Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

744 - Brèves de fin août 2008

Publié le par Arthémisia

"Ce qui se passe est précieux si on le rend précieux"

@
Paco

 

« Si tu veux nous nous aimerons
Avec tes lèvres sans le dire... »

@ Stéphane MALLARME que m'a rappelé
B.

 

"Il y a des moutons heureux et des bergers tristes"

@ Bleu Virus

 

 "Il te reste à apprendre...
L'essentiel.
Que confiance et pureté,
Ne sont pas... fragilité."

@
Maxime

Voir les commentaires

743 - Titres, rien que titres (3)

Publié le par Arthémisia

 

Dans le tube.

La Marra

De l'hystérie et autres mots d'amour

Le réveil de Léo

Dieu est fort

Laetitia

Connaissance et  précipitation
La Flaque

Copyright © Arthémisia - août 2008


Vous pouvez retrouver là le N°1 et le N°2

 

 

Avec : William BOUGUEREAU - La Vague

 

Voir les commentaires

742 - D'Eau

Publié le par Arthémisia


 

Pour répondre à l'appel du Fleuve de Juliette sur Papier libre...

 

Il parlait vrai, unique, d'une voix ample, troublante et habitée, et pourtant de laquelle le danger n'était pas exclu. Ni la peur.

Il disait son enfance crachée entre deux pierres, dans l'anfractuosité grise d'une roche duale, perdue dans une solitude mousseuse et timide. Il n'était  alors qu'un murmure, celui d'une hésitation à sortir, celui de la larme qui suit la larme, mais que personne n'entend, surtout pas les géants.

Et puis il y eut d'autres mots, plus rapprochés, plus charnus qui lui donnèrent un peu d'espace, celui caressant les herbes des premiers temps, et celui de l'amour rose des libellules. C'était le printemps, la communion avec la Nature, faute de mieux.

Une pente s'amorça, raide et rapide. La parole roula des cailloux brutaux, se colora d'un sable irritant puisé dans les profondeurs d'un temps rouge. Elle inaugura la rage, installant ses tripes en tourbillons pervers. Le mot portait son poids, cognait et repartait encore pour faire place à un autre, aussi rempli de force. Il fallait dire. Il fallait faire du bruit, exister. La vie le demandait.
Cela fit mal.

Mais le chemin s'élargit soudain, prit de la profondeur, une pente plus douce. Le fleuve trouvait sa place, accueillait des hommes, des luttes, des caresses, des amours. Il parla moins, plus calmement, écouta.

Il gardait cependant quelques voluptés intestines, quelques refus de domestication, quelques gros mots rebelles, quelques nébuleux remous internes de honte, caché dans les roseaux. On l'entendait parfois crier la nuit.

Aujourd'hui, il coule effrontément offert à la nature, magistralement ouvert à la caresse de l'air, à la chaleur du ciel d'été, à la douceur des algues blondes de la rencontre.

 Il a rendez- vous avec la mer. Pour chanter.

Copyright © Arthémisia - août 2008

Avec : Pierino da Vinci – Le Fleuve et trois enfants

 

 

Voir les commentaires

741 - Vous la connaissez?

Publié le par Arthémisia

 

La femme en pantalon de lin blanc

La femme en petite robe noire

La  femme maquillée de gris sombre

La femme aux ongles pales et aux lèvres de lune

La femme Ivoire de Balmain

La femme un livre à la main

La femme un 9B en bouche

La femme nue sous ta chemise

La femme au collier de graines rondes

La femme en talons hauts

La femme qui peint avec les mains

La femme qui pleure devant ses ans

La femme qui danse sans savoir

La femme de Tom, de Francis, de Marcel

La femme aux longues mains

La femme qui boit son 4ème café dans son bain

La femme au cercueil de papier

La femme en paréo orange...

Vous la connaissez, vous ?

Vous la connaissez,

La femme?

Copyright © Arthémisia - août 2008

Avec : Jan FABRE - Quando l'uomo principale è una donna. (Le modèle s’appelle Lisbeth Gruwez)

Voir les commentaires

740 - Ma Pomme

Publié le par Arthémisia





Ma pomme en pince

Pour sa reinette

L'appeau d'Api

Roule sur le tapis

Je craque et croque

Dans  son fruit de fendue

Quand ma dent

Mord dans Eve

Elle  me tend la Golden

Octave Ergébel

 

Avec : Paul CEZANNE - Trois pommes 

Voir les commentaires

739 - Regarde-moi (....cliquez sur l'oeil)

Publié le par Arthémisia


 

