Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1373 - Celui qui vint

Publié le par Arthémisia

 

http://etablissements.ac-amiens.fr/0020687l/img/0BRETAGNE2009/PEINTRESDELAMER/15-courbetleborddemerapalavas.jpg

 

 

Il se voulait peu sûr, ne maîtrisant rien et surtout personne. Même pas lui.

On le savait tremblant. De l’intérieur.

Il est des choses qui ne se montrent pas quand on est un homme.

 

Il aurait pu partir directement en Enfer ou bien au Paradis. Mais il hésitait toujours.

Aujourd’hui est-ce qu’il sait ?  

Et faut-il d’ailleurs qu’il sache ?

 

Pourtant il est venu et son souffle chargé d'une vérité que seul lui ignorait, ce souffle doux et tiède qui portait profondément la vie, donnait aux autres, redonnait aux autres, une urgence incomparable d’action.

 

Copyright ©Arthémisia – 02/2011

 

 

Avec : Le Bord de mer à Palavas – Gustave COURBET – Huile sur toile

- 1854, 37x46cm, Musée Fabre - Montpellier

Commenter cet article

immobile 24/02/2011 09:59



c'est un homme qui fait un signe ... devant un paysage de bord de mer...craquelé ...


faire un signe ... à ceux d'en face ....ou à ceux d'à coté ...à ceux de l'espace intérieur ...aux dieux salvateurs ...


quand un homme montre l'intèrieur de lui-même c'est peut être qu'il a vu d'autres mondes ...perçu d'autres mystères ... provoqué la colère des dieux ...tenté de réparer le monde ...


cet homme sait instinctivement qu'une force incroyable est en lui... et s'il a peur de sa force, c'est qu'il sait l'humilité difficile à concevoir et à vivre ...


Il est sur le bord du monde et il attend en faisant signe et c'est sur... un jour ça marchera ...les trois sortes de gris de la toile craquelée se feront une joie de l'accueillir...


"la cicatrisation en cours" lui donnera cette force .... il est tout petit, face à l'espace du tableau mais c'est lui qui peint... ce qui sera son prochain paysage... celui qui lui donnera la
force de continuer...


 


 


je me souviens d'une chanson de Barbara (écrite par Moustaki, je crois ):


"je ne t'attends pas au bout d'une ligne droite "


cette toile de Gustave Courbet me fait penser à cela ...



Arthémisia 24/02/2011 10:26



...hum...hum..il me semble que tu le connais très bien cet homme...!!!!


Oui, il connait les autres mondes.


Merci beaucoup pour ton intervention ici, qui me touche  infiniment...



Suzâme 22/02/2011 20:40



Bonsoir,


Cet homme, cet être nous l'avons rencontré, nous lui parlons ou le fuyons car nous, femmes, nous sentons son hésitation, ses doutes à travers son écoute, ses silences. Cet homme ce soir est sorti
de son personnage pour nous donner un message sur l'homme d'aujourd'hui. Il ne s'agit pas d'un templier ni d'un Jésus-Christ et pourtant il cherche et se bat contre lui-même et pourtant il
souffre en silence. Cet homme a de l'espoir plein les poumons lorqu'il respire enfin près d'une femme endormie. Tu nous entraînes vers d'autres histoires.Cordialement.Suzâme



Arthémisia 22/02/2011 21:01



Le doute et les hésitations rendent les êtres plus humains.


Non, bien sûr il n'est pas un templier, pas un Christ, mais peut être tout simplement la porte ouverte vers une pureté, une profondeur, une sincérité et une
force d'action spontanée qui semblent s'échapper de plus en plus de notre monde.


Merci de ta réflexion, Suzâme.



Alexandre 22/02/2011 19:49



Belle toile. Appel, cri, qui se perdent au loin dans la mer. Un peu comme un salut nostalgique au vieux continent, à une époque qui est partie.



Arthémisia 22/02/2011 20:57



En tout cas une extrème connivence avec l'infini comme ouverte au monde.


 



amapola zaroni 22/02/2011 11:26



je ne sais pourquoi quand je vois  ce palavas, je pense à une vieille chanson des années 50 :


"je suis en mer dès le matin


et le soir c'est par ma femme"



Arthémisia 22/02/2011 11:29



Je ne connais pas. Qui chantait cela?



amapola zaroni 22/02/2011 10:57



ce courbet-là me parait sûr de lui et emphatique


 le wanderer de caspar d friedrich est plus tourmenté



Arthémisia 22/02/2011 11:04



Mais mon personnage n'est pas que tourmenté. Il est surtout et avant toute chose face à l'immense, qu'il salue comme son seul devenir, l'immense du temps et
de l'espace, quelque chose de négatif et de positif mêlés, de dual, troublant mais constructif ,et avant tout face à  une grande, grande liberté et une grande gourmandise du
faire.


Le voyageur de FRIEDRICH lui n'est qu'un retour à lui-même : même face au paysage, il n'est qu'introspection et angoisse.



juliette b 21/02/2011 22:38



J'aimerais le rencontrer et qu'il pose sur moi son regard d'innocence...


Bises



Arthémisia 22/02/2011 08:12



Ce n'est pas un regard d'innocence. C'est un regard de doute, un regard humain.


Bisous


Arthi



bleu virus 21/02/2011 22:06



Il aurait pu partir directement en Enfer ou bien au Paradis. Mais il hésitait
toujours.


Aujourd’hui est-ce qu’il sait ?  


Et faut-il d’ailleurs qu’il sache ?


Ca, ça me touche  assez personnellement, le texte dans son ensemble d'ailleurs ,
où pourront se retrouver toutes celles et ceux qui manquent de confiance et de s'affirmer; Ils  pensent peut être que leur vérité ne vaut rien au regard de celles des autres, ceux
qui ont "réussi", qui sont connus voir reconnus et pourtant ....


