Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #leurs poesies tag

255 - La Rue

Publié le par Arthémisia


La ruelle sexuelle s’anime
le long des faces mal venues,
les cafés pépiant de crimes
Déracinent les avenues.
 
Des mains de sexe brûlent les poches
et les ventres bouent par-dessous ;
toutes les pensées s’entrechoquent,
et les têtes moins que les trous.
 
Antonin ARTAUD
 
Illustration : BALTHUS – La Rue

Voir les commentaires

233 - Le XXVII*

Publié le par Arthémisia

Retourner au corps, le pénétrer
sans crainte de l’insurrection de la chair.
Aucune bouche n’est froide,
même après avoir traversé
 
l’hiver. Sur une autre bouche,
une bouche est immortelle : diamant
du feu, étoile ouverte
quand la lumière fait irruption, envahit
 
épaules, poitrines, cuisses, fesses, phallus.
Eveillés, purs dans leur battement,
les voici : resplendissants,
durs.
 
-o-
Eugénio de ANDRADE (Blanc sur blanc)
 
illustration : Jeff KOONS - Pam

Voir les commentaires

228 - Michel-Ange est amoureux

Publié le par Arthémisia

 

 

SONNET A TOMMASO CAVALIERI

Je vois par vos beaux yeux une douce lumière
que par les miens, aveugles, je ne saurais voir;
je porte avec vos pieds un fardeau sur l'échine
que les miens claudicants, n'auraient jamais souffert;

Je vole avec vos ailes, moi qui suis sans plumes,
par votre esprit sans cesse entraîné dans le ciel;
je suis à votre gré ou livide ou vermeil,
transi dans le soleil ou chaud par froide brume.

Mon désir ne réside qu'en votre vouloir,
mes pensées ne se forgent que dans votre coeur,
mes paroles ne naissent que de votre souffle.

Je ressemble à ce qu'est, d'elle-même, la lune
dont nos yeux ne sauraient découvrir dans le ciel
qu'une portion: celle qu'embrase le soleil.

Michel-Ange

Illustration : Ignudi de la Chapelle Sixtine – MICHEL ANGE

Voir les commentaires

214 - Toutes les amours de la terre

Publié le par Arthémisia

 
 
 
 
Toutes les amours de la terre
Laissent au cœur du délétère
Et de l’affreusement amer,
Fraternelles et conjugales,
Paternelles et filiales,
Civiques et nationales,
Les charnelles, les idéales,
Toutes ont la guêpe et le ver.
 
Paul VERLAINE
Sagesse – III (XVIII)

Voir les commentaires

200 - En Partance

Publié le par Arthémisia



Arcs en ciel en partance,
Sourires de lune aérienne,
Prière du poète,
Frissons de rêves,
Ecume des jours inachevés,
Baisers d'étoiles,
Flux et reflux des désirs,
Rivages aux âmes échouées,
Espoir de céleste rosée sur tes lèvres déposée,
De sources sacrées jaillissantes,
De serpents lumineux lascivement enroulés autour de nos corps enlacés.
 
Auteur anonyme
Illustration : Les Serpents d’eau – Gustav KLIMT

Voir les commentaires

180 - Parce que la vie continue...

Publié le par Arthémisia

Les fleurs se fanent
Toutes
Quand vient le brouillard,
Et les hommes
Meurent,
On les met dans la tombe.
Les hommes aussi sont des fleurs,
Ils reviendront tous
Quand le printemps s’annoncera.
Alors ils ne seront plus jamais malades
Et tout sera pardonné.
 
Hermann HESSE
 

Voir les commentaires

174 - L'Enfant prodigue

Publié le par Arthémisia



…Ô la mystique, ô la sanglante, ô l’amoureuse
Folle d’odeurs de cierge et d’encens, qui ne sus
Quel démon te tordait le soir où, douloureuse,
Tu léchas un tableau du saint-coeur de Jésus,
 
Tes genoux qu’ont durcis les oraisons rêveuses,
Je les baise, et tes pieds qui calmeraient la mer ;
Je veux plonger ma tête en tes cuisses nerveuses
Et pleurer mon erreur sous ton cilice amer ;
 
Là, ma sainte, enivrée de parfums extatiques,
Dans l’oubli du noir Gouffre et de l’Infini cher,
Après avoir chanté tout bas de longs cantiques
J’endormirai mon mal sur votre fraîche chair.
 
L’Enfant prodigue (extrait)
Stéphane MALLARME
Illustration : Henri MATISSE - Nu à genoux
 

Voir les commentaires

173 - ...Mysticis Umbraculis (prose de fous)

Publié le par Arthémisia


Elle dormait: son doigt tremblait, sans améthyste
Et nu, sous sa chemise, après un soupir triste
Il s'arrêta, levant au nombril la batiste.
 
Et son ventre sembla de la neige où serait,
Cependant qu'un rayon redore la forêt,
Tombé le nid moussu d'un gai chardonneret.
Stéphane Mallarmé

Illustration : Le Nid – Nils UDO
 

Voir les commentaires

171 - Les coquillages

Publié le par Arthémisia

Pas de RIMBAUD sans VERLAINE...

 

 

 

Chaque coquillage incrusté
Dans la grotte où nous nous aimâmes
A sa particularité.
L'un a la pourpre de nos âmes
Dérobée au sang de nos cours
Quand je brûle et que tu t'enflammes;
Cet autre affecte tes langueurs
Et tes pâleurs alors que, lasse,
Tu m'en veux de mes yeux moqueurs;
Celui -ci contrefait la grâce
De ton oreille, et celui-là
Ta nuque rose, courte et grasse;
Mais un, entre autres, me troubla.


Paul VERLAINE

Fêtes galantes

 

Avec : Hans BELLMER – Le Parquet

Voir les commentaires

170 - L'Idole- Sonnet du trou du cul*

Publié le par Arthémisia

Obscur et froncé comme un oeillet violet
Il respire, humblement tapi parmi la mousse
Humide encor d'amour qui suit la fuite douce
Des Fesses blanches jusqu'au coeur de son ourlet.

Des filaments pareils à des larmes de lait
Ont pleuré, sous le vent cruel qui les repousse,
À travers de petits caillots de marne rousse
Pour s'aller perdre où la pente les appelait.

Mon Rêve s'aboucha souvent à sa ventouse;
Mon âme, du coït matériel jalouse,
En fit son larmier fauve et son nid de sanglots.

C'est l'olive pâmée, et la flûte câline,
C'est le tube où descend la céleste praline:
Chanaan féminin dans les moiteurs enclos !

 

Arthur RIMBAUD

Album Zutique

 

 
Avec : Yoshifumi HAYASHI - Profiteroles au chocolat

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>