Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1407 - Haut temps

Publié le par Arthémisia

 

http://remue.net/IMG/arton3280.jpg?1243404565

 

 

 

Tu ne seras pas qu’une anecdote, un événement, une performance.

Tu ne seras pas qu’une étoile dans une nuit de goudron gras.

 

Tu seras la présence, l’adagio et l’écho, le trottoir qui luit, l’itinéraire nouveau, la progression bleue, le tapis volant, l’air aiguisé de l’après midi, le vent.

D’haut temps.

 

Copyright © Arthémisia – 04/11

 

Avec : Le Coup de vent – Camille COROT – 1870 – Huile sur toile – Musée de Reims

Commenter cet article

Nath 12/04/2011 19:42



Comment dire ?


Oui, le Tu à continuer au sein de tes paupières...



Arthémisia 12/04/2011 19:54



Oui, le Tu continue. Il le faut. Contre Tout.



tilk 11/04/2011 23:40



mon rêve....laissez des traces...


besos


tilk



Arthémisia 11/04/2011 23:43



Il y a tant de façons de la faire cette trace! Je crois que tu en connais bien une déjà, celle qui vit entre tes doigts et ta palette.


Bises


Arthi



rechab 11/04/2011 21:33



Claude Simon,   a écrit  "le vent"  sous-titré  tentative  de restitution d'un retable baroque



Arthémisia 11/04/2011 21:36



Merci; je me coucherai moins bête!



rechab 11/04/2011 14:28



 


Ce tapis replié, roulé, présence tempête, asphalte mouillé, secousses incontrôlées,
l'air  déguisé, racloirs improvisés, sur les toits des maisons d'Avignon, l après -midi, le vent. au temps en remporte ( le Simon ), et puis le soir  et puis la nuit.


D’haut temps, volutes baroques, tentative de restitution de  ( ce que nous raconte le
Claude), angelots joufflus poussant avec effort leur trompette, éclairs de chaleur dans la nuit,  silence des oiseaux  et des étoiles.


Juste le temps du vent.



Arthémisia 11/04/2011 21:03



Qui sait qui est le vent?


Ce Simon et ce Claude dont tu me parles et que j'ignore? Probablement pas.


C'est nous, nous-mêmes qui au creux de nos ventres entretenons les souffles qui ont germés en nous, graines de Bonheur semées par des oiseaux sur des étoiles
un jour où il n'y avait plus de temps.



Suzâme 11/04/2011 14:04



J'aime et reçois profondément ton écriture qui dit "Tu"... elle me parle et ses mots donnent lumière... Lorsque tu auras un peu de temps, j'ai écrit récemment "La fugue d'un sage". Nous sommes
sur le chemin entre la création et l'infini. Suzâme



Arthémisia 11/04/2011 20:57



Il n'est pas facile de dire Tu et encore moins de l'écrire. Surtout quand ce Tu as disparu de notre champ de vision.


On peut vivre dans la mémoire des temps partagés, ou bien l'imaginer dans son ailleurs.


Mais on peut aussi construire, se construire sur ce qui a été échangé comme si ce Tu n'étais peut êre qu'un tremplin, une enzyme, le catalyseur de ce qui devait être, en tout cas un de
nos meilleurs. Et pourquoi pas le meilleur dans son effet rémanant et actif ? Infiniment.


C'est là je crois que siège ce qu'on peut appeler pompeusement une sagesse, celle de savoir écouter le temps et les êtres qui passent. Car ils n'ont pas été là pour rien.


Je passe chez toi ce soir. Il semble que ton sage m'attend.


 



Versus 11/04/2011 10:16



L' art, c' est connu, souffle où il veut !


Très bonne journée !



Arthémisia 11/04/2011 12:14



Surtout l'Art-Homme.....


Oups...j'ai osé!


Bonne journée à toi aussi, Versus.