, Le hâbleur à point d’heure, l’iconoclaste des bords de...

Lire la suite

1794 - VALENSOLE

Publié le par Arthémisia

Peintures de l'authentique. Sur le vif. Le pinceau "tranche" la feuille, le soc la terre. Les limites militent en quête de pouvoir. Les peaux de la glèbe s'accumulent. Strates. Statues plates. L'œil plane sur le plateau. Ren étale son eau. En sol s'en...

Lire la suite

1793 - H

Publié le par Arthémisia

On se tait...

Lire la suite

1792 - Jardiner

Publié le par Arthémisia

Une chaleur collante enrobait son sommeil et déposait des étoiles, une à une, sur sa peau, sur ses reins, sur ses cuisses. La nuit l’avait prise. Elle sentait sa caresse, safranée, et en aurait frissonné si la fatigue n’avait pas été la plus forte. Elle...

Lire la suite

1791 - La Mer gelée

Publié le par Arthémisia

Un livre est comme une hâche qui fend la mer gelée qui est en nous. Franz KAFKA Avec : Caspar David FRIEDRICH - La Mer de glace - 1824 - Huile sur toile - 96,7 x 126,9 cm, Kunsthalle, Hambourg.

Lire la suite

1790 - Ta Végétale armure

Publié le par Arthémisia

En réponse au récent Textoésie de Suzâme Ta végétale armure Sous terre me murmure Tous les mots de demain Ne lâche pas ma main. Arthémisia (en hommage à mon père) © juillet 2015 Avec : François ROUEN – Le Bosco – 1975 - Encre et gouache sur papier Centre...

Lire la suite

1789 - Retrouver le geste

Publié le par Arthémisia

Le ciel prussien oubliait son sommeil Là où la peau séduit le parfum, Là où l’appeau s’enduit de sa faim. Mes yeux écoutaient battre tes silences aspirés. Mes mains palpitaient, ailées par le désir. Je pensais à ton rêve, soudain Et je le partageais....

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>