Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1220 - La Layette ( Oceano Nox - 1)

Publié le par Arthémisia

 

http://www.nationalgallery.org.uk/upload/img/courbet-sea-palavas-NG2767-fm.jpg

 



Aujourd’hui, elle a mis sa layette, sa petite layette frisée et mousseuse, sa petite culotte de friselis dentelés, sa Chantilly aérienne, son balconnet de froufrous, son air de ne pas y toucher.

Aujourd’hui, elle tremble de la gambette ; elle semble hésiter, avance en chaussons roses, petit rat en suspend tout au bord de son pas, se demandant s’il faut être la fille du sable, princesse en coquille ou, morte d’indécision, osciller en retrait, protégée par l’immense.

Aujourd’hui, elle murmure quelques cheveux étourdis, invincible incursion de sa jeunesse crue.

Aujourd’hui, elle bredouille, un doigt, deux doigts, dix doigts, un piano invasif qui s’évase en  bohème fleurie d’algues diaprées qui affolent la langue.

Aujourd’hui, coquette débordeuse, elle brode au petit point des langueurs indociles, des mouillures ensablées qui grappillent le soleil.

Aujourd’hui, la causerie hoquette petit et puis…petit. Elle quitte son cyan, gagne en complémentaire, se grise à la surface,  chatouille l’or poudreux de la rive, consulte sa palette, et, se dit qu’il est temps, grand temps de défranger l’onctueuse bordure, d’aller lécher la peau, le ventre attirant, le plat du silence bel.

 

Alors, aujourd’hui, elle ose.

 

Le temps s’étire encore.

Un goéland le brise de son trait de craie jaune.

 

Où est-il le marin sorti de la nuit noire ?¹

 

 

 

¹  Phrase inspirée de Victor HUGO - Oceano Nox 

 

 



Copyright © Arthémisia – juin 10

 (merci UT)

 

 

 ..../....  

La suite est là...ceci n'est en effet que la 1ère partie d'une nouvelle appelée pour le coup et  très pompeusement Oceano nox.


Avec : Gustave COURBET – La Mer près de Palavas -

Huile sur toile - National Gallery

 

Voir les commentaires

1219 - Brèves de fin juin 2010

Publié le par Arthémisia

Vos notes d'espoir...


 

JO-1891221411.png

 

 

 

"Là, j'va p'têt toucher l'pompom !!!!"
@
joruri

 

 

 

" ...profiter de tous les instants "ice cream"..."
@ Ut 

 




"Peu importe ma peur, dansons, chacun à notre manière. Il faut dire la vie."
@
 Moukmouk


 

 


"Les chèques à mon nom ne sont acceptés qu'au delà de 300 euros

(merci de joindre copie de votre carte d'idendité) " 

@ Bernard

 




Avec : Le Pouvoir des fleurs - JORURI !

Voir les commentaires

1218 - Le Lac

Publié le par Arthémisia

 

http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0323/m104804_0000890_p.jpg

 



Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges
Jeter l'ancre un seul jour ?

Ô lac ! l'année à peine a fini sa carrière,
Et près des flots chéris qu'elle devait revoir,
Regarde ! je viens seul m'asseoir sur cette pierre
Où tu la vis s'asseoir !

Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes,
Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés,
Ainsi le vent jetait l'écume de tes ondes
Sur ses pieds adorés.

Un soir, t'en souvient-il ? nous voguions en silence ;
On n'entendait au loin, sur l'onde et sous les cieux,
Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
Tes flots harmonieux.

Tout à coup des accents inconnus à la terre
Du rivage charmé frappèrent les échos ;
Le flot fut attentif, et la voix qui m'est chère
Laissa tomber ces mots :

" Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

" Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez, coulez pour eux ;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ;
Oubliez les heureux.

" Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m'échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l'aurore
Va dissiper la nuit.

" Aimons donc, aimons donc ! de l'heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons !
L'homme n'a point de port, le temps n'a point de rive ;
Il coule, et nous passons ! "

Temps jaloux, se peut-il que ces moments d'ivresse,
Où l'amour à longs flots nous verse le bonheur,
S'envolent loin de nous de la même vitesse
Que les jours de malheur ?

Eh quoi ! n'en pourrons-nous fixer au moins la trace ?
Quoi ! passés pour jamais ! quoi ! tout entiers perdus !
Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface,
Ne nous les rendra plus !

Éternité, néant, passé, sombres abîmes,
Que faites-vous des jours que vous engloutissez ?
Parlez : nous rendrez-vous ces extases sublimes
Que vous nous ravissez ?

Ô lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure !
Vous, que le temps épargne ou qu'il peut rajeunir,
Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,
Au moins le souvenir !

Qu'il soit dans ton repos, qu'il soit dans tes orages,
Beau lac, et dans l'aspect de tes riants coteaux,
Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages
Qui pendent sur tes eaux.

