Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #leurs poesies tag

159 - L'Ange de la mort

Publié le par Arthémisia


…Vitrine opulente en denrées
ton ventre
Entrepôt croulant de parfums
tes hanches
Vivacité sagace de sagaie
ta langue
Fosse de chair ou fosse d’air
livrée aux loups
aux lévriers du plaisir
tes lèvres
Lèpre rosée
perlant dans la paix de tes cuisses
ta plaie
 
Extrait de L’ange de la mort
In Haut Mal
Michel LEIRIS
 
Illustration : André MASSON – La Terre
 

Voir les commentaires

142 - Dans mes lignes

Publié le par Arthémisia


Dans mes lignes

comme un rat dans son trou,

un chevalier dans son armure,

un couteau dans sa gaine,

une coquette dans sa robe,

un vin dans son  verre,

un prisonnier derrière sa grille,

ou un grincheux dans son retrait?

 

Michel LEIRIS in Frêle bruit.

(L'imaginaire - Gallimard)

 

Illustration : André MASSON

Voir les commentaires

132 - Rose + Bleu (1 )*

Publié le par Arthémisia

Nous revoilà, Cyr et moi, en train de composer à 4 mains ? Que dis-je composer ? Non ! Cette fois nous avons peint, travaillé les teintes, les nuances, pi(g)menté nos écrits au cercle chromatique.
Je vous offre aujourd'hui les 2 premières couleurs de notre palette duale, un Rose de Cyr et de moi un Bleu.
 
 
Rose (I)
 
Rose est ta robe légère
Rose est ta chair en dessous
Rose est le ciel incendiaire
Dans tes cheveux fous.
 
Ouvre moi ta robe
Montre moi tes seins, ose !
Ne laisse pas close
Ta robe Rose.
 
Voilà, fait les bien voir,
Ose !
Soupèse les
Ces mamelles gonflées de lait,
De saccharose,
Qui s'embrassent en miroir.
 
Oui, c'est beau, et maintenant
Ecarte lentement
Tes cuisses
Nonchalamment,
Avec malice...
Oh oui, quel délice !
 
Enfin, d'un doux index
Ouvre ton sexe
Comme une rose.
Expose
Le, aux yeux du monde
Belle bouche ronde...
 
Oh oui, divin tableau !
Je te contemple
Toute offerte,
Grande ouverte,
Du plaisir tu es le temple !
De la jouissance tu es l'eau !
 
Copyright © Cyr
 
Illustration Georgia O'Keeffe
-o-
 
Balnéaire
 
 
J'avais fermé les yeux.
Cette dernière image
de toi,
je la porte en moi,
infini paysage,
de ton émoi.
 
J'y ai foi.
 
Ton sexe y est raidi,
flèche brune en ma bouche.
Il est midi
A l'horloge du désir.
Je ne suis pas farouche
Au plaisir.
 
J'y crois.
 
Si je ferme les yeux,
c'est pour garder en moi
ton levant radieux
d'animal aux abois.
 
Je te le dois.
 
Je te découvre mieux :
en rouvrant les yeux,
je reçois le bleu
de toutes les mers d'ombre
que tu craches sur moi.
 
Je te vois.
 
Quand ton oeil d'outremer
En moi cherche sa voix.
ton sexe balnéaire,
me noie.
 
Je te bois.
 
Copyright © Arthémisia

 

 

Voir les commentaires

128 - Saphisme...

Publié le par Arthémisia

Une négresse...
 
Une négresse par le démon secouée
Veut goûter une enfant triste de fruits nouveaux
Et criminels aussi sous leur robe trouée
Cette goinfre s'apprête à de rusés travaux: 
 
À son ventre compare heureuse deux tétines
Et, si haut que la main ne le saura saisir,
Elle darde le choc obscur de ses bottines
Ainsi que quelque langue inhabile au plaisir 
 
Contre la nudité peureuse de gazelle
Qui tremble, sur le dos tel un fol éléphant
Renversée elle attend et s'admire avec zèle,
En riant de ses dents naïves à l'enfant;
 
Et, dans ses jambes où la victime se couche,
Levant une peau noire ouverte sous le crin,
Avance le palais de cette étrange bouche
Pâle et rose comme un coquillage marin.

