Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

787 - L'Amour qui ne demande rien*

Publié le par Arthémisia

 

J'ai fait l'Amour avec l'Amour. Il ne m'a rien demandé.

Le temps de son ventre était doux et dans les replis tendres de son sexe le mien a découvert un cri de joie, ce cri qu'on oublie si vite, le cri des portes toujours ouvertes, des grands ciels roses, le cri soufflé du saxophone de Johnny Griffin, des drums d'Art Blakey, le cri des enfants sortant de  l'école, le cri du sang qui palpite au plexus.

Le mystère de nos souffles s'étala doux et fort comme un café mousseux.

De nos bouches engorgées la rosée suinte encore.

Car l'Amour déborde parfois. Surtout quand il ne demande rien.

 

Copyright © Arthémisia – Oct 2008


Avec :
  CESAR - Expansion

Commenter cet article

fbd 04/11/2008 18:57

Le désir est un vide trop-plein

Arthémisia 04/11/2008 19:25



Un physicien ne dirait pas mieux!



fbd 04/11/2008 18:56

Si tu travailles le "trop-plein" alors il faut t'attendre à quelques débordements... :-))

Arthémisia 04/11/2008 19:19



Dans la mesure où ils ne sont pas dans l'excès de travail,  je ne crains rien!



Alex 01/11/2008 23:20

Ben oui, l'amour il n'a rien besoin de demander puisqu'il comble.Et puis alors avec Johnny Griffin et Art Balkey, là c'est plus que de la plénitude, c'est un heureux débordement !;-)

Arthémisia 02/11/2008 10:20



J'ai eu le bonheur d'assister cet été à un des derniers concerts de Griffin. Il m'a comblée.
Il jouait avec son ventre, avec la vie qui lui restait au fond des tripes. C'était magique. Il est décédé 4 jours après...
Mes bises Alex.
Arthi



anonyme 01/11/2008 21:55

Quel mirador !

Arthémisia 01/11/2008 22:14



Ce blog n'est en aucun cas un poste d'observation, une prison ou un camp de concentration.
Et je m'y veux libre d'utiliser la typographie que je veux quand je veux.
Merci de ta compréhension.



anonyme 01/11/2008 20:38

Il ne demande rienIl exige

Arthémisia 01/11/2008 20:40



  EN AUCUNE FACON !



al maury 01/11/2008 09:49

Pourquoi? Par quoi? Interessants ces 6 dernières sculptures....( Elles y sont depuis mon entrée dans O.B + - 2 ans !!!)ALBUM

Arthémisia 01/11/2008 10:12



Désolée al, je n'ai pas suffisamment de temps pour éplucher tous les blogs par le menu!
Et puis peut être que mon état d'esprit actuel les a rendues plus accessibles à ma sensibilité ?....(sourire)
Sans rancune, j'espère?
Arthi



bleu virus 31/10/2008 20:52

"l'amour déborde ... surtout lorsqu'il ne demande rien" oui !!! c'est exactement l'idée l'amour peu se propager de cette façon là, lorsque l'on a  rien à perdre, et surtout plus rien à quérir. Oui je crois à cette idée, anti thèse du profit, elle me régénère, m'aide à vivre chaque jour; Je n'ai rien à vendre juste à te donner si tu es d'accord pour partager. "faire l'amour avec l'amour" est  une idée magnifique: dans son économie personnel, générer ces moments d'amour fusion aussi bien dans l'attente, dans la détente que dans l'action, régénérer son coeur et continuer.Bise, amoureuse Arthi

Arthémisia 31/10/2008 21:02



Mais c’est une déclaration ! Attends que je m’en remette…


Je ne crois qu’en l’Amour gratuitement offert et pris, à cet échange libre, gracieux, désintéressé, ce
Beau (et je n’emploie pas facilement du tout cet adjectif, tu t’en doutes !) geste de l’un vers l’autre, cet échange d’un grand à
partager.


Quant à faire l’amour avec l’amour, dans la mesure où justement cet acte est la résultante de ce que je
viens de décrire, l’Autre devient l’Amour, est l’Amour. Tu as raison de parler de régénérescence tant l’œuvre d’amour est un fait qui renforce, (re) construit, grandit, ouvre à l’Autre et au
monde dans un élan quasi magique.


 


Bises aimantes.


