Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

10 - Souffle...

Publié le par Arthémisia


Souffle sur moi

Caresse mon cou de cet air doux

 

Souffle sur moi

Chante tes murmures à mes joues

 

Souffle sur moi

Fais voler mes cheveux fous

 

Souffle sur moi

Je tremblerai de partout

 

Souffle sur moi

Répands ton désir de voyou

 

Souffle sur moi

Réchauffe mon sexe debout

 

Souffle en moi

Il faut tester ça...entre nous.

 

 

copyright © Arthémisia

 

Avec : Giuseppe Penone lors de l'installation de Souffle de feuilles

 

Voir les commentaires

9 - Saint Sébastien*

Publié le par Arthémisia

 


 
Je suis femme et je vous envie.
Au poteau moi aussi, qu’on me lie.
Par mille vits,
Je suis prête à me faire transpercer.
S’il vous plait
 
Arthémisia © mars 2006
Avec : Saint Sébastien -  Pierre PUGET - Terre cuite

Voir les commentaires

8 - L'Aile

Publié le par Arthémisia

 

 
 
L’Amour est l’aile que Dieu a donnée à l’homme pour monter jusqu’à lui.
 
Michel Ange
 
 

Voir les commentaires

7 - Dentelle

Publié le par arthémisia



 Mes dessous de dentelle cachent le sang maudit, le désir sale, l ’envie, le ventre malheureux, la caresse suspendue.
 
Mes dessous de dentelle sont de deuil et de pluie, de luxure, d’abandon, de chair, de roses flétries, d’hier, de demain, si…
 
Mes dessous de dentelles crient dans l’obscurité, encore, retiens moi, encore, je te veux !
 
Mes dessous de dentelle répondent au vieillard par des rires d’argent, de jeunesse illusoire, d’arrogante crudité, d’insomnie, d’existence.
 
Mes dessous de dentelle tendent leurs filets vers la main attardée, le mot si nécessaire, la présence secrète, le sexe bandit.
 
Que font mes dessous de dentelle au fond de leur tiroir ?
Au fond, ils se marrent… 

Voir les commentaires

6 - Froid

Publié le par Arthémisia

Juste
envie
de
t'avoir

contre
moi
dans
le
froid
du
petit
matin... 

 

Voir les commentaires

5 - La Blessure

Publié le par Arthémisia

 
 

Elle saignera cette blessure,

Elle saignera.

Sur le papier.

Les mots sont là.

Les mots sont nus.

Ils n'épargnent que le silence.

Rien de naît de la feuille

Sans relief ni ombre.

Je voudrai y sculpter

Tes lumières et tes âpretés,

Tes montagnes magiciennes,

Ensorcelées.

Mais je soliloque, pauvre,

Desséchée,

Vide de pleins et de déliés.

Oubliée.

 

 Copyright © Arthémisia

 


avec: Copyright Arthémisia - La Blessure 

 

Voir les commentaires

4 - Hommes

Publié le par arthémisia

 Libre d’aimer qui je le veux ?
Je dois, c’est sûr, le reconnaître,
Mais en amour, n’ai point de maître,
Hormis les larmes de mes yeux.
 
Il est là. Et il me regarde.
J’aime souvent vers lui plonger.
Cependant sachez que je vous garde
Un petit coin de mes pensées.
 
Votre mort pas plus que la sienne
Ne satisferait mes désirs :
C’est de vos bras que toujours viennent
Les origines de mes plaisirs.
 
Comme la lune au miel, son frère
Prend la lumière qu’elle veut ici-bas,
Hommes, vous tenez mon âme prisonnière
Des caresses de vos appâts.

© Arthémisia

Voir les commentaires

3 - Caresses picturales

Publié le par Quelqu'un que j'ai connu autrefois

 


Auguste RODIN

 Peinture à lhuile pour tendre nubile

Peinture à leau pour ce joli morceau

Une aquarelle par la plus belle

De sa palette naît une fête
 De Rubens à Dali, de Cézanne à Manet
Les côtoyer un jour, bien sur tu en rêvais
Tu as trouvé ton style, propre à damner un saint
Un art tout en caresses : tu peins avec les mains !
anonyme

Voir les commentaires

2 - Jeux de mains

Publié le par Arthémisia

 

 

 
Ma main se tend, vers la tienne. Elle s’y love, s’y enferme, coquillage de doigts.
Ma main vit dans la tienne, dans les tiennes, oiseau recueilli que tu réchauffes de ton souffle.
Ma main se noue à la tienne, tissage de phalanges, nœuds vaudou. A la mort.
Ma main se chatouille à tes cheveux, y trace des sillons, joue de tes boucles, lisse, et chiffonne tes vagues capétiennes. Enfant.
Ma main se creuse et attend le don, le cadeau, l’offrande, le baiser, pour mieux se refermer sur lui et l’avaler tout à trac.
Ma main offre l’objet et la caresse, celle de la ligne imaginaire qui suit la veine palpitante, celle de l’aplat de la chair et du muscle tendu, celle de l’ombre secrète ou de l’éclat de lumière qu’elle accompagne.
Ma main essuie la larme, efface la ride, le temps, gomme la douleur, l’absence.
Ma main nage et se noie dans les jus colorés des lèvres gourmandises, dans les mers masculines des bouches spermatiques, dans les grottes taboues où nul ne va jamais.
Ma main cherche, fouille, appelle, se perd, aux creux du drap chiffon où nos corps se concentrent.
Ma main tient, agrippe, ne lâche pas, s’enfonce et pénètre, mâle crispation d’une jouissance partagée.
Et ma main retombe, amollie, et s’abandonne à la lourdeur de l’apaisement, envahie de silence.
Ma main prie dans la nuit.
Ma main, pour toi, encore… 
© Arthémisia - février 2006
Avec : La Main d'E.- © Arthémisia

Voir les commentaires

1 - Bien dire

Publié le par Arthémisia

 

 Mon œil vit dans la couleur.

En elle, il nage.

Comme l'aile, l'image

voyage sur la page.

 

Bel obscur, mon cœur

tu mêles, rivage

et sel, et dessine

dans l'eau, des mirages

colorés, des âmes,

des corps, des morts.

 

Le pigment tombe

en ronde forte.

Le cerne lourd

 la forme porte.
Le pinceau plombe

la toile morte.

Et dire l'Amour

de belle sorte.

 

 

 

Illustration : La Blessure copyright © Arthémisia

Voir les commentaires