Stéphane MALLARME

illustration : portrait de Sappho

Voir les commentaires

112 - Pour Toi mon Amour

Publié le par Arthémisia



Je suis allé au marché aux oiseaux
Et j'ai acheté des oiseaux
Pour toi
Mon amour

Je suis allé au marché aux fleurs
Et j'ai acheté des fleurs
Pour toi
Mon amour

Je suis allé au marché à la ferraille
Et j'ai acheté des chaînes
De lourdes chaînes
Pour toi
Mon amour

Et je suis allé au marché aux esclaves
Et je t'ai cherchée
Mais je ne t'ai pas trouvée
Mon amour
Jacques PREVERT

Avec : Jean - Léon GERÔME - Le marché aux esclaves

Voir les commentaires

111 - La Dormeuse

Publié le par Arthémisia

http://lesmythologies.files.wordpress.com/2010/11/klimt-danae-1.jpg

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Figure de femme, sur son sommeil
fermée, on dirait qu'elle goûte
quelque bruit à nul autre pareil
qui la remplit toute.

De son corps sonore qui dort
elle tire la jouissance
d'être un murmure encor
sous le regard du silence.

Rainer Maria RILKE

 

 

Avec : Gustav KLIMT - Danaé

 

 

Voir les commentaires

99 - Sur le cul d'une demoiselle

Publié le par Arthémisia



Beau cul de marbre vif, dont l’amour fait sa gloire,
Cul dont les doux regards sont d’attraits embellis,
Cul qui par sur tout autre oblige mes écrits
De sacrer vos honneurs au temple de Mémoire,
 
Cul qui sur tous les culs remportes la victoire
Cul qui passe en blancheur et la rose et les lys,
Cul de qui le mérite oblige mes écrits
De sacrer vos honneurs au temple de Mémoire,
 
Beau cul, bien que tant d’heur se marque assez en vous,
Ce n’est pas le sujet qui fait qu’aux yeux de tous
J’étale en ces écrits vos beautés que j’admire,
 
Mais surtout je vous aime, ô beau cul tout divin,
Pour être le plus proche et l’unique voisin
De ce doux paradis où l’amour se retire.

Robert Angot de l'Eperonnière
Les Nouveaux Satires, 1637

Voir les commentaires

78 - Plaisir et repentir

Publié le par Arthémisia


Ce plaisir, dont la main cherche à saisir la coupe,
Empoissonne le cœur, endort l’entendement,
Et qui porte toujours le repentir en croupe,
Fait un long déplaisir d’un bref contentement.
 
 
Pierre MATTHIEU
(1563-1624)
Illustration Edvard MUNCH - Puberté

Voir les commentaires

65 - Fallait-il des mains pour voir?

Publié le par Arthémisia

L’encre pour se cacher

Conseil d’une seiche
 
FALLAIT-IL DES MAINS POUR VOIR ?
 
Fallait-il des mains
Pour voir
Et des yeux
Pour toucher
Des bras
Pour sourire
Un sexe
pour crier ?
 
Qu’aurais-tu fait d’un cœur
Quand tu disais m’aimer 

André Brincourt

( La Mer, l'amour et la mort- Edt Privat)

Illustration Hassan MASSOUDY

El tiempo ne es mas que flujo y reflujo. La vida, dulzura y amargura. (Al Aquili, Xe s.)

Le temps n'est que flux et reflux. La vie, que douceur et amertume.  

Voir les commentaires

21 - Géométrie*

Publié le par Arthémisia

 

 

Gustave Courbet

TOUT DISPARAIT QUAND PARAIT LE TRI
ANGLE NOIR LE TRIANGLE LYRIQUE
LE TRIANGLE CENTRAL CHANTE
 ÉPERDUMENT LA DRESSÉE 
DU MAÎTRE ET LE TRIAN
GLE NOIR AVEUGLE LE 
DÉSIR QUI LE REGAR
 DE... MAIS LE TRI 
ANGLE NOIR EST
  UN DÉSIR  
  SANS  
  MA  
 IN  
...

 

P.A. Birot

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>