Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

914 - Prêt à tout*

Publié le par Métastable & Arthémisia

 

 

Ecrit en duo en réponse à une  sollicitation de  Métastable.


 

Es-tu prêt ? Es-tu prêt à courir derrière moi, à couvrir derrière moi la page des secrets ?


Es-tu prêt, à tout dire, tout faire croire, me faire croire que le ciel est d'orange et la vie de lait tiède ?


Es-tu prêt à mentir, à risquer, à rager et crier, à venir urgemment aux pieds de mes  pensées de marbre ?


Es-tu prêt à monter dans les fleurs des déserts, à nager dans les pluies des peaux nues ? A couler, peut-être ?


Es-tu prêt à te taire, à parler, à chanter, à danser, les nuits prussiennes et rouges du venin de nous deux ?


Es-tu prêt à manger les oiseaux du Mystère ?


Es-tu prêt à partir avec eux ?


Copyright © Arthémisia - avril 2009

 

 

J'ai déchiré les cocottes et les avions en papier, dispersé le sable des châteaux forts, couché les tourelles, les donjons, les murailles et le pont-levis. J'ai tué la chimère qui crachait ses flammes.


J'ai renversé les verres enivrants, éclairé les nuits d'encre, répondu aux questions, chassé les douleurs diffuses et sourdes pour n'en garder que l'exquise.


Je t'ai osée. J'ai violenté les mots, malmené les phrases, écrit de la mauvaise poésie et de la prose détestable mais avec passion.


Je t'ai imaginée en liane qui s'élève vers la  chaleur et la caresse des cent soleils que nous connaissons, j'ai pour toi la vie à cent à l'heure et pour cent sept ans.


Je veux chavirer avec majesté dans les enlacements, périr corps et âme dans la sensualité à fleur de peau.


Je percerai avec toi les lieux baignés de mystère, d'Éleusis à Cybèle, aux quatre points cardinaux en faisant les quatre cents coups et en évitant les quatre chemins.


Les oiseaux voleront autour de nous en criant, en suppliant.


Je m'en délecte à l'avance, alors, oui je suis prêt à m'en aller avec eux !


Métastable

que je remercie.... 


Avec : Henri MATISSE - Icare

Commenter cet article

Maxime 19/04/2009 20:02


J'aurais dû le préciser... Il s'agit des deux premiers paragraphes en bleu.
 
Smouic de repentir…. (ça va, là ?)

Arthémisia 19/04/2009 20:11



J'espère que Métastable passera par ici. Le "bleu" est de lui...
Smouics quand même.
Ca va...



Maxime 19/04/2009 14:42

Les deux premiers paragraphes invitent à tant de délivrances...

Arthémisia 19/04/2009 17:17



Eh oui, qui n'a jamais eu  la nécessité tendre d'un jus d'orange ou d'un bol de lait...?
Je t'embrasse Maxime
Arthi



catherine 17/04/2009 22:16

Ce qui est certain, c'est que vous êtes prêts tous les deux à éclabousser vos lecteurs de la lumière de vos talents respectifs..Bises à tous les 2

Arthémisia 18/04/2009 11:21



Ce que tu peux t'emballer vite, Catherine!
En tous cas merci du compliment. Je ne sais si nous reprendrons un échange, Métastable et moi, mais je suis heureuse de celui-ci.
Bises
Arthi



joruri 17/04/2009 20:52

C'était un lieu plein d'origine. L'ailleurs de chaque chemin.Là, une clairière, mais non frivole. Ô stupeur verte aux doigts de brise.Quand dans le temps immobile, dans l'oeil du temps immobile je danse.Sources libres sans fontaines. Agneaux en gloire sur la paille.Le mystère sous son alcôve faisait frémir le vent.Il n'y avait plus qu'une seule étoile.Et moi.Euh... je ne savais pas où le mettre...

Arthémisia 18/04/2009 11:20



Il est parfaitement installé ici!
Merci joruri.
Bises
Arthi



joruri 17/04/2009 10:45

La condition du dire, c'est le dépassement des mots.

Arthémisia 17/04/2009 17:24



Ici, la condition du dire n'était pas chose facile: Métastable et moi, nous devions dépasser notre méconnaissance.



Gérard+fleur+bleue 17/04/2009 07:13

...Et je vous abriterai sous mon aile tutélaire, planant dans l'éblouissant azur, moi, l'Aigle sans nom qui règne sur la clarté et les ténèbres...

Arthémisia 17/04/2009 07:19



Tu tiens du Phénix ce matin Gérard!
Bises et ...bises
Arthi