Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1758 - Initiale, autant dire ce qui est au commencement (à prononcer à voix haute)

Publié le par Arthémisia

Une de mes initiales - © Arthémisia - Linogravure - 5 X 5 cm

Lire la suite

1757 - L’Agenda (Le blanc vs les couleurs)

Publié le par Arthémisia

C’est tout blanc. Depuis trois mois. Tout blanc, nu et froid. Tout blanc de vide, de mauvais sommeil, d’immenses plages dont on ignore le sol, tout blanc de neige non foulée, muette, isolée, perdue. Tout blanc d’absence. Tout blanc de presque mort. Mais,...

Lire la suite

1756 - MÊME S'IL A CONNU DES CARAMBOLAGES...

Publié le par Arthémisia

Lire la suite

1755 - Dévoration

Publié le par Arthémisia

Entre chien et loup, je me dévore toujours. Arthémisia © février 2015 Avec : Photo extraite du film « L’Heure du loup (clic) » (titre original : Vargtimmen) – Réalisation : Ingmar BERGMAN – Avec entre autres, Max Von SYDOW et Liv ULMANN

Lire la suite

1754 - Mémoire blessée

Publié le par Arthémisia

Tu sentais le vivant. Je t’ai laissé partir Pour que dure Notre amitié fleurie. Mais, Dans le souffle du temps, Un à un, Ses pétales tombent, Sans fruit. Et, Dans le vase, Ne restera bientôt Qu’une eau plate, Silencieusement croupie, Délicieusement croupie....

Lire la suite

1753 - F. et M.

Publié le par Arthémisia

Alain Souchon - Ils étaient deux garçons (trois)

Lire la suite

1752 - Brèves de fin janvier 2015

Publié le par Arthémisia

« A la haine, une seule réponse : l’amour. » © Un Ami... -o- « Nous voudrions avoir le courage des oiseaux qui chantent dans le vent glacé. » © Roger (clic)

Lire la suite

1751- This is the end

Publié le par Arthémisia

Lire la suite

1750 - La Réplique aux crapauds

Publié le par Arthémisia

Il y a un message au fond de mes yeux, mais je ne peux pas le lire. Il faut que je me rapproche. Le chemin est boueux, plein d’eau croupie et de crapauds spongieux au regard torve. Que me voulez-vous ? Vous n’êtes pas qui vous voulez être. Vous n’êtes...

Lire la suite

1749 - "Paysage, ta douceur abstraite réveille ta profondeur..." ¹

Publié le par Arthémisia

J’ai traversé le ciel. Il était encore sombre. Seuls, se détachaient, là, devant, les toits noirs des maisons, auréolés de l’or des réverbères, un or vieilli, sale, un or urbain et poussiéreux, l’or des nuits suspectes, l’or des matins barbouillés, l’or...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>