Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1101 - On s'en fout...

Publié le par Arthémisia


http://www.maramao.com/nuovo/cortona_file/image008.jpg

 

Elle a gratté la terre

De ses ongles émaillés

Elle a gratté la terre

Pour pouvoir y entrer

 

Mais la terre était dure

Ses ongles s’y sont cassés

Mais la terre était dure

Ecaillant à jamais

Les dix petites lunes

Qui hier te berçaient

 

Car la dernière pierre

Celle qui l’a tuée

Car la dernière pierre

C’est toi qui l'as lancée

C’est toi qui l'as lancée…

 

 

© Arthémisia – janv.10

 

 

Avec : Gino SEVERINI – Maternité -1916

 

Commenter cet article

Jean-Marc 26/01/2010 14:30


Quelle souffrance, mon Dieu !
Je m'incline, Arthi.
Et en me baissant, je vois entre les pierres, une petite fleur obstinée qui pointe sa tête vers les cieux.


Arthémisia 26/01/2010 17:38



Eh oui, Jean Marc....
Merci de ta fleur.
Bises
Arthémisia



nora 19/01/2010 11:00


Arthi, ça peut être très long... mais toute âme fragile se fortifie et quand elle comprend qu'elle a été manipulée, elle revient à l'essentiel. N'oublie pas la blessure aussi, l'inattendu des
événements, le besoin de recul.

Je rêvais sur ton autre texte, c'est pourquoi je suis encore là.


Arthémisia 19/01/2010 11:04



Je ne peux effectivement pas me résoudre à la perte de ce qui m'est cher et compte sur le temps pour faire mûrir mes fruits qui pour le moment ne trouvent
que terre aride.
Merci de ta présence toujours intelligente et sensible.



nora 19/01/2010 10:49


Patience, Arthi !
J'ai connu bien des cas, très récemment, où après le mouvement de retrait, de rejet, le retour fut brusque et plus aimant que jamais... Patience !
Je t'embrasse fort.


Arthémisia 19/01/2010 10:56



J'aimerai te croire Nora; le dressage des âmes fragiles fait tant de ravages.
Moi aussi je t'embrasse.



juliette 19/01/2010 09:41


Tant de femmes souffrent, tant de femmes se battent contre le malheur, et jamais ne renoncent, même si les ongles en ont souffert
Bises


Arthémisia 19/01/2010 10:32



Ca ne console de rien de savoir qu'on est pas unique. Bien au contraire.
Bises
A.



châtaigne 18/01/2010 23:06


Arthémise, ne sois pas si AMere  dans tes jeux de maux.
Il faut rester sur Terre.


Arthémisia 18/01/2010 23:14



Il ne s'agit en aucune façon de jeux Châtaigne même si (heureusement) la pierre évoquée ici n'est qu'une
métaphore



erellwen 18/01/2010 22:54


ouah!
cinglant!
percutant, comme une pierre lancée par le plus cher qui trahit...
effroyable...
quel art!
merci


Arthémisia 18/01/2010 23:08



Malheureusement, oui.



tilk 18/01/2010 17:20


ça me fait penser à la lapidation
et ça me fait frémir
besos
tilk


Arthémisia 18/01/2010 22:04



Mais c'est tout à fait ça...

Bises
Arthi



Ut 18/01/2010 08:00


Ce poème est une merveille douloureuse.... Nous en parlerons... si tu veux bien...


Arthémisia 18/01/2010 08:02



Je ne sais pas si j'en serai capable.
Merci UT.