Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1606 - Un Fatum ou une histoire d’images - chapitre 4

Publié le par Arthémisia

Dans une vitre.

 

 


http://www.mon-bio-maison.fr/media/image/EC%20rouge_a_levres_bio_tarte_cerise_16.jpg

 

 

Tout n’est que projet.

Elle avait rencontré Sartre il y a quelque temps.

Elle ouvrit en grand la fenêtre de la chambre. Elle savait bien que le voisin d’en-face, celui de la grande maison, prenait plaisir à voir son lit défait. S’il inspirait assez fort - je veux dire s’il était suffisamment inspiré – il pouvait peut-être en sentir ses parfums de nuit ?

Le paysage offert par la fenêtre était froid ; c’était la roche de la montagne, et quelques pins maigres. Au nord.

Elle se recoiffa un peu et prit le rouge à lèvres qui trainait sur la table de nuit. Ce rose s’appelait Pimprenelle. Elle sourit. Se sourit. La vitre reflétait parfaitement son image. Elle se fit une bouche fleur.

Et reposa le fard sur la table de nuit.

 

Quelques pétales de bougainvillée s’envolèrent sur son passage.

Le voisin connaissait-il son projet ?

 

A suivre.../...

 

© Arthémisia – 02/2012

Commenter cet article

juliette 06/03/2012 11:02


une bouche en fleurs qui s'effeuille.... cela fait rêver, et pas seulement le voisin

Arthémisia 06/03/2012 11:05



Cela reste très dangereux, Juliette. A la fin, il ne reste que la nudité sans ailes pour la porter.



Roberto 02/03/2012 19:05


J'aime l'évocation de la fenêtre-miroir et de la bouche-pimprenelle. Ce mateur m'attend pouvait-elle penser ? Le jour à venir, attente et tentations. Les lits défaits  paraissent plus
grands. Mais pas plus accueillants. Seule l'imagination au pouvoir...Vivement la suite, avec ou sans JPS.


 

Arthémisia 02/03/2012 22:01



Ce mateur ...qui n'en est pas un, est un soleil du matin.


Il n'empêche pas le saut dans les fleurs.


Tu me suis mieux, maintenant?


 



versus 02/03/2012 13:16


Pinprenelle, peint prend t-il ce temps de ELLE ?


On peut légitimement se poser la question.


Que montre t-elle à son voisin?


Ses lèvres ! ben voyons!


Là est le destin, d' un rien, d' un regard, c' est certain.

Arthémisia 02/03/2012 13:21



Elle ne montre rien à son voisin. IL voit , c'est tout.


Une image muette.



Lucien 02/03/2012 08:36


"S’il inspirait assez fort - je veux dire s’il était suffisamment inspiré –" Tu me conduis là, tout près des verbes déponents en latin, tout près de la question importante de l'agent et de l'agi.
Oui, tu parles du fatum et par conséquent du libre arbitre ... C'est un peu la même chose ici avec les verbes pronomimaux en français : "Elle sourit. Se sourit. La vitre reflétait parfaitement
son image" ...

Arthémisia 02/03/2012 09:07



C'est terrifiant de voir comment un sujet, un pronom peut tout changer.



Suzâme 02/03/2012 04:45


Est-ce l'heure? Je suis sous le charme de cette silhouette qui se reflète dans la vitre. Nous voici devant son apparence dont il émane un flagrance de couleur sur les lèvres qui
révèle un fragment de sa féminité. Ses lèvres sont-elles importantes pour elle? La teinte choisie pour sa bouche, son regard sur elle-même après la nuit, le lit encore défait...
j'y suis encore dans cette chambre mais j'y pense pourvu que le voisin d'en face soit inspiré! Bisous. Suzâme

Arthémisia 02/03/2012 09:04



C'est l'heure.


 


Le voisin d'en face n'est que l'oeil, le témoin, et aussi la source du sourire. Il ne saurait retenir sa chute. Dans les fleurs.


 


Bisous


A.