J'y vois aussi la trace d'un homme dont le cheminement malaisé le conduit toujours et
encore à se poser des questions. Se questionnement ininterrompu est autant sa richesse que son empechement. Mais parlant de destins comme dans ton dernier commentaire, comme l'heure à
sonné au cadran sa vérité va être connue. Finalement  ce personnage a fait passer la vérité auquel il croit avant même l'avenement de sa propre personnalité. Mais ce qu'il ne sait
peut être pas encore ou ce qu'il va découvrir c'est que l'un est l'autre sont liés. Alors peut il encore décider, choisir, se déterminer ???!


Et quel sera sa destinée ?


Comme tu le dis et comme j'ai aussi envi de le dire et ce sera là mon
commentaire, peut importe ou il ira !  même si on l'attend !


S'cuse pour la taille du commentaire !!! c'est le copier/coller qui  déteind !
et juste pour terminer je te rejoinds. Certaine personnes dans leur simplicité et leur sourire nous offrent davantage que tous les érudits réunis. Peut être que c'est juste parce que au fond
c'est de cela que nous avons besoin: de douceur !



Arthémisia 22/02/2011 08:18



Ta réponse est très juste d'autant que socialement ces êtres resteront fragilisés tout le temps qu'ils chercheront plus ou moins consciemment l'approbation
d'autrui.





Et bien sûr c'est cette fragilité qui fait leur richesse, les met hors des normes et des trop grandes sûretés, un peu à la manière de ce que trop
bêtement parfois on appelle les fous, en tout cas ceux qui savent utiliser leur sensible pour faire de ce monde un monde vivable et vivant.



L'Oeil qui court 21/02/2011 21:02



Un très beau texte qui a le souffle du tableau que j'aime aussi beaucoup.


Il avance hésitant dans la vie, peu sûr de lui. A-t-il un peu d'estime pour sa carcasse longiligne ? Il marche de son pas incertain et entre dans le bistrot. Ils sont là qui l'attendent. Ne le
lui disent pas. Sachant que cela l'intimiderait et peut-être le ferait fuir.


Ils attendent.


Il lève les yeux s'adresse à eux et sa voix devient grave, se pose, les enrobe.


Ils ont besoin de lui.



Arthémisia 21/02/2011 21:05



Ta dernière phrase me touche beaucoup.


Disons qu'il est arrivé au bon moment, au moment où on avait le plus besoin de lui.


Et l'instant fut. Magie des destins....



emma sculler 21/02/2011 19:12



c'est pas que je souffre d'un complexe de castration, mais un homme c'est pas beau...surtout ce trinome en exaltation, j'ai été longue à m'y faire...même à regarder, je vous dis pas à toucher !



Arthémisia 21/02/2011 20:47



Avis tout personnel.



bleu virus 21/02/2011 19:06



Encore unn peu scotché par la lecture de ce texte qui me rappelle d'ailleurs une conférence menée par, disons des gens inspirés, et qui il y a 17 ans à peu prés, voulaient nous avertir d'une
mutation inévitable pour l'humanité. (il s'agissait d'un virage inévitable à prendre pour chacun de nous et pour l'humanité toute entière) Le titre d'un de
leur bouquin s'intitulé "Celui qui vient". Il s'agit en fait de la toute puissante force christique !!! mais oui, mais oui!!!
messieur dames, nous devons l'acceuillir; enfin nous devions il ya 17 ans nous y préparer. Mais pas d'erreur il vient pour chacun de nous pas en personne! Je me souviens qu'ils avaient expliqué
que le simple fait d'acceuillir par exemple l'eau que l'on boit au robinet avec  ressenti , je veux dire par là comme on acceuillerait  quelque chose ou quelqu'un de vivant !
C'était de cela qu'il s'agissait, en fait de choses simples ayant perdues leurs contenus.


C'est  aussi simple que ça. Et cette penséee resurgit parfois dans mon esprit, surtout lorsque l'eau vient d'un torrent de montagne, mais là c'est facile d'imaginer les esprit de la nature
et de boire cette eau en communion intime avec la nature, on le fait d'ailleur trés spontanémént lorsque l'on a trés soif!


Digression faite, je voulais te dire que je réservais mon commentaire ! 


,


 



Arthémisia 21/02/2011 20:46



Et moi que je suis très très heureuse que tu parles de Celui qui vient alors que mon billet s'appelle Celui qui vint.


Bien sûr il ne s'agit pas dans mon texte d'une quelconque représentation religieuse, mais je trouve bcp d'analogie entre la personne dont je parle et ce que
les chrétiens voient en la personne christique...à commencer par le désir de don et celui de la vie, même  si elle ignorait totalement  ce qu'elle pouvait provoquer chez les
autres.


Je crois que nous connaissons tous  des gens qui, comme l'eau de la source,  portent en eux une force qu'ils ignorent et qui, par le plus grand des
hasard de la vie, dans des moments très très simples nous font un bien fou, nous font grandir immensément ?


 



tilk 21/02/2011 17:05



dis donc..on dirait mon portrait....


besos


tilk


 


content de te revoir



Arthémisia 21/02/2011 18:34



Sourire!!!


Et bises.


A.



emma sculler 21/02/2011 15:26



dites-moi svp s'il est des choses qu'on montre quand on est un homme



Arthémisia 21/02/2011 18:31



Quand on est un homme on montre peu de choses, c'est vrai...peut être son corps quand on est en accord avec lui.


 


Mais cela ne veut pas dire qu'on ne soit pas visible, lisible. Surtout par les femmes.