Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #peau aime tag

1828 - Torture-Morte ?

Publié le par Arthémisia

A Raphaël

Une mouche se mouche dans le lait sombre du bol.

Ton visage apparaît, à la fenêtre :

La nuit, vient écrire encore ses vers noirs.

 

Trop vite, tu t’estompes,

Au glacis de la vitre

En graphies viscérales

Que ma main,

Rouge,

Range,

Tout au fond de ma boîte.

 

La mouche s’est noyée. Pas de bol !

Mais la pomme n’est pas morte :

Demain, ton visage, encore…

 

Arthémisia © mars 2017

Avec : Marcel Duchamp – Torture-morte -1959, Mouches collées sur plâtre peint, dans boîte en bois et verre, 29,5 x 13,4 x 10,3 cm, Paris, Centre Pompidou. © Jacques Faujour - Centre Pompidou, MNAM-CCI (diffusion RMN) © Succession Marcel Duchamp/ Adagp, Paris

Voir les commentaires

1796 - Ad libitum

Publié le par Arthémisia

Elle  meurt

De l’absence de son berger

Qui tapissait ses berges d’écume,

Des perles de ses roseaux,

De ses mots qui bronzaient la nuit.

De guerre lasse

Elle meurt,

Des vapeurs cireuses et aigres

De ces machines qui repassent

Les sens ad libitum.

Elle  meurt,

De cet infini plat,

De cette lune trop certaine,

Elle meurt

Emportée par le vide

De ce qu’aucune vie ne retient.

Arthémisia © Déc. 2015

Avec : Photo-montage de René Chabrière (clic)

Voir les commentaires

1795 - Fort comme la mort¹

Publié le par Arthémisia

Oui, c’est toi,

C’est bien toi

Qui dépose, qui dispose,

Qui accroche, qui ronde, qui musique,

C’est toi qui tends, qui arque, qui chasse,

C’est toi l’inconvenant, faute de convenu, de convenable,

Le hâbleur à point d’heure, l’iconoclaste des bords de scène,

Celui dont on croise la bouche, la patte, la peau, l’appeau,

Le Créateur,

Le cré-acteur.

Tu joues, tu mimes, tu imites ;

Tu modifies ton ombre.

Tu mondifies ton nombre.

Et puis tu me parles doux, dans un bruit de cailloux, dans un cri d’éventail,

Fort comme la mort¹.

Arthémisia © déc.2015

¹ - Roman de Guy de Maupassant

Avec : Paco POMET – La Brecha – 2014 – Huile sur toile – 120x160 cm

Voir les commentaires

1790 - Ta Végétale armure

Publié le par Arthémisia

En réponse au  récent Textoésie de Suzâme

Ta végétale armure

Sous terre me murmure

Tous les mots de demain

Ne lâche pas ma main.

Arthémisia (en hommage à mon père)

 © juillet 2015

Avec : François ROUEN – Le Bosco – 1975 - Encre et gouache sur papier

Centre Pompidou

Voir les commentaires

1789 - Retrouver le geste

Publié le par Arthémisia

Le ciel prussien oubliait son sommeil

Là où la peau séduit le parfum,

Là où l’appeau s’enduit de sa faim.

Mes yeux écoutaient battre tes silences aspirés.

Mes mains palpitaient, ailées par le désir.

Je pensais à ton rêve, soudain

Et je le partageais.

Nous avons retrouvé le geste.

Arthémisia © juillet 2015

Avec : Ferdinand HODLER – Détail de la Nuit (1889) - Le Couple : HODLER et Berta STUCKI

Voir les commentaires

1781 - La Persévérante

Publié le par Arthémisia

Il y a encore et toujours dans son œil

Les pétales noirs et violet sombre

Des non faits

Ces anémones recroquevillées

Ces petits bouquets

Achetés au marché

Qu’elle laisse sécher

Sur la table de ses nuits

Sans savoir comment percer leur ombre

Oubliée

Arthémisia © mai 2015

Avec : Robe violette et anémones – Henri MATISSE - 1937

Voir les commentaires

1777 - La nuit liquide

Publié le par Arthémisia

Que le voyage est doux dans les humeurs nocturnes !

Nous marchons, à tâtons.

Notre point de rosée

Se sature.

Suivant les chemins buissonniers,

Vagabondant dans l’interdit de lumière,

Nous condensons une brume.

Nous n’ouvrons que nos portes,

Arrêtons nos optiques sur nos ombres portées.

Puis, nous fondons, instables,

Allongeant nos vapeurs,

Retenant, liquides, la nuit.

Arthémisia © mai 2015

Avec : Morris Louis
Magna acrylic paint on canvas
95 5/8 x 77 5/8 inches

Voir les commentaires

1770 - Nos Fleurs qui tremblent, ensemble

Publié le par Arthémisia

Nous marchions sur les chemins de grande frayeur.

Les images mauves et noires, de dernière heure,

De nos vies les veilleurs,

Arrivaient

En brandissant leurs tours infâmes,

Dans le vent de nos âmes.

 

Serions-nous opiniâtres ?

De nos corps plus que chair

Nous ne pouvions faire théâtre,

Ni d’emplâtre

Nous satisfaire.

 

Nous élargîmes nos yeux,

Ensemble,

Comme ceux qui se ressemblent,

Et, dans le champ violâtre

Nous devînmes pâtres

De nos fleurs qui tremblent.

 

Arthémisia © avril 2015

Avec : Pink Sweet Peas 2 – Goergia O’KEEFE (1887-1986)

 

Voir les commentaires

1764 - En allers-retours

Publié le par Arthémisia

C’est au bout du couloir blanc

Que l’Amour m’enrose.

Son ventre effleure mon dos

Dans une vapeur d’été,

Sème des fleurs carnivores,

Un souffle fluté qui chuchote son souvenir de la porte du monde,

Le goût de la mer,

Et le bercement en allers-retours de tes vagues.

Arthémisia © mars 2015

Avec : Gustave COURBET – La Femme à la vague – Huile sur toile – 1868

Voir les commentaires

1763 - Le Message d'or

Publié le par Arthémisia

Peut-être que le mensonge dort

Et,

Que l’avenir peut se ternir.

Dorénavant

Pourtant,

Je veux tenir

A ce message d’or,

D’or et de vent.

Arthémisia © mars 2015

Avec : Sans titre – Yves KLEIN -  monogold (MG 7) - 1960

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>