Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1828 - Torture-Morte ?

Publié le par Arthémisia

A Raphaël

Une mouche se mouche dans le lait sombre du bol.

Ton visage apparaît, à la fenêtre :

La nuit, vient écrire encore ses vers noirs.

 

Trop vite, tu t’estompes,

Au glacis de la vitre

En graphies viscérales

Que ma main,

Rouge,

Range,

Tout au fond de ma boîte.

 

La mouche s’est noyée. Pas de bol !

Mais la pomme n’est pas morte :

Demain, ton visage, encore…

 

Arthémisia © mars 2017

Avec : Marcel Duchamp – Torture-morte -1959, Mouches collées sur plâtre peint, dans boîte en bois et verre, 29,5 x 13,4 x 10,3 cm, Paris, Centre Pompidou. © Jacques Faujour - Centre Pompidou, MNAM-CCI (diffusion RMN) © Succession Marcel Duchamp/ Adagp, Paris

Voir les commentaires

1827 - FEMME-OUTREMER

Publié le par Arthémisia

 

A Annie Dupays

Ta vie ses plaies et ton sourire flottés sur un revers de main

Des murs d’esclave se sont dressés autour de ton visage

Taché par le sang des images frappé par la mort sans mourir

Papillon sur échafaud c’est avant mai que tu as vécu

 

Puis vague septième

Le malheur couché au pied du lit la boîte de Pandore vidée

Le vin tiré et l’amertume bue puisqu’il fallait la boire

Papillon sur escabeau c’est en mai que tu es venue

 

Femme-outremer

J’aime le temps en ta rivière

Et mes veines attendent de te sentir battre encore

Christophe FORGEOT

Paru dans Phoenix n°11, en octobre 2013

Avec : Paul GAUGUIN - Femme à la mer

Voir les commentaires

1826 - Au Jardin étoilé

Publié le par Arthémisia

1826 - Au Jardin étoilé

Oui ! Encore tu fondras dans l’osmose fractale,

Repartant en arrière, en arrière, en avant,

Dépassant le mousseux, le fanal, le Graal,

Bousculant lentement l’habitacle dormant.

 

Dans le sucre lacté de ces heures indolentes,

Tes idoles fluides liquideront ton passif

En brasses embrassées de gâteries riantes

Traces émues d’un paysage à vif.

 

Au jardin étoilé tu glisseras suave

Le silence efficace de ta caresse raide

Et porteras aimant l’abandon de ta Muse

Là où plus rien que toi ne peut lui servir d’aide.

Arthémisia © oct 2016

Avec : La Nuit étoilée – Vincent Van Gogh – MOma – New York

Voir les commentaires

1825 - Signe de reconnaissance (Statue de femme aux mains liées)

Publié le par Arthémisia

Tout le monde t’appelle aussitôt statue

et moi aussitôt je te donne le nom de femme.

 

Tu décores un jardin public.

De loin tu nous trompes.

On te croirait légèrement redressée

pour te souvenir d’un beau rêve,

et prenant ton élan pour le vivre.

De près le rêve se précise :

tes mains sont liées dans le dos

par une corde de marbre

et ta posture, c’est ta volonté

de trouver quelque chose qui t’aide

à fuit l’angoisse du prisonnier.

On t’a commandée ainsi au sculpteur :

prisonnière.

Tu ne peux

Peser dans ta main ni la pluie

ni la moindre marguerite.

Tes mains sont liées.

Ce n’est pas le marbre qui te garde

comme Argus. Si quelque chose allait à changer

dans le parcours des marbres,

si les statues entraient en lutte

pour conquérir la liberté, l’égalité,

comme les esclaves

les morts

et nos sentiments,

toi tu marcherais

dans cette cosmogonie des marbres

les mains toujours liées, prisonnière.

 

Tout le monde t’appelle aussitôt statue

Et moi de suite je t’appelle femme.

Non pas le fait que le sculpteur

a confié une femme au marbre

et que tes hanches promettent

une fertilité de statue,

une belle récolte d’immobilité.

A cause de tes mains liées, que tu as

depuis que je te connais, tous ces siècles,

je t’appelle femme.

 

Je t’appelle femme

car tu es prisonnière.

 

Kiki DIMOULA

in Le Peu du monde, suivi de Je te salue Jamais

Avec : La Cariadite, MODIGLIANI. 1913-1914 - Grand Palais

Voir les commentaires

1804 - Allié ou ennemi ?

Publié le par Arthémisia

Voir les commentaires

1803 - L'Amour noir

Publié le par Arthémisia

1803 - L'Amour noir

Il avait fleuri dans le jardin parfumé, au fond des grottes jolies où vivent les hérissons.

Il avait rampé sous les lunes citronnées, grandi parmi les écorces ambrées et plongé dans le lait salé des nuits sans fin.

Il avait chanté les flots balancés des suds inconnus.

Il avait écouté les silences clos, les souffles repus et les balbutiements sucrés des matins tièdes, des soleils revenants.

Il avait cru, comme on croit au miracle de la vie.

Aujourd’hui l’amour noir pleure, le ventre vide.

 

Arthémisia © avril 2016

Avec : Pomme d’amour noire clic

 

Voir les commentaires

1802 - Bruxelles

Publié le par Arthémisia

Voir les commentaires

1801 - (P)RÉPARATION

Publié le par Arthémisia

1801 - (P)RÉPARATION

La vie n’est jamais une préparation ; juste très souvent une réparation.

Arthémisia © mars 2016

Avec : Hannah STREEFKERK – Patchwork (clic)

 

Voir les commentaires

1800 - Eros et Thanatos

Publié le par Arthémisia

Certains maux comptent triple ; ils multiplient les dons. Elle marche dans leurs ombres, leurs fières ombres dorées.

Elle avait vu ses peurs. Elles étaient bien cachées pourtant, tant et si bien que tous ignoraient jusqu’à leur existence.

Mais oui, elle les avait vues elle, lobées derrières le voile triangulaire de son Nil rose. Et elle avait découvert combien elles camouflaient mal le domaine des colonnes, le domaine de la vie.

Arthémisia © février 2016

Avec : Edouard de ‘Pazzi – Photo extraite de la série Nus en noirExposition « Memento Mori » - Maison de la Photographie – 2007

Voir les commentaires

1799 - L'anniversaire de Corps et âme

Publié le par Arthémisia

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>