Qu'il soit dans le zéphyr qui frémit et qui passe,
Dans les bruits de tes bords par tes bords répétés,
Dans l'astre au front d'argent qui blanchit ta surface
De ses molles clartés.

Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,
Que les parfums légers de ton air embaumé,
Que tout ce qu'on entend, l'
on voit ou l'on respire,
Tout dise : Ils ont aimé !


Alphonse de LAMARTINE

 

 

 

Avec : Louis Eugène GINAIN – Vue du Lac du Bourget et de l’Abbaye de Hautecombe -

Musée des Beaux Arts de Chambéry.

Voir les commentaires

1217 - Une Petite pièce en rose*

Publié le par Arthémisia

 

http://img1.liveinternet.ru/images/attach/b/3/16/561/16561438_leon_herbo_c3233_la_charmeuse.jpg



Les framboises célestes roulaient leur traînée juteuse et diaprée de carmin et de vermillon dans le ciel de lait.

L’écume en chantilly prenait la femme au vol, froufroutant son sucrage au mitan de son ventre.

Les joues du ciel rosissaient.

 

A coups de langue, elle lava le corps de l’homme terni par le temps.

Elle lui dit : « Crois-moi : ce qui est heureux est tout *  »

 

Il sourit.

Elle baisa ses cils qui amorçaient une pluie et enterra la mort dans la chaleur de l’oiseau.

 

 

 


* Rainer Maria RILKE

 

Copyright © Arthemisia – juin 10

 

 

 

Avec : Léon HERBO (1850-1907)  – La Charmeuse.

 

Voir les commentaires

1216 - Caviar

Publié le par Arthémisia

 

 

 

10-06-18-Aubergines.jpg




Caviarderai-je?


 

Avec : Aubergines – copyright © Arthémisia – juin 10

Voir les commentaires

1215 - Gourmandise...

Publié le par Arthémisia

 

http://www.galerie-melki.fr/sites/www.galerie-melki.fr/files/Martial-RAYSSE.jpg

 

 

Crunch ! Crunch ! Crunch !


Bleu électrique


La fille insectivore


Dévore


Chaque jour


Son cafard


Eclectique

 


 

Copyright © Arthémisia – juin10

 

Avec : Martial RAYSSE – Brigitte

 

Voir les commentaires

1214 - Les Cigales (4)

Publié le par Arthémisia

 

http://www.chine-informations.com/usb/images/upload/5a76fd3fe9f477c8774304eb1669ba34.jpg

Enfin là !
(Celles de 2009, 2008 et de 2006  sont ,   et ...)

Avec : Observer les oiseaux et attraper les cigales – Panneau chinois découvert dans le tombeau du Li Sian – Dynastie Tang (618-907) – 168x75cm

Voir les commentaires

1213 - Son Con*

Publié le par Arthémisia

 

http://www.galerie-melki.fr/sites/www.galerie-melki.fr/files/Paul-WUNDERLICH.jpg

 

 

 

Sur la chaise musicale


La femme vermisseau


Tortille de la fesse


Toute habitée


De l’heureux goût


Du bon

 


 

Copyright © Arthémisia – juin 10

 

Avec : Paul WUNDERLICH -  Le Tabouret
1967. Dessin à la plume - 51,5 x 65.cm


Voir les commentaires

1212 - JUMP !

Publié le par Arthémisia

 

 

  Ça donne la pêche!    

Il n'y a pas que moi qui en aie besoin...

 

 





(et qu'on ne me parle surtout pas de foot : je supprimerai les comm.!)

Voir les commentaires

1211 - À A.

Publié le par Arthémisia

 

En réponse à la dernière consigne de Juliette sur  Papier Libre : Un bateau dans la brume….

 

 


http://2.bp.blogspot.com/_CrjD8Ifx8dw/SYRw6a_udkI/AAAAAAAADTU/40VsQmH0T8c/s400/sugimoto.jpg




C’est,

Par moment, la mer qui s’éteint

En eaux basses et lointaines.

 

Il faut lutter plus fort

Contre le joug du temps,

Pour recouvrir de nos pas orange

La plage qui nous conduit

Au bateau dans la brume

Que tu pris un matin

En abaissant nos jours.

 

L’eau coule encore,

Dans les orbites du sable,

Créant des petites marres

Qui miroitent au soleil.

 

Je t’y vois. Tu es libre,

Prodigieusement heureux,

Prodigieusement aimant.

 

Tu crépuscules du doux

Au-dedans de mon cœur

Car j’entends les p’tites touches

De ton visage de bronze

Faire chanter la coquille

Du bateau blanc d’hier

Qui mugit dans la brume.

 

 

 

Copyright © Arthémisia – juin 10



Avec : Hiroshi SUGIMOTO – Seascape

 

Voir les commentaires