Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

495 - Le Dos

Publié le par Arthémisia

 

 
 
"Le visage se lit comme une nouvelle,
le dos comme un poème chiffré."
 
Georges BANU
(in L'Homme de dos - Peinture et théatre)
 
Avec : Jean Dominique INGRES - La Baigneuse Valpinçon

Commenter cet article

ren 16/05/2011 09:26



je dirai plutôt le mystère...  si  pour nous les autres  c'est un mystère  ( par leur propre
fonctionnement)...  on peut commencer par soi-même



Arthémisia 16/05/2011 10:48



je t'accorde ce mot en sachant très bien que les images que nous avons de nous-mêmes  sont parfois aussi des illusions, de bien mystérieuses illusions.



ren 15/05/2011 23:17



Oui, mais là c'est encore  regarder l'autre...  la forme massive  ( même habillée)... qui fait qu'on ne peut  que supposer  la face-  qui nous est absente...


 


Alors aussi en nu, la musculature,  la charpente sous-jacente, la mise en valeur par les ombres... ---  élément massif, mais mobile...  c'est qq chose...


Et le sien propre, c'est encore autre  chose, justement parce qu'on n'en pas l'image, ou partiellement  on est tenu de  "l'imag iner"



Arthémisia 16/05/2011 06:16



Nous vivons  dans l'illusion de nous-même, Ren.



ren 15/05/2011 20:39



ou alors même  si onne se voit pas ( le dos)  - et même  avec un jeu de miroirs ( )...  le penser, ce dos -    (  comme  ce qui nous relie au reste
visible )... - en déduire une logique...   l'élément de volume qui fait "face"  à la face...


la face  cachée   (  ici pas de la lune),  mais  qui ne serait - éventuellement  visible -  que des autres .



Arthémisia 15/05/2011 20:53



Je ne sais s'il existe une vraie logique entre le recto et le verso. Entre eux, siège toute l'épaisseur du corps, ce qui justement fait corps, donne du corps. Ce n'est pas rien Ren , même
pour un anorexique....


Mais ce dos, cette surface qui clot, ferme, enferme, reste de toute façon et surtout pour nous-mêmes une sacrée énigme.


D'ailleurs quand on voit un personnage de dos sur un tableau, dans une mise en scène, un film etc... est-ce lui vraiment que l'artiste, le peintre, le réalisateur, le metteur en scène
veut encore montrer et pas plutôt ce qui est devant lui, au-delà de sa vue, le champ de l'image et même le hors-champ? Voire la projection mentale du personnage?


Je pense banalement aux oeuvres de FRIEDRICH par exemple, à leur connotation mystique.



fbd 26/10/2007 22:18

Oh ben çà alors, drôle de coïncidence du sujet (peut-être que les miroirs aident à voir les dos, alors!!)

Arthémisia 27/10/2007 17:34

Il me semble que nous avons une certaine communauté de regard, effectivement.
amicalement
Arthi

Gérard fleur bleue 26/10/2007 06:23

Aussi perçante soit la vue, on ne se voit jamais de dos.
Proverbe chinois

Arthémisia 26/10/2007 13:18

A méditer....
bises
Arthi