Si   tu   prenais   le   temps   camarade   de   rencontre
de   me   regarder   dans   la   peau
au   cœur   de   ma   solitude
là   où   s ' inscrivent   les   mémoires   de   l ' amour ,  de   la   guerre   et   du   froid
sur   mon   enveloppe   d ' homme   fragile   comme   de   la   soie
tu   verrais   alors   les   mêmes   angoisses   que   toi
avec   des   arcs - en - ciel   et   des   p ' tites   amours   en   poubelles
tu   verrais   des   ailes   de   géant   brûlées   par   l ' air   du   temps

regarde - moi

tu   verrais   le   mal   et   l ' égoïsme   quand   tu   aimes   une   femme
et   que   tu   veux   la   garder   pour   toi ,  pour   ton   sexe   et   ton   cerveau
et   puis   la   guerre   que   je   fais   à   ma   jalousie
ce   cancer   de   l ' amour   qui   te   bouffe   la   tendresse
toute   la   tendresse

regarde - moi   dans   la   peau   et   fais   pas   gaffe   si   je   tremble
c ' est   pas   l ' alcool
ni   l ' herbe   de   Colombie
c ' est   juste   la   peur
la   peur   de   tous   ces   mecs   qui   t ' écoutent
qui   te   fichent
qui   te   traquent
et   t ' oses   plus   dire   je   t ' aime   à   une   fille   que   tu   rencontres
un   soir   à   Saint - Germain
quand   tu   sais   qu ' elle   aussi
elle   a   peut - être   des   micros   au   bout   des   seins

regarde - moi

regarde ,  regarde   camarade   de   rencontre
tu   vois ,  c ' est   ma   façon   de   te   dire   que   je   t ' aime
et   qu ' il   faut   qu ' on   se   dise   des   mots
des   regards   et   des   caresses
pour   ne   pas   repartir   chacun   dans   son   métro
avec   ces   torrents   de   paroles   qui   te   restent   au   travers   du   cœur
et   de   la   gorge

regarde

je   suis   transparent
tu   peux   tout   voir
tout   savoir

je   me   fous   des   secrets

regarde - moi

YVES SIMON

Avec : Carmen CALVO - La Maison assassinée (extrait)

Voir les commentaires

738 - Vert jeu*

Publié le par Arthémisia


 

Versus toi,

Je vis ton verger mûr.

Tu mât

En vergue.

Et vice et versa.

...Je n'ai pas dit

Lissé de vers sales,

Juste, verger du papier...

 

Copyright © Arthémisia - août 2008

 

Avec : Egon SCHIELE - Autoportrait 1910

Voir les commentaires

737 - Pêcher de gourmandise

Publié le par Arthémisia


 

Je sais ta faim.

Tu sais
le goût de ce fruit, à la peau douce, de rouge et d'or, dans lequel on  plonge la dent pour y découvrir le sang jusqu'à s'en barbouiller le menton, comme un ange.

Mais saurons nous
un jour pourquoi certains arbres meurent  couverts de fruits ?

 

Copyright © Arthémisia - août 2008

Avec : Roland de La PORTE - Nature morte aux pêches

 

Voir les commentaires

736 - Débordement*

Publié le par Arthémisia

 

Les murs de la nuit m'ont porté ta voix sombre,

Celle de tes mots de peau à moi venus en nombre.

Elle me criait « Tes seins, ton ventre, tes fesses... »,

Faisant naître en moi une double liesse :

Mon oreille tremblait des joies de ton désir ;

Ma chair s'abandonnait aux germes du plaisir.

Au jardin des délices, je retrouvais ta main

T'assurant de la mienne lissant ta peau d'airain.

De bouches en phalanges nous nous brûlions tellement

Encanaillant nos fleurs de si tendres tourments !

Des non et puis des oui surgissaient de mes lèvres

Pourtant c'est ton prénom qui revenait sans trêve.

Mes yeux se sont ouverts sur tes yeux abreuvoir,

Je m'inondais de toi, ne voulais que te voir.

Quand ils ont débordé du bonheur revenu

Ni ton sexe ni le mien ne se sont retenus.

 

Copyright © Arthémisia - août 2008

Avec : Le Rocher de la Vierge - Copyright © PACO 
que je remercie infiniment

Voir les commentaires

735 - Entre

Publié le par Arthémisia

 

Entre orteils mignons

Et cheveux volages

Entre ongles de lune

Et œil ensoleillé

Entre peau mnémonique

Et muqueuse secrète

Entre langue furieuse

Et oreille nacrée

Entre paupières closes

Et mains quémandeuses

Entre souffle emballé

Et fesses posées

Entre bouche et sexe

Entre ici ou là

Entre toi et toi

...Je ne sais que choisir.

Entre !

Copyright © Arthémisia - août 2008

Avec : Pierre-Paul PRUD'HON - Etude de nu masculin

Voir les commentaires

1 2 3 > >>