Arthi


 


 


 


 



catherine 30/10/2008 23:03

Particulièrement beau ce texte-ci Arthi!!!Cette semaine, j'ai un petit boulot d'une semaine dans une ferme et une crève d'enfer ...je viendrai te relire dès que le "temps "le permet...je t'embrasse bien fort en attendant

Arthémisia 30/10/2008 23:07



Merci Catherine.
Moi aussi je l'aime particulièrement ce texte là.
Dans une ferme...ceci explique toutes les bestioles qui courent sur ton blog. C'est très amusant!
Bon courage et bises
Arthi



juliette ou O. 30/10/2008 19:03

Le varitable amour se donne sans retenue, s'offre sans regret,sourd et sombrecomme le chant du violoncelle

Arthémisia 30/10/2008 20:48



Comme je suis de ton avis!



Lung Ta 30/10/2008 09:03

oui il déborde toujours il faut toujours avoir un trop plein d'amour pour que les autres en profitent ;)je t'embrasse

Arthémisia 30/10/2008 09:07



C'est justement quand il ne demande rien qu'il déborde!
Bises Lung Ta
Arthi



al maury 30/10/2008 09:02

...tu peux en être assurér...

Arthémisia 30/10/2008 09:06



Pourquoi? Par quoi?



al maury 30/10/2008 08:48

Veux tu dire "Fière" de sa sagesse non méprisante mais participante !!!

Arthémisia 30/10/2008 08:58



Non, point de fièreté mais plutôt de l'assurance, de la rassurance....



fbd 29/10/2008 17:09

langue blanche et coulante érectile

Arthémisia 29/10/2008 20:36



César t'inspire des images très très érotiques!!!!!!!
Et dire qu'avec mes élèves sur ce thème je travaille le "trop plein"!



FREDERIQUE 29/10/2008 11:01

Et si nous pouvions, nous aussi, ne rien lui demander à cet AMOUR ! Quelle sérénité !Bonne journée ArthiFrederique

Arthémisia 29/10/2008 20:34



Et pourquoi faudrait il que nous soyons dans la demande?
Le don suffit, non?.... quand il vient des 2 parties et que le partage, et la complicité  se font.
Amitié
Arthi



Artcande AL MAURY 29/10/2008 08:53

Un pas-sage crèmeux ...Bises

Arthémisia 29/10/2008 20:32



Fi de sa sagesse!



Jean-Marc Bellot 29/10/2008 07:57

Tu rends magnifiquement le miracle de ce qu'échangent nos bouches quand elles sont sollicitées dans l'acte d'amour : l'aérien (la communion des souffles), le liquide (ces émanations de nous, si mousseuses et suintantes), le solide enfin avec le charnu de nos lèvres. Pour couronner le tout, il y a le cri. A la croisée des trois éléments ou d'une sortie d'école, il est, je crois, l'élément le plus mystérieux qui accompagne nos étreintes. Une forme de synthèse entre la jouissance ultime et la douleur sans rémission. Un appel désespéré au divin en même temps que le rappel de notre solitude effarante. Encore une fois, bravo Arthi. Tes mots tirent leur origine au plus profond de nos entrailles, puis, par la magie de tes compositions, tu les fais danser avec légèreté, lourds pourtant de tout leur poids de viscères exaltés.

Arthémisia 29/10/2008 20:27



Bonsoir Jean Marc,


Merci de tes mots qui me touchent
particulièrement.


Je suis heureuse que tu me parles de ce divin qui
s’éveille, reprend vie en nous lors de ces moments, de cet élan si mystérieux qui nous habite soudain, de cette prise de pouvoir d’une puissance externe et supérieure qui nous fait basculer dans
la non maîtrise et qui nous permet de librement, en confiance, et dans la gratuité la plus totale nous fait offrir à l’autre (l’Autre ?) la part la plus intime de nous
même.


Je serai pourtant moins tranchée quant à ton avis
sur ce que tu appelles la solitude. Je pense au contraire que l’acte sexuel est l’anti-thèse de la solitude  et ceci pour 2 raisons majeures :



il est l’aboutissement d’une quête de l’autre,  d’un chemin dirigé et occupé ne serait ce que mentalement. Il est axé.


dans sa réalisation (du moins dans l’idéal de celle-ci), il est un paysage
qui s’ouvre le plus largement à nous, l’océan de l’autre, sa vastitude, son voyage, son rêve, son accueil. Il est l’autre autant que nous-même, l’autre ET nous-même, cette entité nouvelle,
invisible et sublime qui nous fait ensemble, viscéralement et spirituellement.



 


Corps et âme…est le titre de ce
blog.


J’essaie de m’y
tenir !


Mes bises à toi.


Arthi