Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1685 - Rentrer chez moi

Publié le par Arthémisia

Je t’ai fait rentrer chez moi quand je n’ai plus eu de passé. Parce que je n’avais plus de passé.

Je l’ai jeté à la poubelle récemment. Peut être un peu tard, j’en conviens. Je n’en ai gardé que quelques confettis, un rose et un bleu. Tout le reste est parti en fumée, là-bas, là où ça sent mauvais.

Je suis sur une plage nue, comme moi. Il faut que je replante, des herbes, des arbres, le décor, un nouveau décor. Pas un décor de théâtre, en carton bouilli. Non ! Un décor en vrai comme disent les enfants. Je sais que ça va prendre du temps et que je n’en ai pas tant que ça du temps. Parce que je ne veux pas gâcher, mettre là n’importe quoi, n’importe qui.

Je crois qu’il est préférable de commencer justement par qui.

 

Je t’ai fait rentrer chez moi.

 

© Arthémisia – mai 2013

 

Avec : René MAGRITTE – La Chambre d’écoute – huile sur toile, 1952

Voir les commentaires

1684 - Juste quelqu'un que j'ai connu

Publié le par Arthémisia

Voir les commentaires

1683 - Il a perdu le Paradis

Publié le par Arthémisia

Elle : ─ Tu as perdu le Paradis ?!!!

Mais qu’en as-tu fait ? Ce n’est pas possible ! Quand t’en es-tu servi la dernière fois ? Réfléchis ! Rappelle-toi !

Non, ce n’est pas possible. On ne peut pas perdre le Paradis…

Peut-être l’as-tu trop bien rangé ? Dans l’armoire, au fond du grand tiroir ? Ou alors tout en haut ? Tu es monté sur l’escabeau ?

Ou bien tu l’as caché, pour qu’il ne tombe pas entre les mains de personnes mal intentionnées ? Sous ton lit ? Tu as regardé ? Je sais, il y a plein de moutons qui y bêlent. Mais tends donc un peu l’oreille ; peut-être que tu vas l’entendre chanter au milieu du troupeau ?

Et dans le coffre ? Non, pas celui de la voiture, celui derrière ce tableau. T’es sûr ? Il n’y rentrerait pas ?

Bon ben alors, dans la trappe d’accès de ta baignoire : c’est là que je mets mes bijoux chez moi. Tu ris ? N’empêche que quand j’ai été cambriolée, ils ne les ont pas trouvés mes bijoux.

Allez, fais un peu marcher tes neurones : si tu l’avais là le Paradis, entre tes mains, et que tu devais le ranger, tu le mettrais où ?

 

(Il réfléchit)…

 

Elle : ─ Au fait, j’ai réservé les billets pour Rome.

Auprès de Saint Pierre, on devrait se rapprocher du …Paradis.

 

 

© Arthémisia – mai 2013

 

Avec : Roger Van der WEYDEN – Polyptique du Jugement dernier - Huile sur bois

- vers 1445-51 ?, Beaune, Hôtel-Dieu.

Voir les commentaires

1682 - C'est

Publié le par Arthémisia

1682 - C'est

Au milieu du halo noir, c’est fascinant. C’est mystérieux. Juste un très léger souffle qui emporte le silence.

Ça raconte plein de choses, la tête enfouie dans le matelas.

C’est très clame. Presque dément.

 

© Arthémisia – mai 2013

 

Avec : ALLORI Agnolo (d’après) ; CARUCCI Jacopo (inspiré par) ; anonyme

Homme nu couché à plat ventre – Musée du Louvre, département des Arts graphiques.

 

 

 

Voir les commentaires

1681 - Une main à laisser

Publié le par Arthémisia

Entre nous il n’y aura jamais :

  • qu’une cuillère de confiture de mirabelle à lécher ;

  • qu’une gousse de vanille à égrainer ;

  • qu’une cigarette, une dernière cigarette à partager ;

  • qu’une main à laisser, une main dans laquelle une feuille de vigne aura laissé son empreinte...

© Arthémisia – mai 2013

Avec : Marcel DUCHAMP – Feuille de vigne femelle - 1950

Tate Gallery - Londres

Voir les commentaires

1680 - En Silence

Publié le par Arthémisia

Je vois un secret se rapprocher d’ici ¹. Il se cache dans la suie de tes yeux. Mais je ne le lâche pas. Il faut que je sache d’où tu viens.

Et que je te le dise.

En silence.

 

¹ - Paolo Conte

 

Arthémisia © mai 2013

 

 

Avec : Peter Firth dans le film Equus de Sidney Lumeth

Voir les commentaires

1679 - Parle tout bas si c'est d'amour

Publié le par Arthémisia

Dans Arles, où sont les Alyscamps

Quand l'ombre est rouge, sous les roses,

Et clair le temps,

Prends garde à la douceur des choses,

Lorsque tu sens battre sans cause

Ton coeur trop lourd,

Et que se taisent les colombes:

Parle tout bas si c'est d'amour,

Au bord des tombes.

 

Paul Jean TOULET

 

Avec : Paul GAUGUIN - Les Alyscamps

Voir les commentaires

1678 - Baiser

Publié le par Arthémisia

Voir les commentaires

1677 - Banian *

Publié le par Arthémisia

Qu’il est doux de glisser là entre tes racines

 

De poursuivre cette force qui plonge dans ton ventre

 

D’en caresser les sources au détour de tes nœuds

 

De laisser tes naissances, tes origines, ton monde empulper mon chemin

 

D’accueillir le présage des ensorcellements de cette terre palpitante qui n’appartient qu’à toi

 

D’aller à la rencontre de ce que tu seras.

 

Copyright  © Arthémisia mai 2013

Avec : Racines de Banian

Voir les commentaires

1676 - Pecorino e limoncello

Publié le par Arthémisia

1676 - Pecorino e limoncello

Les derniers grains du pecorino attendent silencieusement.

Du verre renversé irradie l’auréole verte d’un fond de limoncello.

Sur le tapis, gît, le ventre en l’air, la tortue en peluche.

Tes larmes ne coulent plus. Seul compte l’horizon.

 

Copyright © Arthémisia – mai 2013

Avec : La Plage de la Bergerie © Arthémisia 2008

Voir les commentaires

1 2 > >>