Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1825 - Signe de reconnaissance (Statue de femme aux mains liées)

Publié le par Arthémisia

Tout le monde t’appelle aussitôt statue

et moi aussitôt je te donne le nom de femme.

 

Tu décores un jardin public.

De loin tu nous trompes.

On te croirait légèrement redressée

pour te souvenir d’un beau rêve,

et prenant ton élan pour le vivre.

De près le rêve se précise :

tes mains sont liées dans le dos

par une corde de marbre

et ta posture, c’est ta volonté

de trouver quelque chose qui t’aide

à fuit l’angoisse du prisonnier.

On t’a commandée ainsi au sculpteur :

prisonnière.

Tu ne peux

Peser dans ta main ni la pluie

ni la moindre marguerite.

Tes mains sont liées.

Ce n’est pas le marbre qui te garde

comme Argus. Si quelque chose allait à changer

dans le parcours des marbres,

si les statues entraient en lutte

pour conquérir la liberté, l’égalité,

comme les esclaves

les morts

et nos sentiments,

toi tu marcherais

dans cette cosmogonie des marbres

les mains toujours liées, prisonnière.

 

Tout le monde t’appelle aussitôt statue

Et moi de suite je t’appelle femme.

Non pas le fait que le sculpteur

a confié une femme au marbre

et que tes hanches promettent

une fertilité de statue,

une belle récolte d’immobilité.

A cause de tes mains liées, que tu as

depuis que je te connais, tous ces siècles,

je t’appelle femme.

 

Je t’appelle femme

car tu es prisonnière.

 

Kiki DIMOULA

in Le Peu du monde, suivi de Je te salue Jamais

Avec : La Cariadite, MODIGLIANI. 1913-1914 - Grand Palais

Voir les commentaires

1804 - Allié ou ennemi ?

Publié le par Arthémisia

Voir les commentaires

1803 - L'Amour noir

Publié le par Arthémisia

Il avait fleuri dans le jardin parfumé, au fond des grottes jolies où vivent les hérissons.

Il avait rampé sous les lunes citronnées, grandi parmi les écorces ambrées et plongé dans le lait salé des nuits sans fin.

Il avait chanté les flots balancés des suds inconnus.

Il avait écouté les silences clos, les souffles repus et les balbutiements sucrés des matins tièdes, des soleils revenants.

Il avait cru, comme on croit au miracle de la vie.

Aujourd’hui l’amour noir pleure, le ventre vide.

 

Arthémisia © avril 2016

Avec : Pomme d’amour noire clic

Voir les commentaires

1802 - Bruxelles

Publié le par Arthémisia

Voir les commentaires

1801 - (P)RÉPARATION

Publié le par Arthémisia

1801 - (P)RÉPARATION

La vie n’est jamais une préparation ; juste très souvent une réparation.

Arthémisia © mars 2016

Avec : Hannah STREEFKERK – Patchwork (clic)

 

Voir les commentaires

1800 - Eros et Thanatos

Publié le par Arthémisia

Certains maux comptent triple ; ils multiplient les dons. Elle marche dans leurs ombres, leurs fières ombres dorées.

Elle avait vu ses peurs. Elles étaient bien cachées pourtant, tant et si bien que tous ignoraient jusqu’à leur existence.

Mais oui, elle les avait vues elle, lobées derrières le voile triangulaire de son Nil rose. Et elle avait découvert combien elles camouflaient mal le domaine des colonnes, le domaine de la vie.

Arthémisia © février 2016

Avec : Edouard de ‘Pazzi – Photo extraite de la série Nus en noirExposition « Memento Mori » - Maison de la Photographie – 2007

Voir les commentaires

1799 - L'anniversaire de Corps et âme

Publié le par Arthémisia

Voir les commentaires

1798 - Sans titre... pour ne pas dire sans nom...

Publié le par Arthémisia

Citation trouvée sur le net

Voir les commentaires

1797 - Les Étoiles qui savent rire

Publié le par Arthémisia

Quand tu regarderas le ciel, la nuit,

Puisque j’habiterai dans l’une  d’elles,

Puisque je rirai dans l’une d’elles,

Alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Tu auras, toi,

Des étoiles qui savent rire !

Le Petit Prince

Antoine de Saint-Exupéry, 1943

Avec : Vincent Van Gogh – La Nuit étoilée - juin 1889 - huile sur toile, 73 x 92 cm

 Musée d'Art Moderne, New York  

Voir les commentaires

1796 - Ad libitum

Publié le par Arthémisia

Elle  meurt

De l’absence de son berger

Qui tapissait ses berges d’écume,

Des perles de ses roseaux,

De ses mots qui bronzaient la nuit.

De guerre lasse

Elle meurt,

Des vapeurs cireuses et aigres

De ces machines qui repassent

Les sens ad libitum.

Elle  meurt,

De cet infini plat,

De cette lune trop certaine,

Elle meurt

Emportée par le vide

De ce qu’aucune vie ne retient.

Arthémisia © Déc. 2015

Avec : Photo-montage de René Chabrière (clic)

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>